Kwaïdan, Masaki Kobayashi (1964)

Avatar de l’utilisateur
Nébal
L'équipe du Bélial'
Messages : 1568
Enregistré le : 20 avril 2009 à 20:03
Localisation : Bordeaux
Contact :

Kwaïdan, Masaki Kobayashi (1964)

Messagepar Nébal » 04 décembre 2012 à 08:27

On en parlait il y a peu à propos de films à sketches, et, mazette, celui-là, c'est du lourd.

Somptueuse adaptation de quatre histoires de fantômes de Lafcadio Hearn, ce chef-d'oeuvre à l'esthétique incroyable est peut-être bien le plus beau film fantastique que j'aie jamais vu. A tomber.

Hop : http://nebalestuncon.over-blog.com/arti ... 03370.html
Avatar de l’utilisateur
Cachou
L'équipe du Bélial'
Messages : 979
Enregistré le : 08 décembre 2010 à 14:11
Contact :

Re: Kwaïdan, Masaki Kobayashi (1964)

Messagepar Cachou » 04 décembre 2012 à 09:14

J'ai des envies terribles de Japon en ce moment (j'ai même prévu une razzia dans ma bouquinerie aujourd'hui après avoir un peu fait chou blanc hier en librairie), ça tombe tout juste ce film. Mais ce n'est pas très gentil de donner envie de choses un peu beaucoup difficiles à trouver, hein.

En le cherchant, j'ai découvert que le "Kaidan" est considéré comme un genre. Petite question à celui qui a lu un livre sur le sujet, est-ce que c'est parce que ce film-ci, précurseur du genre, a donné son nom au style, ou bien reprend-il un terme déjà existant pour titre?
Jérôme Noirez
Patrouilleur temporel
Messages : 70
Enregistré le : 03 novembre 2009 à 10:34

Re: Kwaïdan, Masaki Kobayashi (1964)

Messagepar Jérôme Noirez » 04 décembre 2012 à 12:37

Kaidan signifie grosso-modo "histoire de créature surnaturelle". Un kaidan est un conte mettant en scène un ou des yokaïs (fantômes, démons, monstres, etc. pour parler plus spécifiquement des fantômes, on utilise le terme yurei). C'est une tradition qui trouve sa source dans la période Edo où le bestiaire du bizarre était très apprécié (que ce soit sous forme de contes ou de représentations graphiques). Dans le domaine cinématographique, Kwaïdan n'est pas totalement précurseur (il y a, par exemple, Jigoku qui lui est antérieur), mais sa réalisation sublime le place en tête du genre.
Avatar de l’utilisateur
Nébal
L'équipe du Bélial'
Messages : 1568
Enregistré le : 20 avril 2009 à 20:03
Localisation : Bordeaux
Contact :

Re: Kwaïdan, Masaki Kobayashi (1964)

Messagepar Nébal » 04 décembre 2012 à 12:57

Toujours s'adresser aux spécialistes.

Merci !
Avatar de l’utilisateur
Cachou
L'équipe du Bélial'
Messages : 979
Enregistré le : 08 décembre 2010 à 14:11
Contact :

Re: Kwaïdan, Masaki Kobayashi (1964)

Messagepar Cachou » 04 décembre 2012 à 13:41

Jérôme Noirez a écrit :Dans le domaine cinématographique, Kwaïdan n'est pas totalement précurseur (il y a, par exemple, Jigoku qui lui est antérieur), mais sa réalisation sublime le place en tête du genre.


Est-ce que c'est bien le Jigoku de Nobuo Nakagawa? Si oui, je pense avoir mis la main dessus (ainsi que sur Kwaïdan)(enfin, à vérifier)(et merci pour les explications ^_^).
Jérôme Noirez
Patrouilleur temporel
Messages : 70
Enregistré le : 03 novembre 2009 à 10:34

Re: Kwaïdan, Masaki Kobayashi (1964)

Messagepar Jérôme Noirez » 04 décembre 2012 à 16:32

Cachou a écrit :
Jérôme Noirez a écrit :Dans le domaine cinématographique, Kwaïdan n'est pas totalement précurseur (il y a, par exemple, Jigoku qui lui est antérieur), mais sa réalisation sublime le place en tête du genre.


