L'homme qui tua Don Quichotte, Terry Gilliam (2018)

Avatar de l’utilisateur
Erwann
Modérateur
Messages : 9390
Enregistré le : 25 mai 2010 à 17:37
Localisation : Sol-3

Re: L'homme qui tua Don Quichotte, Terry Gilliam (2018)

Messagepar Erwann » 04 juin 2018 à 10:32

Vu. J'ai bien aimé. Ce n'est certes pas le meilleur film de Gilliam mais la dimension très personnelle du projet le rend attachant. Il s'agirait de son ultime film que je n'en serais pas plus surpris.
Plusieurs jolies séquences (mais un montage parfois bizarre, surtout au début), des acteurs impeccables (Jonathan Pryce et Adam Driver bien sûr ; dommage que Sergi Lopez et Rossy De Palma soient sous-exploités). Rien de plus à ajouter au compte-rendu de Razheem.
Avatar de l’utilisateur
JFS
Little Green Man
Messages : 341
Enregistré le : 22 avril 2009 à 17:27
Contact :

Re: L'homme qui tua Don Quichotte, Terry Gilliam (2018)

Messagepar JFS » 07 juin 2018 à 17:13

C'est drôle, c'est touchant, on ne s'ennuie pas et les deux acteurs principaux sont excellents. Une belle réflexion sur la place de la fiction et de l'imaginaire dans le monde réel. Il a fallu attendre un peu, mais ça valait le coup !
Jean-François.
Avatar de l’utilisateur
ubikD
L'équipe du Bélial'
Messages : 2023
Enregistré le : 19 avril 2009 à 19:29

Re: L'homme qui tua Don Quichotte, Terry Gilliam (2018)

Messagepar ubikD » 11 juin 2018 à 07:35

Vu L'homme qui tua Don Quichotte.
Le film maudit de Terry Gilliam. Longtemps annoncé, repoussé, annulé, puis relancé jusqu'aux ultimes déboires avec l'un de ses producteurs, on a beaucoup glosé autour de cette œuvre, véritable arlésienne atteinte du syndrome de Stockholm.

Bon finalement, c'est pas mal, sans doute pas inoubliable, mais loin de la honte totale. En tout cas, on y retrouve toutes les marottes de Gilliam. Son goût pour les trucages à l'ancienne, un art de l'illusion n'étant pas sans évoquer celui des magiciens. Un scénario et une mise en scène foutraque, joyeusement bordélique. Un humour volontiers absurde, tournant en dérision le microcosme du cinéma et de la pub. On retrouve également cette thématique qui sous-tend toute l’œuvre du britannique d'adoption : si tu n'es pas satisfait du monde où tu vis, inventes-en un autre. Sans oublier la folie créatrice, véritable remède aux maux psychologiques. Bref, j'ai bien apprécié ce film qui résume finalement assez bien la carrière de Gilliam. Bien content d'avoir retrouvé aussi Jonathan Pryce, accompagné d'un Adam Driver pas mal du tout.

Retourner vers « Cinéma et séries »