Zendegi, de Greg Egan (mars 2012)

Avatar de l’utilisateur
ubikD
L'équipe du Bélial'
Messages : 1867
Enregistré le : 19 avril 2009 à 19:29

Re: Zendegi, de Greg Egan (mars 2012)

Messagepar ubikD » 26 mai 2012 à 07:44

Non non. L'avis de soleil vert (tout court et sans sa belle mère).
Avatar de l’utilisateur
Twin
Patrouilleur temporel
Messages : 70
Enregistré le : 21 juillet 2011 à 19:26
Contact :

Re: Zendegi, de Greg Egan (mars 2012)

Messagepar Twin » 27 mai 2012 à 12:57

Fini hier soir.

Etant un grand fan d'Egan pour les extrapolations scientifiques qu'il développe dans ses romans et nouvelles, j'ai été plutôt déçu par Zendegi. Contrairement à ses autres romans, les éléments science-fictifs (ça se dit ?) ne sont qu'effleurés, et leurs conséquences, d'habitudes développées et explorées en profondeur, sont quasiment absentes du livre. En le refermant on a presque l'impression d'avoir lu un prologue (à la Cité des Permutants, par exemple) et non une histoire complète.

Un peu frustré donc. Téranésie m'avait fait la même impression (trop d'humain, pas assez de science).
Avatar de l’utilisateur
M
Grand Ancien
Messages : 1820
Enregistré le : 20 juin 2009 à 20:41

Re: Zendegi, de Greg Egan (mars 2012)

Messagepar M » 27 mai 2012 à 14:24

Twin a écrit : (trop d'humain, pas assez de science).


Le pire c'est que la plupart du temps on reproche exactement l'inverse à Egan : trop de science, pas assez d'humain.
C'est dur de satisfaire tout le monde.
"Sauvez un arbre, mangez un castor"
Avatar de l’utilisateur
Erwann
Modérateur
Messages : 8335
Enregistré le : 25 mai 2010 à 17:37
Localisation : Sol-3

Re: Zendegi, de Greg Egan (mars 2012)

Messagepar Erwann » 06 juin 2012 à 10:14


… dans la 4e Dimension, en somme.
C'est même un Zendegi écrit par un Greg Egan parallèle, vu que l'action s'y déroule, non pas en 2012 puis 2027, mais en 2022. Et qu'il a été traduit par Jean-Pierre Durastanti.
Avatar de l’utilisateur
Pierre-Paul Durastanti
L'équipe du Bélial'
Messages : 552
Enregistré le : 19 avril 2009 à 21:35

Re: Zendegi, de Greg Egan (mars 2012)

Messagepar Pierre-Paul Durastanti » 06 juin 2012 à 13:35

Jean-Pierre, mon cousin fada ? Il faut que je lise cette version. ;)
Avatar de l’utilisateur
ubikD
L'équipe du Bélial'
Messages : 1867
Enregistré le : 19 avril 2009 à 19:29

Re: Zendegi, de Greg Egan (mars 2012)

Messagepar ubikD » 06 juin 2012 à 16:54

Le même Télérama qui loue les qualités de Prometheus ?

Ah ! Les amateurs...
nolive
L'équipe du Bélial'
Messages : 298
Enregistré le : 19 avril 2009 à 23:41

Re: Zendegi, de Greg Egan (mars 2012)

Messagepar nolive » 06 juin 2012 à 18:23

C'est un article du 9 juin, qui a été mis à jour le 4 juin. Très très parallèle, l'univers.

(C'est ballot, l'auteur de l'article était à la Comédie du livre. Ça fait une occasion ratée de discuter avec un fan d'Egan...)
Avatar de l’utilisateur
Twin
Patrouilleur temporel
Messages : 70
Enregistré le : 21 juillet 2011 à 19:26
Contact :

Re: Zendegi, de Greg Egan (mars 2012)

Messagepar Twin » 06 juin 2012 à 21:25

"Ancien programmateur informatique, l'Australien Greg Egan..."

Ça commence bien. Et ça se prétend magazine culturel...
Mais du coup on comprend mieux comment Egan a fait pour écrit un roman qui soit à ce point en prise avec les évolutions politiques actuelles.

(j'arrête, promis)
Avatar de l’utilisateur
Sauropside
Cookie Monster
Messages : 500
Enregistré le : 05 octobre 2010 à 15:17
Localisation : A bord du Sulaco

Re: Zendegi, de Greg Egan (mars 2012)

Messagepar Sauropside » 07 juin 2012 à 09:38

Perso, ça fait 28 ans que Télérama incarne, personnifie l'ennemi héréditaire de tout ce que j'aime: musique, cinéma, littérature...
Que leur critique de Zendegi soit aussi naze et gavée d'amateurisme me conforte doublement dans mon opinion:
1- Greg Egan est décidément un des plus grands écrivains vivants;
2- Télérama a décidément des goûts de chi#ttes.

Et pour ajouter une modeste pierre à l'édifice, il faut rappeler à l'auteur de cet article que les Iraniens ne sont pas des Arabes, mais des Persans..!
"Le futur n'est qu'un chemin longeant une berge interminable."
- Thierry Di Rollo -

Retourner vers « Les livres du Bélial' »