Bilan numérique 2013

Herbefol
Prince-Marchand
Messages : 784
Enregistré le : 20 avril 2009 à 18:36

Re: Bilan numérique 2013

Messagepar Herbefol » 24 janvier 2014 à 16:58

Et pour avoir testé quelques plateformes de vente de ebook, Amazon marche plutôt bien, notamment au niveau du moteur de recherche (point assez mauvais sur pas mal de sites, voire carrément catastrophique).
L'affaire Herbefol
Au sommaire : Evil for Evil de Parker, Mechanical Failure de Zieja, le baiser du rasoir de Polansky, Lum'en de Genefort et Empire Games de Stross.
Avatar de l’utilisateur
yogo
Radieux
Messages : 217
Enregistré le : 05 septembre 2012 à 19:11

Re: Bilan numérique 2013

Messagepar yogo » 24 janvier 2014 à 17:44

Merci pour ce bilan complet, très intéressant.

Herbefol a écrit :Et pour avoir testé quelques plateformes de vente de ebook, Amazon marche plutôt bien, notamment au niveau du moteur de recherche (point assez mauvais sur pas mal de sites, voire carrément catastrophique).
C'est vrai, moi je fais mes recherches sur Amazon mais j'achète chez Immateriel.
Avatar de l’utilisateur
Lec
Patrouilleur temporaire
Messages : 23
Enregistré le : 20 mai 2011 à 08:05

Re: Bilan numérique 2013

Messagepar Lec » 24 janvier 2014 à 18:00

La main-mise d'Amazon est dérangeante d'un point de vue éthique (évasion fiscale, conditions de travail des employés, poudres au yeux des investisseurs,...)
D'un point de vue stratégique, à moyen terme, Amazon pourra imposer sa volonté sur le numérique comme Amazon le fait sur le papier

J'en reconnais les forces également : visibilité pour l'éditeur, le meilleur marchand pour les lecteurs, profusion de titres, recherches et suggestiosn performantes et des outils très simples multi-plateformes

Mais c'est un ecosystème fermé qui vous emprisonne (sauf les techies à même d'en sortir). Ce n'est pas de l'achat mais de la location (et ce pour le même prix que lachat d'ePub). L'étude de vos habitudes d'achats sont une mine d'or pour les plans d'expansions (video, musique, voir plus).
Si seul les top ventes motivent les lecteurs d'Amazon, on va vers un appauvrissement de l'offre pour se battre avec acharnement à atteindre les top d'Amazon.

N'oublions pas non plus l'aspect financier, si le client paie le même montant sur eBelial et Amazon, le revenu pour Le Belial n'est pas le même, c'est une gap de 40% tout de même (30% Amazon, 10% diffuseur).


C'est au lecteur à faire le choix : la faciliter d'Amazon, ou supporter l'édition (vente de PDF, ePub et mobi sur e-Belial) et les libraires (via les affiliés ePagine par exemple)
Herbefol
Prince-Marchand
Messages : 784
Enregistré le : 20 avril 2009 à 18:36

Re: Bilan numérique 2013

Messagepar Herbefol » 24 janvier 2014 à 18:28

Lec a écrit :C'est au lecteur à faire le choix : la faciliter d'Amazon, ou supporter l'édition (vente de PDF, ePub et mobi sur e-Belial) et les libraires (via les affiliés ePagine par exemple)

Pas d'accord là dessus. Ce n'est pas au lecteur de faire ci ou ça, c'est aux acteurs du marché (éditeurs, libraires, etc.) de faire des efforts et de trouver les solutions pour attirer les lecteurs chez eux.

Au niveau du livre numérique, le seul système des drm est un frein à la concurrence d'Amazon. Chez le géant du net, le lecteur n'a qu'un compte à créer et ensuite il peut lire sans soucis. Ailleurs, s'il y a des drms il faut déjà deux comptes : un sur la plateforme d'achat et un chez adobe. Pourtant il y a des solutions intelligentes, mais ce n'est pas du lecteur qu'elles doivent venir. Ici, les éditeurs (et les libraires) devraient s'occuper d'éliminer les drms du marché, et soutenir la proposition de tva différenciée (taux réduit pour la vente de fichier, taux plein pour la location comme le fait Amazon et tous les systèmes à drms) qui a été rejetée il y a quelques semaines (mais qui devrait retenter sa chance prochainement).

