Blade Runner 2049, Denis Villeneuve (2017)

Avatar de l’utilisateur
Erwann
Modérateur
Messages : 8335
Enregistré le : 25 mai 2010 à 17:37
Localisation : Sol-3

Re: Blade Runner 2, Denis Villeneuve (2017 ?)

Messagepar Erwann » 22 juin 2016 à 17:21

En attendant la suite par Denis Villeneuve, les IA rêvent-elles de Blade Runner ?
Avatar de l’utilisateur
Erwann
Modérateur
Messages : 8335
Enregistré le : 25 mai 2010 à 17:37
Localisation : Sol-3

Re: Blade Runner 2049, Denis Villeneuve (2017 ?)

Messagepar Erwann » 07 octobre 2016 à 09:39

Avatar de l’utilisateur
Clement
Administrateur
Messages : 2068
Enregistré le : 21 mars 2009 à 14:54
Contact :

Re: Blade Runner 2049, Denis Villeneuve (2017 ?)

Messagepar Clement » 19 décembre 2016 à 18:07

Premier teaser...

Avatar de l’utilisateur
Erwann
Modérateur
Messages : 8335
Enregistré le : 25 mai 2010 à 17:37
Localisation : Sol-3

Re: Blade Runner 2049, Denis Villeneuve (2017)

Messagepar Erwann » 08 mai 2017 à 19:05

Avatar de l’utilisateur
Erwann
Modérateur
Messages : 8335
Enregistré le : 25 mai 2010 à 17:37
Localisation : Sol-3

Re: Blade Runner 2049, Denis Villeneuve (2017)

Messagepar Erwann » 17 juillet 2017 à 15:20

Avatar de l’utilisateur
Olivier Girard
Modérateur
Messages : 2792
Enregistré le : 15 avril 2009 à 15:38

Re: Blade Runner 2049, Denis Villeneuve (2017)

Messagepar Olivier Girard » 04 octobre 2017 à 07:35

Avatar de l’utilisateur
W
Cookie Monster
Messages : 526
Enregistré le : 19 avril 2009 à 18:53

Re: Blade Runner 2049, Denis Villeneuve (2017)

Messagepar W » 04 octobre 2017 à 17:26

A l'occasion, une petite interview de Davis Peyron sur l'influence de l'original, toujours sur le Monde.
It is a great honor to be here with all of my friends. So amazing + will Never Forget!
Avatar de l’utilisateur
Razheem L'insensé
L'équipe du Bélial'
Messages : 1066
Enregistré le : 23 octobre 2009 à 17:31
Localisation : Lille
Contact :

Re: Blade Runner 2049, Denis Villeneuve (2017)

Messagepar Razheem L'insensé » 06 octobre 2017 à 14:13

lonesome
Axiomatique
Messages : 177
Enregistré le : 23 juin 2012 à 21:25

Re: Blade Runner 2049, Denis Villeneuve (2017)

Messagepar lonesome » 07 octobre 2017 à 21:03

Trois courts ont été réalisés pour accompagner la sortie de Blade Runner 2049. Chacun revient sur le passé d'un personnage amené à jouer un rôle important dans le film.
Ils sont visibles ici: https://www.catsuka.com/news/2017-09-29/blade-runner-2049-black-out-2022-le-court-metrage-anime-realise-par-shinichiro-watanabe
Ici: http://www.quietearth.us/articles/2017/ ... Full-Short
ou ici: https://www.youtube.com/watch?v=aZ9Os8cP_gg
Avatar de l’utilisateur
Erwann
Modérateur
Messages : 8335
Enregistré le : 25 mai 2010 à 17:37
Localisation : Sol-3

Re: Blade Runner 2049, Denis Villeneuve (2017)

