The Revenant, Alejandro Iñárritu (2015)

Avatar de l’utilisateur
Erwann
Modérateur
Messages : 8069
Enregistré le : 25 mai 2010 à 17:37
Localisation : Sol-3

Re: The Revenant, Alejandro Iñárritu (2015)

Messagepar Erwann » 29 mars 2016 à 10:39

JFS a écrit :Que c'est long !
Le film en soi n'est pas inintéressant et il y a un discours pertinent sur le monde des trappeurs, les rapports entre les Blancs et les Indiens, mais tout ça sent trop la volonté d'en mettre plein la vue au spectateur.

Tout pareil.
Bon, l'attaque du camp et le combat contre l'ourse sont effectivement deux scènes impressionnantes ; ok, c'est dans l'ensemble superbe. Mais c'est interminable, et le propos religieux a passablement gonflé le vil mécréant que je suis.
Avatar de l’utilisateur
Thomas Day
Modérateur
Messages : 5992
Enregistré le : 22 avril 2009 à 14:40

Re: The Revenant, Alejandro Iñárritu (2015)

Messagepar Thomas Day » 09 avril 2017 à 08:14

Peut-être un poil trop long (très sincèrement je ne me suis pas ennuyé, à aucun moment), avec un sous-texte chrétien un poil trop appuyé (et des scènes oniriques un peu trop "léchées" - à un moment je me suis cru dans Sucker Punch, c'est dire).
Mais alors qu'est-ce que c'est beau quand ça doit être beau et qu'est-ce que c'est dur quand ça doit être dur.
La dernière scène ressemble à un hommage à la scène finale du Jeremiah Johnson de Sidney Pollack ; j'ai trouvé qu'on la voyait venir de loin, de presque le début du film... quand le père indien dit rechercher sa fille Powaqa.

Malgré mes micro-réserves liminaires, je conseille.

TD

Si Iñárritu avait eu l'idée de filmer des grenouilles qui s'accouplent au chant du printemps, des lapins qui sortent de neige et des joncs sous le vent, ça aurait fini par ressembler à un film de Terrence Malick.
Avatar de l’utilisateur
Olivier Girard
Modérateur
Messages : 2762
Enregistré le : 15 avril 2009 à 15:38

Re: The Revenant, Alejandro Iñárritu (2015)

Messagepar Olivier Girard » 09 avril 2017 à 12:18

Je rejoins Gilles, pour ma part. Un poil long. Un poil trop mystico-religieux. Un poil too much, sans doute et en somme. Mais grosse claque quand même. Et qui résiste au passage du temps, ce qui devient de plus en plus rare en ce qui me concerne...
Je conseille, et pas qu'un peu.
Mes bien chères sœurs, mes bien chers frères, allez communier sans réserve dans le grand temple Nature... ;-)
Avatar de l’utilisateur
Pierre-Paul Durastanti
L'équipe du Bélial'
Messages : 517
Enregistré le : 19 avril 2009 à 21:35

Re: The Revenant, Alejandro Iñárritu (2015)

Messagepar Pierre-Paul Durastanti » 09 avril 2017 à 16:13

Bon, il n'y a pas de raison... Je considère qu'il s'agit d'un des grands films de ces dernières années. Une vraie baffe dans la gueule, alors que je reste souvent indifférent à DiCaprio. Et le vrai mécréant que je suis n'a pas été gêné par la religiosité du truc... qui est du reste plutôt panthéiste.
Avatar de l’utilisateur
PierreBrrr
Axiomatique
Messages : 101
Enregistré le : 22 octobre 2014 à 11:33

Re: The Revenant, Alejandro Iñárritu (2015)

Messagepar PierreBrrr » 29 juillet 2017 à 10:19

Bon j'arrive biiiiien après la bataille, après visionnage du film trouvé lors d'une de ces grands destockage pratiqués par les éditeurs/distributeurs de DVD.
J'aurai aimer aimer, il y avait tout pour, mais c'est l'avis de JFS que je rejoins en tous points. Le convoi sauvage était autrement plus insolite, intriguant, prenant.
Ici, sous le masque du réalisme, on a quand même une opposition entre deux antagonistes digne d'un film de super-héros MArvel: d'un côté Hardy: laid physiquement (cette tonsure scalpée !) et ignoble moralement, quels vice n'a-t-il pas celui-là ? De l'autre
Di Caprio: toujours beau (dentition parfaite, au temps pour le réalisme à tout crin), il trouve même le temps et la force de venger une indienne abusée par un colon français, au péril de sa mission de vengeance, la seule chose qu'il lui reste pourtant. Bien sûr tout cela tient debout du point de vue "psychologique" mis en place, mais tout de même, pour un film qui veut mettre à bas les oripeaux des mythes westerniens classique, voilà qui semble un peu court.
Et cette mise en scène... on est quand même plus proche d'un Aronofsky que d'un (bon) Mallick. Et pardon, mais le martyr de Glass, je ne l'ai, hélas, jamais ressenti. Le film, malgré sa longueur, n'installe jamais aucun séquence dans une durée éprouvée par le spectateur. Di Caprio semble doué d'une résistance physique surhumaine- digne d'une super-héros encore une fois. La perspective adoptée par Innaritu rend agaçant d'innombrables détails: pourquoi un personnage à bout de force comme Glass ouvrirait la porte de son tipi improvisé rageusement, à toute volée ? Comment peut-il attrapper un poisson gros comme une main dans un torrent montagneux en 15 secondes ? Pourquoi l'entend-on grogner 2 heures durant mais jamais éternuer ? Comment peut-il ne pas s'enrhumer alors qu'il a constamment les habits trempés ? Sans même parler du gel....


L'attaque du camp, au début, est impeccable, là par contre, rien à dire. On croirait que c'est le copain Cuaron qui s'en est chargé.
Le problème de la scène de l'ours, et c'est peut-être un argument spécieux, c'est qu'on se demande constamment "mais comment il on fait ?" parce qu'on SAIT, sans le voir, que tout est truqué. ça créer un sentiment bizarre, opposé à la viscéralité souhaitée- mais en même temps, on ne peut pas dire que ce ne soit pas virtuose. Même si, encore une fois... Pourquoi l'animal ne mord-il jamais le coup ? Cherche les parties molles et ne les mord pas ?

Bêtement, une chose m'a touché dans le film, je ne sais pas si c'est mieux posé, ou que c'est plus personnel, mais c'est l'amour de Glass pour son fils, palpable, physique, inconditionnel, que DiCaprio m'a paru mieux interprété que tout le reste.

Bref, j'ai été plus long que prévu, mais, puisque le film est très proche de leur sujets, et sans snobisme, j'ai vraiment trouvé que Jeremiah Johnson ou Le convoi sauvage étaient des films autrement plus incarnés, plus inattendus, plus étonnants, et surtout bien mieux écrits et mis en scène que ce Revenant au fond assez prétentieux. Hélas.... Parce que la reconstituion est quand même hallucinante. ET oui, Hardy est formidable, mais quand ne l'est il pas ?

Retourner vers « Cinéma et séries »