La Ballade de Black Tom, Victor LaValle (avril 2018)

Soleilvert
Little Green Man
Messages : 319
Enregistré le : 20 avril 2009 à 20:42

Re: La Ballade de Black Tom, Victor LaValle (avril 2018)

Messagepar Soleilvert » 02 mai 2018 à 21:44

JDB a écrit :Fascinant. Il y aurait une étude de littérature comparée à faire avec "The Women Men Don't See" de James Tiptree Jr.
JDB


Instant d'angoisse : où est passé mon fiction spécial 24 ???
Ouf je l'ai retrouvé ...
Si j'ai bien compris il y aurait un rapport entre Vol 727 pour ailleurs et La ballade de Black Tom ?
Avatar de l’utilisateur
JDB
L'équipe du Bélial'
Messages : 1606
Enregistré le : 20 avril 2009 à 15:08
Contact :

Re: La Ballade de Black Tom, Victor LaValle (avril 2018)

Messagepar JDB » 03 mai 2018 à 07:29

Soleilvert a écrit :Si j'ai bien compris il y aurait un rapport entre Vol 727 pour ailleurs et La ballade de Black Tom ?

L'idée de base me semble la même: l'oppressé(e) préfère les aliens/Cthulhu à son oppresseur (l'homme/le Blanc). Bien entendu, le contexte n'est pas le même (40 ans d'écart entre les dates des deux textes), pas plus que la nature de l'oppression.
(Et je ne voudrais pas me faire de la pub, mais on trouve dans Certains ont disparu et d'autres sont tombés des nouvelles reposant sur la même idée--mais pas que.)
JDB
Baskerville: la collection de polars victoriens, pour ceux qui aiment le parfum des vieux magazines anglais poussiéreux oubliés dans le grenier et de naphtaline de placard.
Soleilvert
Little Green Man
Messages : 319
Enregistré le : 20 avril 2009 à 20:42

Re: La Ballade de Black Tom, Victor LaValle (avril 2018)

Messagepar Soleilvert » 03 mai 2018 à 17:09

Pigé. (Je n'ai pas encore acheté La ballade de Black Tom...)
Par contre je suis en train de lire "Certains ont disparu ..." et suis sous le choc de "Black Country". Ma culture en fantastique datant du précambrien je vais passer à côté de bien des choses, hélas.
Avatar de l’utilisateur
JDB
L'équipe du Bélial'
Messages : 1606
Enregistré le : 20 avril 2009 à 15:08
Contact :

Re: La Ballade de Black Tom, Victor LaValle (avril 2018)

Messagepar JDB » 04 mai 2018 à 14:45

Soleilvert a écrit :Par contre je suis en train de lire Certains ont disparu ... et suis sous le choc de "Black Country". Ma culture en fantastique datant du précambrien je vais passer à côté de bien des choses, hélas.

Tu parles des nouvelles en hommage à Lovecraft, Smith, Chambers, etc? Les titres des anthos où elles sont parues donnent des indices, ainsi que certaines des notes en fin de volume.
Par contre, il y a un texte dont je me suis rendu compte seulement en le traduisant que c'était un hommage à Leiber--l'importance de l'alcoolisme aurait dû me mettre la puce à l'oreille.
JDB
Baskerville: la collection de polars victoriens, pour ceux qui aiment le parfum des vieux magazines anglais poussiéreux oubliés dans le grenier et de naphtaline de placard.
Avatar de l’utilisateur
Apophis
Little Green Man
Messages : 371
Enregistré le : 07 janvier 2016 à 15:54
Contact :

Re: La Ballade de Black Tom, Victor LaValle (avril 2018)

Messagepar Apophis » 04 mai 2018 à 16:46



Sauf que l'analyse est soit fausse (les musiciens de rue sont bel et bien évoqués par Lovecraft, et le racisme ne s'arrête pas à quelques flics véreux chez LaValle, mais s'étend à toute personne des quartiers blancs, comme c'est montré dans le train par exemple), soit ne repose sur rien d'autre que le prisme de lecture propre à l'auteur de l'article, aucun élément factuel, présent dans les textes, ne pouvant être cité à l'appui de ses thèses. Par exemple, il fait une analyse très manichéenne et dichotomique, où le noir serait forcément vertueux (et même "lumineux") chez LaValle et forcément méprisable chez Lovecraft. En réalité, LaValle dit clairement qu'il y a de l'intolérance de la part des afro-américains envers les afro-caribéens (les seconds étant l'objet de la part des premiers "des pires rumeurs"), et n'est donc absolument pas dans les absolus, mais au contraire dans une approche réaliste, tout en nuances de gris, de la situation réelle. Ce n'est pas parce que LaValle ne fait pas de la personne de couleur l'objet d'opprobre qu'en fait Lovecraft qu'il lui prête pourtant toutes les vertus, et qu'un noir est incapable de racisme envers... d'autres noirs (noirs américains vs caribéens). Bref, résumer la finesse de l'approche de LaValle à "Lovecraft : noir méchant" vs "LaValle : noir gentil" me paraît réducteur, pour ne pas dire puéril, personnellement. Rien que le fait que le protagoniste soit un petit arnaqueur de bas étage et pas un travailleur pauvre mais honnête comme l'était son père vient d'ailleurs clairement démentir tout manichéisme. On peut aussi citer cette assertion sans fondement selon laquelle tout noir du texte de LaValle aurait une âme d'artiste, alors que le seul qui en a vraiment une est probablement le père du protagoniste. Les autres personnes de couleur montrées dans le texte, elles, sont plutôt du côté criminel qu'artistique du spectre professionnel, et LaValle se plaît à répéter que le fils n'a en aucun cas hérité du talent musical de son père.