Messagepar Erwann » 09 octobre 2017 à 12:38

Just A Word a écrit :Note : 9.5/10

6.5/10.
J'y suis allé sans attentes particulières, et bon, j'en suis ressorti un peu déçu. Blade Runner 2049 n'a rien d'une sombre et indigne bouse après laquelle on a envie de se rincer les yeux, mais je n'ai pas non plus envie de crier au chef d'œuvre. (J'ai l'impression que Denis Villeneuve se retrouve hypé, comme Christopher Nolan il y a dix ans.)
Le gros problème, c'est que Blade Runner premier du nom n'avait pas du tout besoin d'une suite. Du coup, Blade Runner 2049 pioche dans les éléments du premier et décide d'accorder une importance quasi-messianique à celui qui n'était qu'un personnage normal, à savoir Deckard, et sa normalité (considérations sur sa nature de réplicant à part) était ce qui faisait justement sa force. (Dans Blade Runner 2092, on apprendra que le vendeur de sushi du premier film était en fait un agent triple.)
L'histoire se laisse suivre, mais elle m'a paru plombé par différents défauts. Avec une galerie de personnages assez réduite, le twist scénaristique se laisse deviner assez vite ("Si ce n'est toi, c'est donc ton frèreta sœur"). Et il faut croire qu'en 2049, la génétique aurait régressé, à l'inverse de la paléontologie :
• À partir d'os du bassin, les flics déterminent en un rien de temps que le squelette qu'ils ont trouvé appartient à une femme morte en couches : bravo les mecs, vous êtes forts, vraiment. Et la défunte arbore son numéro de série de réplicante inscrit dans une griffure causée par la lame ayant servi à la césarienne. Faut-il en déduire que les numéros de série sont donc inscrits partout dans la structure des os ?
• Par contre, la génétique, c'est pas encore ça (mais c'est une constante avec Ridley Scott, dont l'infâme Prometheus contenait quelques bourdes en la matière). L'agent K compare deux séquences ADN et à partir d'une seule page, se rend compte qu'elles correspondent. Sachant qu'on a 98% d'ADN en commun avec le chimpanzé… Juste après, il déclare que deux personnes ne peuvent pas avoir le même ADN. C'est vrai, les jumeaux homozygotes, c'est comme les fourmis de 18 mètres de long, ça n'existe pas.
• Et Jared Leto… Faites-le taire ! Et comment cet abruti est-il capable de concevoir une réplique de Rachel (en un temps record d'ailleurs, genre il la gardait sous la main au cas où il retrouve Deckard) avec des yeux de la mauvaise couleur. La couleur des yeux est inscrite dans le code génétique… mais bon.
Sérieusement, je ne comprends pas qu'on continue à produire des films dont le scénario repose sur de telles inepties scientifiques. L'hérédité, la génétique, ce ne sont pas des sciences qui datent d'hier. Ce n'est pas compliqué de se renseigner un minimum. Il n'y a pas besoin d'aller chercher bien loin pour savoir que les jumeaux partagent le même génome.
Par ailleurs, je ne vois plus trop l'intérêt des réplicants. Dans le premier Blade Runner, on comprend qu'ils ont une force hors du commun et une espérance de vie réduite. Les nouveaux modèles de Blade Runner 2049 n'ont plus de limitation d'existence ; côté force, bon, ils passent à travers les murs. On comprend aussi qu'il s'agit d'humains artificiels. Mais que rien ne vient vraiment différencier des humains. Du coup…? Ça en fait des esclaves des temps futurs ?
Tout n'est pas à jeter. Visuellement, Blade Runner 2049 est plutôt superbe : le film explore d'autres endroits de la métropole de Los Angeles et des zones annexes ; un monde de grisaille pollué, plus ou moins radioactif… L'arrivée à Las Vegas rappelle les dessins de Schuiten dans Les Mers perdues. Quelques scènes sont réussies : notamment celle que souligne Razheem dans sa critique, à savoir la scène d'amour entre K et Joi (et la prostituée)). Ou encore ce plan aérien vers la fin : c'est tout noir, on ne voit juste que l'aérocar de K. dans un coin de l'image.
Je m'attendais à détester la prestation de Ryan Gosling (son absence de jeu dans Only God Forgives m'a tué), mais en fait, non. Son impassibilité parfois trahie par quelques éclairs de colère est réussie. Revoir la trop rare Robin Wright était une bonne surprise.
La musique composée par Hans Zimmer et Wallfisch ne tente pas de rivaliser avec Vangelis : le compositeur se contente là de déployer des textures sonores à partir de la BO de Vangelis. Parfois ça marche (les chœurs tibétains (??) au QG de Wallace), parfois moins. Les mélodies, c'est tellement surfait.
Et ce n'est pas parce que c'est long que c'est bon. Le premier Blade Runner était passablement lent, Blade Runner 2049 semble du genre à tester la limite de résistance du spectateur : une petit demi-heure en moins et ç'aurait sûrement été mieux. En l'état, c'est looooong, c'est leeeent. Trop de contemplativité tue la contemplativité. (Je dois sûrement être du genre hyperactif en fait.)
Bref : Denis Villeneuve a eu la bonne idée de ne pas tenter de produire une copie conforme du premier Blade Runner. Il aborde d'autres thématiques… mais bon, tout ça m'a laissé assez froid en fin de compte.

Retourner vers « Cinéma et séries »