Un pont sur la brume, Kij Johnson (août 2016)

Soleilvert
Radieux
Messages : 244
Enregistré le : 20 avril 2009 à 20:42

Re: Un pont sur la brume, Kij Johnson (août 2016)

Messagepar Soleilvert » 17 septembre 2016 à 23:50

W a écrit :Un texte très sympathique et bien mené, mais au final je m'interroge quand au projet de l'auteur : je ne vois absolument pas ce que l’approche fictionnel qui plus est en littérature de genre apporte au récit ; je suis persuadé qu'il est possible de raconter la même chose sous la forme de la biographie d'un architecte / ingénieur du 19ème.
Du coup, autant je trouve le texte très plaisant, autant je le trouve anecdotique et m'interroge quand aux prix reçus (en même temps, pour le Hugo c'est plutôt bonne pioche par les temps qui courent).


Suggestion : l'idée de base, c'est cet architecte qui s'efforce de jeter un pont vers les autres (Rasali, son neveu ...). Donc on est limite littérature générale et littérature fantastique (Urbicande de Francois Schuiten & Benoit Peeters s'en rapproche)
Avatar de l’utilisateur
Olivier Girard
Modérateur
Messages : 2811
Enregistré le : 15 avril 2009 à 15:38

Re: Un pont sur la brume, Kij Johnson (août 2016)

Messagepar Olivier Girard » 20 septembre 2016 à 09:14

Avatar de l’utilisateur
Aldaran
Little Green Man
Messages : 389
Enregistré le : 13 août 2009 à 15:05

Re: Un pont sur la brume, Kij Johnson (août 2016)

Messagepar Aldaran » 20 septembre 2016 à 21:26

Lu aussi.

Impressionné je suis par ce magnifique doublé que nous donne à lire Le Bélial' et qui (au risque de me répéter) élève sa nouvelle collection au rang de celles qui sont à surveiller de très (très) près.
Merci.

Comme le dit Nébalounichet, « Mais on en arrive au moment fatal – celui de la comparaison entre Un pont sur la brume et son jumeau dans la parution L’Homme qui mit fin à l’histoire [...] », ce que tout le monde semble avoir fait.
Je l'ai fait aussi, forcément : deux textes écrits la même année, qui ont concouru aux mêmes prix et ont été publiés « ensemble » ici et ailleurs (surtout ici, d'ailleurs, (ah, ah... pardon) -- merci encore à l'éditeur, bien que j'ignore si ce rapprochement entre les deux textes a été voulu de la manière dont je le vois).

J'en viens au « fait »...
À mon sens, si un esprit de compétition est malvenu, ces textes sont intriqués (et le seront définitivement en ce qui me concerne). Celui de Kij Johnson nous parle d'humains s'associant malgré leurs différences pour traverser ensemble cette bizarrerie qu'est la vie, celui de Ken Liu de l'incapacité de ces mêmes humains à le faire (c'est à la louche, là, mais, pour moi, c'est ça).

Du coup, je peux comprendre assez aisément les sentiments qui ont fait la balance pour les prix.
(Mais je peux bien sûr me tromper, ce n'est peut-être qu'un délire perso, après tout -- mais je vous assure que je suis clean en écrivant cela.)

Et s'il serait idiot, de ma part de regretter que le texte de Liu (celui que j'ai préféré, comme beaucoup de lecteurs s'étant exprimé ici ou sur leur blog) n'ait pas remporté les prix, j'aurais véritablement kiffé un ex æquo.

Par ailleurs, certains ont noté une métaphore du progrès dans le texte de Kil Johnson. J'ai un autre avis : si métaphore il y a (et j'en suis convaincu), c'est celle de la vie.
Ce qui me permet (même si je me trompe) de répondre à la question de W : la brume, c'est la vie.
D'ailleurs, Rasali le dit elle-même à la page 68 : « Mais ça aura quand même été merveilleux de traverser la brume. », la discussion qu'elle a eu avec Kit dans les pages précédentes accentuant cette comparaison.
Et elle en rajoute une couche à la page 102 : « Je vais sur la brume ou je n'y vais pas. Je vis ou je ne vis pas. »
Encore une fois, il ne s'agit peut-être que d'un délire perso, hein...

Pour finir, j'aurais aimé que Cachou vienne donner son avis au sujet des rapports entre humains femelles et humains mâles comme ils sont présentés dans le texte de Kij Johnson (ce qu'a également noté l'ami Nébalouchinou). Je prends peu de risques en pensant que c'est ce genre de rapports dont elle regrette l'absence dans la majorité de la production littéraire.
Cachou ? T'es là ?

Pardon de m'être allongé à ce point mais je ne me sentais pas en mesure de pondre un truc sur mon blogounet et... il fallait néanmoins que je m'exprime.

Vous pouvez reprendre une activité normale...
Avatar de l’utilisateur
Erwann
Modérateur
Messages : 8435
Enregistré le : 25 mai 2010 à 17:37
Localisation : Sol-3

Re: Un pont sur la brume, Kij Johnson (août 2016)

Messagepar Erwann » 22 septembre 2016 à 08:56

Avatar de l’utilisateur
JDB
L'équipe du Bélial'
Messages : 1424
Enregistré le : 20 avril 2009 à 15:08
Contact :

Re: Un pont sur la brume, Kij Johnson (août 2016)

Messagepar JDB » 22 septembre 2016 à 14:14

Aldaran a écrit :Du coup, je peux comprendre assez aisément les sentiments qui ont fait la balance pour les prix.

