L'Épée brisée, de Poul Anderson (novembre 2014)

Avatar de l’utilisateur
JDB
L'équipe du Bélial'
Messages : 1572
Enregistré le : 20 avril 2009 à 15:08
Contact :

Re: L'Épée brisée, de Poul Anderson (novembre 2014)

Messagepar JDB » 25 septembre 2017 à 16:50

En faisant des recherches sur Poul Anderson, j'ai découvert qu'un groupe d'habitués de Babelio s'était lancé pour l'année 2017 un challenge Anderson/Le Guin (why not?).
J'ai suivi les 34 pages de leur discussion sur le forum dédié et il semble que L'Epée brisée ait marqué les esprits. Voir le nombre de critiques assez élevé parues en 2017. Tau zéro a été lui aussi remarqué.
JDB
Baskerville: la collection de polars victoriens, pour ceux qui aiment le parfum des vieux magazines anglais poussiéreux oubliés dans le grenier et de naphtaline de placard.
Avatar de l’utilisateur
Erwann
Modérateur
Messages : 9177
Enregistré le : 25 mai 2010 à 17:37
Localisation : Sol-3

Re: L'Épée brisée, de Poul Anderson (novembre 2014)

Messagepar Erwann » 02 mars 2018 à 12:06

Avatar de l’utilisateur
JDB
L'équipe du Bélial'
Messages : 1572
Enregistré le : 20 avril 2009 à 15:08
Contact :

Re: L'Épée brisée, de Poul Anderson (novembre 2014)

Messagepar JDB » 26 mars 2018 à 07:10

L'info était enfouie au fond de ma mémoire, mais ça faisait longtemps que je n'avais pas recherché du nouveau à ce sujet sur la toile.
L'Epée brisée a jadis fait l'objet d'une adaptation en bandes dessinées, due à Tom Reamy pour le texte et George Barr pour le dessin. Elle est parue dans Trumpet, fanzine créé et animé par Tom Reamy, en trois épisodes (n°s 4 à 6, 1966-1968)--trois épisodes, ça fait peu, et il est possible que cette adaptation soit inachevée.
Les seules images que j'aie pu trouver sont sur ce site italien.
Tom Reamy (1935-1977) est un écrivain mort prématurément dont l'oeuvre a marqué les esprits (Nebula pour sa novelette "San Diego Lightfoot Sue", jadis traduite dans fiction. George Barr (né en 1937) reçut un Hugo en tant que "fan artist" au moment où il passait professionnel. C'était l'artiste idéal pour illustrer, par exemple, Thomas Burnett Swann, et, à mon avis, il ne convenait pas tout à fait à Anderson, mais bon.
Si j'arrive à en savoir plus (voire à me procurer les numéros de ce fanzine fort recherché), on en reparle ici.
JDB
Baskerville: la collection de polars victoriens, pour ceux qui aiment le parfum des vieux magazines anglais poussiéreux oubliés dans le grenier et de naphtaline de placard.

Retourner vers « Les livres du Bélial' »