Est-ce que c'est bien le Jigoku de Nobuo Nakagawa? Si oui, je pense avoir mis la main dessus (ainsi que sur Kwaïdan)(enfin, à vérifier)(et merci pour les explications ^_^).


Oui, c'est ce film. Nakagawa a d'ailleurs fait un paquet de "kaidan eiga" dans les années 50-60, mais je n'ai vu que Jigoku.
Avatar de l’utilisateur
saimonax
Axiomatique
Messages : 161
Enregistré le : 28 septembre 2012 à 12:45
Contact :

Re: Kwaïdan, Masaki Kobayashi (1964)

Messagepar saimonax » 11 décembre 2012 à 12:39

Jérôme Noirez a écrit :C'est une tradition qui trouve sa source dans la période Edo où le bestiaire du bizarre était très apprécié (que ce soit sous forme de contes)


Tu aurais des références à faire tourner ?

(par contre il semblerait que je n'ai pas vu le même Kwaidan que vous, le mien contenait trois sketches...
ok, en fait ma version piratée était la "censurée"... je vais devoir rattraper ça, Kobayashi c'est quand même un patron, j'ai vu "la condition de l'homme" en marathon cinéma, c'est époustouflant)
Jérôme Noirez
Patrouilleur temporel
Messages : 70
Enregistré le : 03 novembre 2009 à 10:34

Re: Kwaïdan, Masaki Kobayashi (1964)

Messagepar Jérôme Noirez » 12 décembre 2012 à 09:26

saimonax a écrit :
Jérôme Noirez a écrit :C'est une tradition qui trouve sa source dans la période Edo où le bestiaire du bizarre était très apprécié (que ce soit sous forme de contes)


Tu aurais des références à faire tourner ?




La plus évidente (et la seule qui me vient, là), c'est le recueil de Ueda Akinari (XVIIIe siècle), publié en français sous le titre Contes de Pluie et de Lune et partiellement adapté au cinéma par Mizogushi (Les Contes de la lune vague après la pluie). Dans le domaine graphique, tu as de jolis exemples ici.
Avatar de l’utilisateur
saimonax
Axiomatique
Messages : 161
Enregistré le : 28 septembre 2012 à 12:45
Contact :

Re: Kwaïdan, Masaki Kobayashi (1964)

Messagepar saimonax » 12 décembre 2012 à 10:14

J'avais adoré le film, j'ignorais qu'il était tiré d'un recueil. Je vais voir ça...
Quant aux parchemins, difficile de croire que ça date du début du XVIIIe ! Yuki-Onna, c'est Ring ! Mikoshi Nyudu, c'est Pinocchio 964 !
Algernon

Re: Kwaïdan, Masaki Kobayashi (1964)

Messagepar Algernon » 14 janvier 2013 à 14:46

Jérôme Noirez a écrit :
saimonax a écrit :
Jérôme Noirez a écrit :C'est une tradition qui trouve sa source dans la période Edo où le bestiaire du bizarre était très apprécié (que ce soit sous forme de contes)


Tu aurais des références à faire tourner ?



La plus évidente (et la seule qui me vient, là), c'est le recueil de Ueda Akinari (XVIIIe siècle), publié en français sous le titre Contes de Pluie et de Lune et partiellement adapté au cinéma par Mizogushi (Les Contes de la lune vague après la pluie). Dans le domaine graphique, tu as de jolis exemples ici.


Pour les amateurs de mangas, je conseille vivement l’œuvre de Shigeru Mizuki et plus précieusement la série des Kitaro le repoussant, un classique incontournable des années 60. Si on préfère le gros shonen qui tâche, on se penchera sans déplaisir sur Nura : Le Seigneur des Yokaï.

Retourner vers « Cinéma et séries »