La Planète des singes - suprématie, Matt Reeves (2017)

Avatar de l’utilisateur
Razheem L'insensé
L'équipe du Bélial'
Messages : 1103
Enregistré le : 23 octobre 2009 à 17:31
Localisation : Lille
Contact :

Re: La Planète des singes - suprématie, Matt Reeves (2017)

Messagepar Razheem L'insensé » 04 juillet 2017 à 16:33

Et en attendant, les premières critiques qui tombent sont unanimes : c'est génial. Je suis impatient.
Avatar de l’utilisateur
Erwann
Modérateur
Messages : 8500
Enregistré le : 25 mai 2010 à 17:37
Localisation : Sol-3

Re: La Planète des singes - suprématie, Matt Reeves (2017)

Messagepar Erwann » 04 juillet 2017 à 16:58

Le deuxième film, L'Affrontement, ça donne quoi ? Je me suis arrêté au premier, Les Origines, que j'avais trouvé pas mal sans plus.
Avatar de l’utilisateur
Razheem L'insensé
L'équipe du Bélial'
Messages : 1103
Enregistré le : 23 octobre 2009 à 17:31
Localisation : Lille
Contact :

Re: La Planète des singes - suprématie, Matt Reeves (2017)

Messagepar Razheem L'insensé » 04 juillet 2017 à 17:16

Le second est moyen dans mon souvenir. Honnête sans plus, largement en dessous du premier que j'avais trouvé très bon.
Avatar de l’utilisateur
Razheem L'insensé
L'équipe du Bélial'
Messages : 1103
Enregistré le : 23 octobre 2009 à 17:31
Localisation : Lille
Contact :

Re: La Planète des singes - suprématie, Matt Reeves (2017)

Messagepar Razheem L'insensé » 18 juillet 2017 à 11:09

La critique du film sur Just A Word.

Putain ça fait du bien après 36 Marvel/DC /Blockbusters sans âme !!
lonesome
Axiomatique
Messages : 196
Enregistré le : 23 juin 2012 à 21:25

Re: La Planète des singes - suprématie, Matt Reeves (2017)

Messagepar lonesome » 01 août 2017 à 23:38

Vu .
Mon avis est mitigé. Les effets spéciaux sont au top, les expressions et animations des singes sont tout simplement hallucinantes de réalisme et d'humanisme (anthropomorphisme indispensable à l'identification aux personnages du film). Je pense qu'à ce niveau le film fera date et référence.
Ensuite il est clair que le film se détache des blockbusters habituels par son parti pris volontairement engagé là où la plupart des autres films visant les hautes sphères du box office mondialisé offrent au mieux un cynisme ou un second degré tant à la mode ou se perdent dans les reboot de reboot de reboot (ad vomitum...) .
Ici les singes sont clairement du côté des perdants de l'histoire américaine (indiens, vietnamiens, esclaves... ) et les soldats américains renvoient l'image des tueurs de femmes et d'enfants qu'ils avaient aux yeux de beaucoup de « gôchisses » dans les années 70... ce qui est proprement hallucinant venant d'un « blockbuster ».
Plusieurs choses m'ont cependant gênées ou interrogées.
De façon anecdotique (même si à mes yeux cela contribue à la bonne réception d'un film), je trouve la musique trop présente et illustrative, elle appuie souvent trop les scènes.
La partie dans la prison est beaucoup moins réussie à mes yeux que la première partie du film ce qui en casse le rythme.
Ensuite quelque chose dans le film m'a énormément questionné. C'est ce sentiment à pratiquement chaque scène de « déjà vu », parfois agaçant tant le réalisateur en joue.
De Danse avec les loups à la Grande Évasion en passant par Apocalypse Now on a l'impression que le cinéaste appuie son propos par des références ou des citations exclusivement cinématographiques et frisant parfois l'excès (la rencontre entre le singe et le colonel tout en clair-obscur qui reprend celle de Brando et Martin Sheen dans la fin d'Apocalypse Now est tellement mimétique qu'elle ressemble à une parodie).
Les scénaristes pour se faire comprendre ont cru nécessaire de filer la métaphore et faire référence à l'histoire américaine (génocides indiens ; esclavage ; guerre du Vietnam...) et le cinéaste a cherché dans son panthéon personnel les films s'y référent. Comme si le public américain ne pouvait comprendre ou intégrer son histoire qu'à travers sa représentation filmique (Un peu ce qu'avançait en son temps Baudrillard dans sa théorie du simulacre) au risque d'en perdre la simple réalité.
Avatar de l’utilisateur
Thomas Day
Modérateur
Messages : 6220
Enregistré le : 22 avril 2009 à 14:40