C'est du même ordre sur pas mal d'autres points : ergonomie, moteur de recherche, etc. Une bonne partie des sites concurrents sont mal conçus, ne fonctionnent pas correctement, etc. On ne peut pas demander aux gens d'utiliser des systèmes "défectueux".
L'affaire Herbefol
Au sommaire : Evil for Evil de Parker, Mechanical Failure de Zieja, le baiser du rasoir de Polansky, Lum'en de Genefort et Empire Games de Stross.
Avatar de l’utilisateur
Lec
Patrouilleur temporaire
Messages : 23
Enregistré le : 20 mai 2011 à 08:05

Re: Bilan numérique 2013

Messagepar Lec » 24 janvier 2014 à 19:23

Herbefol a écrit :Pas d'accord là dessus. Ce n'est pas au lecteur de faire ci ou ça, c'est aux acteurs du marché (éditeurs, libraires, etc.) de faire des efforts et de trouver les solutions pour attirer les lecteurs chez eux.


une plateforme globale mais les éditeurs doivent attirer chez eux : compliqué ça :)
Le Belial, qui fait pourtant ça très bien, vend plus sur Amazon que sur sa plateforme. C'est pourtant un éditeur typé avec une base de lecteurs attaché à l'éditeur.


Herbefol a écrit :Au niveau du livre numérique, le seul système des drm est un frein à la concurrence d'Amazon. Chez le géant du net, le lecteur n'a qu'un compte à créer et ensuite il peut lire sans soucis. Ailleurs, s'il y a des drms il faut déjà deux comptes : un sur la plateforme d'achat et un chez adobe. Pourtant il y a des solutions intelligentes, mais ce n'est pas du lecteur qu'elles doivent venir. Ici, les éditeurs (et les libraires) devraient s'occuper d'éliminer les drms du marché,...


Heuuu, je vois mal Hachette, Gallimard & co se battre pour éliminer les DRMs de leur propre chef. Tant que les lecteurs achèteront avec DRM (ou sur Amazon) pourquoi faire un quelconque effort.
Par contre si le consommateur marque sa désapprobation du DRM en boycottant au mieux, cela peut influencer certains éditeurs.


Herbefol a écrit :et soutenir la proposition de tva différenciée (taux réduit pour la vente de fichier, taux plein pour la location comme le fait Amazon et tous les systèmes à drms) qui a été rejetée il y a quelques semaines (mais qui devrait retenter sa chance prochainement).


Proposition bien dangereuse et mal pensée. Les éditeurs PRO DRM se contenteront de reporter le prix sur le lecteurs.
Pire, si le Mobi n'est plus un livre (dixit cette loi), plus de loi Lang sur le prix unique, Amazon, avec sa position dominante va pouvoir imposer sa loi aux éditeurs qui sont dépendants d'Amazon (en moyenne 30-50% de PDM tout de même)
Comme la loi sur les frais de port, seul le client y perd...

Herbefol a écrit :C'est du même ordre sur pas mal d'autres points : ergonomie, moteur de recherche, etc. Une bonne partie des sites concurrents sont mal conçus, ne fonctionnent pas correctement, etc. On ne peut pas demander aux gens d'utiliser des systèmes "défectueux".
[/quote]

On en revient à la question éthique : d'où proviennent les moyens financier colossaux d'Amazon pour proposer tous ces super avantages par rapport à la Fnac ? Une association d'éditeurs indépendant (ou voir même tous les francophones) ne pourrait développer une ecosystème du même niveau sans utiliser les mêmes ficelles (ecosystème fermé, optimisation fiscale, DRM, contrôle du lectorat,...)
Le Belial' fait sa quote part d'effort, alors pourquoi consommer du Bélial' sur Amazon ?


Il n'y a pas de miracle, dans un monde idéal, on ferait confiance au gros pour notre bien, mais ce n'est jamais pour notre bien qu'ils agissent.
Le but avoué d'Amazon es d'éliminer les éditeurs : qui pense que Amazon se fendra d'un Bifrost après avoir éliminer Le Belial' ? Ou bien se contentrera-t-il de Musso et Levy ?

On revient doucement à une décentralisation de l'édition et de la librairie, je serai super content d'une plateforme centrale respectant le lecteur et l'éditeur (tous sur Biblys par exemple ? ;) ), mais cela n'existe pas encore, donc en attendant, agissons pour l'encourager :)
Herbefol
Prince-Marchand
Messages : 784
Enregistré le : 20 avril 2009 à 18:36

Re: Bilan numérique 2013

Messagepar Herbefol » 24 janvier 2014 à 21:39

Lec a écrit :Le Belial, qui fait pourtant ça très bien, vend plus sur Amazon que sur sa plateforme. C'est pourtant un éditeur typé avec une base de lecteurs attaché à l'éditeur.

Parce que les lecteurs ne savent pas que Le Bélial vend directement sur son site (difficile de trouver quelque chose dont on ignore l'existence) et parce que de manière plus générale les gens ne connaissent pas les éditeurs (un libraire est déjà heureux quand un client vient demander un livre en connaissant le nom de l'auteur et le titre).


On en revient à la question éthique : d'où proviennent les moyens financier colossaux d'Amazon pour proposer tous ces super avantages par rapport à la Fnac ?