Je pense sincèrement que le travail fait par LaValle sur le texte de Lovecraft mérite mieux que ça, et qu'une mise en page esthétique ne saurait cacher une analyse d'une pertinence douteuse. Pierre-Paul, tu parles de littérature comparée, mais les éléments d'analyse factuels, je peine à les voir dans cette critique, personnellement : pas un mot de la modification de temporalité, ou bien de la suppression d'un arc important (celui du mariage de Suydam) dans le texte de Lovecraft, qui est ici purement et simplement ignoré malgré le fait que le texte de LaValle soit une véritable réécriture de celui de Lovecraft. Enfin, le fait que le texte de LaValle puisse être compris comme le récit des vrais événements et que celui de Lovecraft n'en serait qu'une version édulcorée n'est pas évoqué. C'est pourtant clairement exprimé dans le dernier chapitre où apparaît Malone dans le texte de LaValle.

Bref, d'autres blogueurs (et non, je ne parle pas de moi) ont fait des analyses comparées des deux textes que je trouve bien plus factuelles et intéressantes, et à mon humble avis, c'est sans doute celle de Ziterman qui repose sur le moins d'éléments tangibles. Son assertion selon laquelle l'immigration est une chance chez LaValle est, notamment, clairement démentie par l'animosité manifestée par les afro-américains envers les afro-caribéens qui s'installent à New York. Ce blogueur voit dans ce texte ce qu'il veut y voir, pas ce qui y est réellement présent.
Avatar de l’utilisateur
SamuelZiterman
Patrouilleur temporel
Messages : 47
Enregistré le : 07 mai 2017 à 14:24

Re: La Ballade de Black Tom, Victor LaValle (avril 2018)

Messagepar SamuelZiterman » 04 mai 2018 à 17:53

Je ne pense pas que Pierre-Paul ait voulu affirmer que ma chronique est la meilleure comparaison des deux œuvres disponible sur la blogosphère. D'ailleurs, elle n'en a pas la prétention.

Mes assertions ne sont peut-être pas pertinentes, mais tout autant qu'affirmer que l’immigration ne serait pas une chance sous prétexte qu'il y a une animosité entre les Afro-Américains et les Caribéens.

Ce blogueur voit dans ce texte ce qu'il veut y voir, pas ce qui y est réellement présent.


Cette punchline va finir par me caractériser, je vois que tu la ressors dès que possible. Alors, effectivement mon regard sur les deux textes est peut-être un poil manichéen ? Mais sur un tel sujet, on peut se le permettre non ?

Bref, comme tu dis.

Merci de ton avis et de porter tant d'importance au mien.
Avatar de l’utilisateur
Apophis
Little Green Man
Messages : 371
Enregistré le : 07 janvier 2016 à 15:54
Contact :

Re: La Ballade de Black Tom, Victor LaValle (avril 2018)

Messagepar Apophis » 04 mai 2018 à 19:00

SamuelZiterman a écrit :Mes assertions ne sont peut-être pas pertinentes, mais tout autant qu'affirmer que l’immigration ne serait pas une chance sous prétexte qu'il y a une animosité entre les Afro-Américains et les Caribéens.


Voilà une démonstration parfaite de ce que je dénonce dans ta critique : une vue partielle, réductrice, orientée, du texte de LaValle. Ce dernier fait dire au protagoniste, dans les premières pages du livre, que selon lui, l'immigration caribéenne est une chance pour Harlem. ET l'auteur dit aussi que la majorité de la communauté afro-américaine répand au contraire les pires rumeurs sur les immigrés afro-caribéens, notamment sur le club où le protagoniste se rend et qui serait un tel coupe-gorge ou antre de la débauche que même les criminels les plus endurcis de Harlem n'osent pas y mettre les pieds. Donc LaValle n'est pas dans un absolu, quel qu'il soit, mais dans un continuum d'opinions divergentes, de nuances de gris. Il n'y a pas de manichéisme chez lui : si on doit opposer son texte à celui de Lovecraft, il faut le faire en disant que l'écrivain de Providence balance sa doxa raciste sans admettre de nuance, tandis que LaValle, tout en dénonçant le racisme de Lovecraft, admet que la réalité est complexe, pas dichotomique, pas manichéenne, et qu'il peut donc y avoir du racisme noir-noir, que certains d'entre eux peuvent considérer que non, l'immigration afro-caribéenne n'est pas une chance.

SamuelZiterman a écrit :Merci de ton avis et de porter tant d'importance au mien.


Seule la dithyrambe de Pierre-Paul m'a incité à aller voir ce qu'il y avait de si extraordinaire dans ta critique. Mais sinon, cela fait un moment que je ne lis plus tes publications, pour être honnête.

SamuelZiterman a écrit :je vois que tu la ressors dès que possible


Mensonge éhonté et stratégie de victimisation. Typique de ceux qui n'ont pas d'arguments. Pathétique. Une telle soif de gratter de l'attention, des vues, de créer un buzz négatif, pose question, clairement.
Avatar de l’utilisateur
Pierre-Paul Durastanti
L'équipe du Bélial'
Messages : 724
Enregistré le : 19 avril 2009 à 21:35

Re: La Ballade de Black Tom, Victor LaValle (avril 2018)

Messagepar Pierre-Paul Durastanti » 04 mai 2018 à 19:58

Hey, les blogueurs, sans vouloir faire de modération, on se pose et on boit frais à Saint-Tropez, svp ? ;)

Retourner vers « Les livres du Bélial' »