Meddik, de Thierry Di Rollo

Avatar de l’utilisateur
Clément
Administrateur
Messages : 2078
Enregistré le : 21 mars 2009 à 14:54
Contact :

Meddik, de Thierry Di Rollo

Messagepar Clément » 08 novembre 2010 à 13:43

«...qui pourrait être encore Dieu, dans un tel foutoir ? Et qui oserait s'en revendiquer ? »

Grande-Ville.
Cité-monde polluée, inique, ultraviolente, déchirée par une guérilla dont les factions même ont oublié l'origine.
Grande-Ville.
Cité-labyrinthe au ciel de suie peuplé de vautours mutants qui, sans relâche, prélèvent en nuées leur écot sur une population terrifiée.
Grande-Ville.
Cité-tombeau d'un monde assassiné par l'incurie humaine...
Du haut des trois cents étages de l'immeuble de la Gormac, dans le quartier sécurisé des Justes, John Stolker, héritier de l'empire Gormac, contemple Grande-Ville. Sa ville. Alors même qu'il inhale la première bouffée de « K. Beckin », le Monstre le toise et barrit. Démesuré, il emplit l'espace et trace bientôt son chemin de ruine. John Stolker sait que le Monstre lui montre la voie, celle d'une vengeance nourrie par une haine froide et lucide. Aussi va-t-il régler ses comptes avec la terre entière : il suivra le Monstre...
Jusqu'au bout.

Thierry Di Rollo a publié plusieurs dizaines de nouvelles, notamment au Fleuve Noir et chez Denoël. Écrivain culte pour certains, infréquentable pour d'autres du fait de l'extrême noirceur de ses récits, ses quatre premiers romans l'ont consacré comme la voix la plus tranchante de la science-fiction française.

Avec Meddik, récit d'une débâcle humaine et sociale sans équivalent, Di Rollo affirme son statut d'écrivain majeur au-delà de tout étiquetage de genre.


« Chez Di Rollo, il n'y a aucune compromission, aucun espoir, aucun rachat. Brillent une écriture efficace et une atmosphère persistante. » Libération

La fiche dans le catalogue du Bélial'

Image
Avatar de l’utilisateur
Clément
Administrateur
Messages : 2078
Enregistré le : 21 mars 2009 à 14:54
Contact :

Re: Meddik, de Thierry Di Rollo

Messagepar Clément » 08 novembre 2010 à 13:44

La plume de Thierry Di Rollo est forte, intense, exigeante. Il m’est difficile de ne pas citer plus d’extraits de ce roman. Les thèmes de Di Rollo sont dérangeants. John Stolker est un personnage qui assume sa folie meurtrière. Mais tout ça nous mène finalement à quoi ? Une ambiance malsaine, la fange de l’âme humaine. Un voyage dans une suite d’horreurs, que d’aucuns trouveront vain, d’autres fascinant.


Un avis à lire ici :
http://lyonnes.blogspot.com/2010/11/med ... elial.html
T. Di R.

Re: Meddik, de Thierry Di Rollo

Messagepar T. Di R. » 08 novembre 2010 à 15:01

Clément a écrit :
La plume de Thierry Di Rollo est forte, intense, exigeante. Il m’est difficile de ne pas citer plus d’extraits de ce roman. Les thèmes de Di Rollo sont dérangeants. John Stolker est un personnage qui assume sa folie meurtrière. Mais tout ça nous mène finalement à quoi ? Une ambiance malsaine, la fange de l’âme humaine. Un voyage dans une suite d’horreurs, que d’aucuns trouveront vain, d’autres fascinant.


Un avis à lire ici :
http://lyonnes.blogspot.com/2010/11/med ... elial.html


Merci, Clément, de cette initiative. Cela me permet d'ajouter ce qui suit:

Ah! les lyonnes de la SF... Et dire que Flo (l'une d'entre elles) a pris contact tout récemment avec moi pour me faire part de leur intention de me poser quelques questions lors des Utopiales. Elle m'a dit qu'elle s'apprêtait à lire Meddik (après "La profondeur des tombes" qui, dixit, '[lui] a mis une grande claque'). Heureusement que je lui ai répondu que je manquerais probablement de temps. Ce qui est la vérité, au demeurant.

Les réactions épidermiques à Meddik, on pourrait en faire des pages et des pages. Pour contrebalancer - et me protéger -, j'ai choisi le traitement inverse sur mon site. Avec le recul, je me dis que j'ai bien fait.
Flo
Vandale du vide
Messages : 1
Enregistré le : 09 novembre 2010 à 07:55

Re: Meddik, de Thierry Di Rollo

Messagepar Flo » 09 novembre 2010 à 08:05

Les Lyonnes ne parlent que de ce qu'elles aiment. Je ne retire pas mon intention de vous saluer aux Utopiales avec l'espoir que vous pourrez nous consacrer un peu de temps.

Flo
Avatar de l’utilisateur
Clément
Administrateur
Messages : 2078
Enregistré le : 21 mars 2009 à 14:54
Contact :

Re: Meddik, de Thierry Di Rollo

Messagepar Clément » 17 novembre 2010 à 10:45

J'ai lu ce livre juste après La lumière des Morts. Je l'ai même dévoré, et pourtant, impossible de trouver comment en parler en ces pages. Il faut dire que certains livres vous fichent une telle claque que ça vous remue la cervelle au point de vous ôter vos mots. La lumière des morts m'avait déjà marquée par ses thèmes, ses symboles, sa dureté... Ce livre méritait parfaitement sa place dans mes coups de (au) cœur. Et pourtant, avec Meddik, j'ai l'impression qu'on est encore un cran au-dessus. Alors, on va dire double coup de poing au cœur avec cet ouvrage. Une claque magistrale.


Un autre avis à lire ici :
http://isa.guso.over-blog.com/article-m ... 98041.html
Avatar de l’utilisateur
Erwann
Modérateur
Messages : 8614
Enregistré le : 25 mai 2010 à 17:37
Localisation : Sol-3

Re: Meddik, de Thierry Di Rollo

Messagepar Erwann » 27 novembre 2011 à 16:42

Avatar de l’utilisateur
Erwann
Modérateur
Messages : 8614
Enregistré le : 25 mai 2010 à 17:37
Localisation : Sol-3

Re: Meddik, de Thierry Di Rollo

Messagepar Erwann » 04 mars 2012 à 15:02

Un roman fascinant, et d'une violence extrême. Qui frôle les limites du supportable dès qu'on le referme et qu'on commence à y réfléchir, au regard de ce que devient notre société actuelle. Meddik, au travers des yeux d'un personnage désabusé, contient une réponse à la question: à quoi ressemblerait une société sans humanisme ?

Un avis à lire sur Magm3.
T. Di R.

Re: Meddik, de Thierry Di Rollo

Messagepar T. Di R. » 04 mars 2012 à 15:46

Merci, Erwann. Sans toi, je l'aurais probablement manqué.

Je rajoute deux extraits de la chronique de Matteo (qui a lu Meddik comme je l'ai écrit) sur la page de mon site consacrée au roman.

Retourner vers « Les livres du Bélial' »