Ça demande un peu de moyens de développer une plateforme correcte, certes, mais ce n'est pas non plus la conception d'une centrale nucléaire ou d'un porte-avions, c'est accessible à pas mal de structures de taille plus réduites qu'Amazon, à commencer par la Fnac. Ce n'est pas un problème de moyen, c'est un problème de compétences et d'organisation (quand on arrive pas à définir correctement ce que l'on veut, on ne l'obtient pas). On peut y mettre tous les moyens du monde, si à la base on ne conçoit pas correctement les choses, le résultat est pourri.


On revient doucement à une décentralisation de l'édition et de la librairie, je serai super content d'une plateforme centrale respectant le lecteur et l'éditeur (tous sur Biblys par exemple ? ;) ), mais cela n'existe pas encore, donc en attendant, agissons pour l'encourager :)

La centralisation est nécessaire pour que les livres soient accessibles au plus grand nombre, tout simplement. La plupart des lecteurs ont autre chose à faire que d'aller se créer des comptes chez tous les éditeurs dont ils acquièrent des livres. Après on passe plus de temps à chercher où sont publiés les livres que l'on veut qu'à les lire. :p

Allez, un exemple tout beau, tout chaud. Je cherche L'évangile cannibale de Fabien Clavel, en numérique, qui vient de sortir chez Actusf. Amazon le propose, Immateriel aussi. Chez Feedbooks rien, que dalle. Pareil chez e-maginaire (pourtant lié à l'éditeur du bouquin)...
L'affaire Herbefol
Au sommaire : Evil for Evil de Parker, Mechanical Failure de Zieja, le baiser du rasoir de Polansky, Lum'en de Genefort et Empire Games de Stross.
Avatar de l’utilisateur
Lec
Patrouilleur temporaire
Messages : 23
Enregistré le : 20 mai 2011 à 08:05

Re: Bilan numérique 2013

Messagepar Lec » 24 janvier 2014 à 21:50

Je n'ai pas dit de se passer des grands, mais je conseille à tous les éditeurs de s'en servir pour ramener les lecteurs sur leur plateforme :)

Et pour le Clavel, il est sur le site de l'éditeur, accessible via le même compte Axys que celui pour Le Belial, voila déjà une forme de centralisation pour petits éditeurs :)

Mais je suis d'accord avec tes arguments Herbefol, mais je doute que les grands nous apportent la solution, seuls les petits éditeurs et le lecteurs pourront influencer la situation. Peut-être que je me trompe, mais j'aime à le croire en tout cas :)
marko24
Patrouilleur temporel
Messages : 83
Enregistré le : 18 septembre 2012 à 17:02

Re: Bilan numérique 2013

Messagepar marko24 » 30 janvier 2014 à 10:29

Clément a écrit :Notre meilleur client (bravo Marc) a acheté 30 livres


Merci ! :)

je suis par contre super étonné de voir des chiffres aussi "bas". A peine 150 ex de vendus pour Accrétion !!
Je voyais des chiffres 10x plus élevé... J'ai vraiment une vision biaisée du monde de l'édition et des volumes des ventes...

En tt cas, merci à vous pour vos choix éditoriaux :)
Herbefol
Prince-Marchand
Messages : 784
Enregistré le : 20 avril 2009 à 18:36

Re: Bilan numérique 2013

Messagepar Herbefol » 30 janvier 2014 à 11:02

marko24 a écrit :je suis par contre super étonné de voir des chiffres aussi "bas". A peine 150 ex de vendus pour Accrétion !!
Je voyais des chiffres 10x plus élevé... J'ai vraiment une vision biaisée du monde de l'édition et des volumes des ventes...

Si Accrétion était parti à 1500 ex. en numérique, alors il s'en serait peut-être écoulé autant (voire plus) qu'en papier. Le numérique est encore loin de ces chiffres en France. :p
L'affaire Herbefol
Au sommaire : Evil for Evil de Parker, Mechanical Failure de Zieja, le baiser du rasoir de Polansky, Lum'en de Genefort et Empire Games de Stross.
Herbefol
Prince-Marchand
Messages : 784
Enregistré le : 20 avril 2009 à 18:36

Re: Bilan numérique 2013

Messagepar Herbefol » 30 janvier 2014 à 11:13

Clément a écrit :Depuis le lancement de notre offre numérique en septembre 2010, le chiffre d’affaires dû au numérique a doublé chaque année. En 2013, il représente 13% de notre CA global (7% en 2012), ce qui est une véritable anomalie quand on sait qu’en France, le numérique représente 3,1 % du marché (contre 20% aux USA et 12% au Royaume-Uni, source : http://www.clubic.com/livre-electroniqu ... imide.html)

L'écart s'explique peut-être en partie parce que la proportion numérisée du catalogue du Bélial est peut-être supérieure à celle de l'ensemble de l'édition française ?
D'ailleurs, quelle proportion de votre catalogue est disponible en numérique ?
L'affaire Herbefol
Au sommaire : Evil for Evil de Parker, Mechanical Failure de Zieja, le baiser du rasoir de Polansky, Lum'en de Genefort et Empire Games de Stross.

Retourner vers « L'actu du Bélial' »