Je pense que c'est surtout une question de visibilité: le texte de Kij Johnson était paru dans Asimov's alors que celui de Ken Liu était sorti dans une antho à petit tirage, éditée qui plus est par un auteur qui faisait surtout de l'auto-édition.
JDB
“Pourquoi le visage qui est le mien, tel que vous le voyez, ne serait-il pas un simple masque ?”
Avatar de l’utilisateur
Aldaran
Little Green Man
Messages : 389
Enregistré le : 13 août 2009 à 15:05

Re: Un pont sur la brume, Kij Johnson (août 2016)

Messagepar Aldaran » 22 septembre 2016 à 18:38

JDB a écrit :
Aldaran a écrit :Du coup, je peux comprendre assez aisément les sentiments qui ont fait la balance pour les prix.

Je pense que c'est surtout une question de visibilité: le texte de Kij Johnson était paru dans Asimov's alors que celui de Ken Liu était sorti dans une antho à petit tirage, éditée qui plus est par un auteur qui faisait surtout de l'auto-édition.
JDB

Ah, je n'ai que ma vision de lecteur, j'oublie toujours ces paramètres pros...
Merci JDB de relativiser cette vision.
Avatar de l’utilisateur
Olivier Girard
Modérateur
Messages : 2811
Enregistré le : 15 avril 2009 à 15:38

Re: Un pont sur la brume, Kij Johnson (août 2016)

Messagepar Olivier Girard » 23 septembre 2016 à 08:50

Avatar de l’utilisateur
Algernon
Cookie Monster
Messages : 584
Enregistré le : 03 novembre 2014 à 13:24

Re: Un pont sur la brume, Kij Johnson (août 2016)

Messagepar Algernon » 28 septembre 2016 à 00:21

Aldaran a écrit :
Algernon a écrit :Et si je ne partage pas mes propres réflexions, c'est simplement parce que je n'ai pas encore lu ce livre (mais ça ne tardera pas, je rattrappe mon retard, hier le choix, ce soir le pont et demain la fin de l'Histoire) mais ça ne m'empêche pas de profiter de vos échanges.
Curieux de savoir ce que tu penses de ces deux derniers titres.


Allez, alors, hop, à chaud, pour Un pont sur la brume :

(mais je vais faire court car Griph' ne comprend pas pourquoi j'ai regagné l'ordinateur)

(et je spoile la fin à mort, vous êtes prévenus)

Bon, en réalité, je n'ai pas grand chose à dire. Je suis admiratif de lecteurs tels Razheem ou Nebal qui sont capables de pondre dix pages de critique tout en finesse et en analyse. Moi, lire un livre, c'est comme regarder un tableau, je fais dans la béatitude muette. Je peux très facilement rester une heure devant une toile à contempler le travail de l'artiste, scruter le moindre détail de son œuvre, m'extasier devant la souplesse de sa main et de la perspicacité de son œil mais si quelqu'un se glisse sournoisement dans mon dos et me demande ce que j'en pense, j'aurai bien de la peine à sortir autre chose qu'un "euh, c'est beau".

Car voilà tout simplement ce que je pense d'Un pont sur la brume, c'est un beau texte. D'abord très différent de ce à quoi je m'attendais. J'imaginais quelque conte fataliste auquel soit Rasali, soit le Pont, ne survivrait pas à la fin et j'ai été tout surpris de découvrir une jolie fin positive plein d'humanité. Il m'aura d'ailleurs fallu cette conclusion pour comprendre que le seul vrai pont construit tout au long de ce livre est celui qui chevauche le gouffre qui séparait Kit des autres. La brume dans laquelle les gens ne voit rien est la représentation de nos peurs d'autrui, des peurs irréelles que nous ne parvenons pas à nous représenter, et quand à la fin Kit voit enfin un Géant, il ne le craint plus, preuve justement qu'il a dépassé ses peurs. Sa volonté finale de suivre Rasali sur l'océan de brume est un aboutissement : non seulement il a construit un pont entre lui et les autres mais il est maintenant prêt à le traverser.

(bon, après, c'est ma perception personnelle du texte, hein, ni plus, ni moins)

Le livre m'aura donc finalement beaucoup plu et je ne garde que deux minces regrets : je préfère le titre anglais qui place l'humain au cœur de l'histoire et je reste sceptique devant la couverture, je n'imagine pas du tout le pont construit ainsi, à moins que Procheville soit un alias pour San Francisco.

(voilà, lassé d'attendre, Griph' me confisque le livre)
Avatar de l’utilisateur
M
Grand Ancien
Messages : 1847
Enregistré le : 20 juin 2009 à 20:41

Re: Un pont sur la brume, Kij Johnson (août 2016)

Messagepar M » 28 septembre 2016 à 12:17

Algernon a écrit :
Bon, en réalité, je n'ai pas grand chose à dire. Je suis admiratif de lecteurs tels Razheem ou Nebal qui sont capables de pondre dix pages de critique tout en finesse et en analyse. Moi, lire un livre, c'est comme regarder un tableau, je fais dans la béatitude muette. Je peux très facilement rester une heure devant une toile à contempler le travail de l'artiste, scruter le moindre détail de son œuvre, m'extasier devant la souplesse de sa main et de la perspicacité de son œil mais si quelqu'un se glisse sournoisement dans mon dos et me demande ce que j'en pense, j'aurai bien de la peine à sortir autre chose qu'un "euh, c'est beau".


Pas mieux.Et je comprends aussi le livre comme toi.

Par contre mon chien ne l'a pas attaqué sournoisement.
"Sauvez un arbre, mangez un castor"

Retourner vers « Les livres du Bélial' »