Re: La Planète des singes - suprématie, Matt Reeves (2017)

Messagepar Thomas Day » 26 novembre 2017 à 12:45

Personnellement, j'ai trouvé ça extrêmement mauvais.

- Woody Harrelson fait du Woody Harrelson (avec les lunettes de soleil en toute occasion : de nuit, sous la pluie, aux toilettes sans doute). Il est exactement dans les clous de ce qu'on attend de lui. Et quand il ne fait pas du Woody Harrelson, il singe mal Marlon Brando dans Ape-oh!-calypse Now.
- Le scénario est improbable, tellement les motivations des uns et des autres sont grotesques et/ou nébuleuses. Je veux éradiquer les singes. Pourquoi ? Parce qu'ils vont finir par nous mettre en esclavage. Ah ? Au début du film, les singes se sont terrés dans une forêt et n'emmerdent absolument personne. J'ai une théorie, quand il était petit, Woody a vu un film avec Charlton Heston, y'avait la statue de la liberté échouée sur une plage et ça l'a vachement marqué. Sinon : des militaires vont venir me faire la guerre. Pourquoi ? Ils ne sont pas d'accord avec moi. Ah... Et ça implique forcément un génocide d'ampleur biblique ? Dans une terre dévastée où il ne reste plus de femmes (en tout cas pas dans ce film-là), franchement pourquoi se foutre sur la gueule à coups de missiles, d'hélicoptères et de RPG. Moi je prends la Californie. Toi tu prends le Texas. Tu veux la Louisianne en plus ? Mais bien sûr, tant que je garde l'Orégon et que je peux aller chasser le cerf le week-end.
- Tout le monde est mort, sauf les militaires. Et d'ailleurs où sont les femmes militaires ?
- Il y a un personnage (singe) Ja Jar Binks, histoire de détendre l'atmosphère. Evidemment le résultat est consternant.
- La maladie qui oblige les humains à perdre la parole est une idée intéressante, mais elle ne sert à rien ou presque.
- C'est loooooong, putain que c'est long (2h20).
- L'orang-outang généré par ordinateur joue bien, c'est lui qui joue le mieux. On imagine que l'ordinateur est super-balèze.
Quant à la fin, c'est le moment WTF obligatoire. On peut le filmer ? Alors on le filme.

Fuyez, pauvres fous !

TD

PS : Sinon, ça a coûté 150 millions de dollars. Pour ce prix-là, Hollywood aurait pu produire dix vrais bons films, peut-être même vingt.
Avatar de l’utilisateur
fafa95
Patrouilleur temporaire
Messages : 33
Enregistré le : 15 novembre 2017 à 11:55
Contact :

Re: La Planète des singes - suprématie, Matt Reeves (2017)

Messagepar fafa95 » 26 novembre 2017 à 18:23

Je suis d'accord avec quelques-unes de vos remarques !

D'abord pour les références à d'autres films. Ça m'a beaucoup frappé, même fait sortir du film à certains moments, ce que j'ai trouvé dommage...

Ensuite, pour ce qui est de la maladie, elle aurait pu être mieux exploitée en effet. Elle est seulement esquissée et ne sert qu'à moraliser encore plus l'histoire, qui l'est déjà bien assez, depuis ses origines d'ailleurs.

Et sinon :
J'ai tout de même appréciée la trilogie dans son entièreté. Au moins, elle a été jusqu'au bout de son histoire, avec la mort de César qui clôt clairement - du moins je l'espère - cette nouvelle bouture de La Planète des Singes
Mon blog spécial SF

La page FB du blog

étudiante en cinéma avec un scénario sur les bras. EquinOx n'attend que vous !

Retourner vers « Cinéma et séries »