Bifrost n° 66 : Spécial Isaac Asimov (avril 2012)

Avatar de l’utilisateur
Pierre-Paul Durastanti
L'équipe du Bélial'
Messages : 555
Enregistré le : 19 avril 2009 à 21:35

Re: Bifrost n° 66 : Spécial Isaac Asimov (avril 2012)

Messagepar Pierre-Paul Durastanti » 22 avril 2012 à 21:19

Face à une question aussi provocante, j'oediplurien. ;)
Avatar de l’utilisateur
M
Grand Ancien
Messages : 1825
Enregistré le : 20 juin 2009 à 20:41

Re: Bifrost n° 66 : Spécial Isaac Asimov (avril 2012)

Messagepar M » 22 avril 2012 à 21:23

jdb a écrit :Pas encore lu en totalité, mais un aperçu du dossier Asimov me pousse à faire l'observation suivante : ça fait quel effet de tuer le père ?


A la lecture, je me suis fait un peu la même réflexion. Et en même temps si je prend l'article de Bertrand Bonnet, il n'hésite pas à reconnaître que, je simplifie un peu, c'est l'âge (le sien et celui de l'oeuvre) qui est en cause. Je pensais me replonger dans Fondation suite au Bifrost. Finalement, je vais peut être rester sur mes souvenirs d'ado (le début des boutons sur la tronche de B.Bonnet) et passer à autres choses.
"Sauvez un arbre, mangez un castor"
Xavier Maumejean
L'équipe du Bélial'
Messages : 630
Enregistré le : 21 avril 2009 à 15:45

Re: Bifrost n° 66 : Spécial Isaac Asimov (avril 2012)

Messagepar Xavier Maumejean » 22 avril 2012 à 21:36

Pierre-Paul a écrit :Face à une question aussi provocante, j'oediplurien. ;)


Je crains le pire le jour où l'on fera un dossier Ursula Le Guin....
Avatar de l’utilisateur
JDB
L'équipe du Bélial'
Messages : 1412
Enregistré le : 20 avril 2009 à 15:08
Contact :

Re: Bifrost n° 66 : Spécial Isaac Asimov (avril 2012)

Messagepar JDB » 22 avril 2012 à 21:45

Pour prolonger ma question provocatrice, quelques réflexions, sans doute superficielle.
La tonalité de ce dossier (du moins de certaines de ses parties) ne m'a pas surpris. Bertrand a raison de parler de problème de génération. Il lui arrive avec Asimov (années 50) ce qui est arrivé aux quinquagénaires comme moi il y a une vingtaine d'années avec les auteurs des années 30 : ceux que j'avais découverts étant ado (Edmond Hamilton, pour en citer un), je leur trouvais encore de l'intérêt, fût-il seulement nostalgique ; quand je m'attaquais à ceux que je ne connaissais pas (Burroughs, pour en citer un), je trouvais ça illisible.
Passent quelques années, le lecteur vieillit, les textes prennent de la patine, et on peut démêler les vrais classiques des oeuvres destinées à tomber dans l'oubli.
Je pense qu'Asimov -- puisqu'il est question de lui -- va entrer dans un purgatoire, d'où il ressortira triomphalement dans une vingtaine d'années. A moins qu'il ne connaisse le sort d'un Jules Verne : être considéré comme un auteur jeunesse indémodable (en tout cas, idéal pour aborder la SF quand on est très jeune).
JDB
“Pourquoi le visage qui est le mien, tel que vous le voyez, ne serait-il pas un simple masque ?”
Avatar de l’utilisateur
M
Grand Ancien
Messages : 1825
Enregistré le : 20 juin 2009 à 20:41

Re: Bifrost n° 66 : Spécial Isaac Asimov (avril 2012)

Messagepar M » 23 avril 2012 à 09:19

jdb a écrit :.
Je pense qu'Asimov -- puisqu'il est question de lui -- va entrer dans un purgatoire, d'où il ressortira triomphalement dans une vingtaine d'années.


Si on en croit les ventes chez Lunes d'Encre, Fondation lui permettra de survivre à son passage dans le Purgatoire. Et il restera toujours Fondation. Toute les bilbiothèques et CDI (ou presque) doivent l'avoir en rayon et c'est LE livre qui est conseillé à des jeunes lecteurs pour démarrer la SF. Et pourtant, il y en a de bien meilleur. Mais même si on trouve ça caricatural, comme le dit Eric Picholles dans son article, Asimov fait preuve d'une pédagogie qui encourage le jeune lecteur. C'et simple et lisible à leur âge. Stéréotypé, simpliste et mal écrit au notre.

Maintenant c'est aussi bien de "casser" le mythe et de le remettre à sa place. Pour les lecteurs avident de découvertes, ça élague sérieusement le paysage.
"Sauvez un arbre, mangez un castor"
Avatar de l’utilisateur
scifictif
Prince-Marchand
Messages : 921
Enregistré le : 29 avril 2009 à 14:02

Re: Bifrost n° 66 : Spécial Isaac Asimov (avril 2012)

Messagepar scifictif » 23 avril 2012 à 16:50

Farfadet a écrit :Les nouvelles d'Asimov sont anecdotiques.

La première, oui, clairement.
Sur un sujet semblable, autant se (re)lire Carcinoma angels de Spinrad.
(comment ça, rien à voir ? Bah oui, justement)

La seconde, non.
Mes lectures sont lointaines et mes souvenirs diffus mais il me semble que dans nul autre texte ses robots aient fait un tel usage des lois de la robotique. Plus extrème que la loi Zéro, c'est une sorte de loi "double zéro" qu'Asimov insinue là. Du coup, ce texte, il sort un peu de l'ordinaire, quand même.


p.s : si ça vous intéresse, vous pouvez lire une interview d'Asimov en français. Pour éviter toute relance inutile de polémique, je précise tout de suite que si Asimov y mentionne un doctorat en physique, il s'agit d'une erreur de trad. (Ph.D. traduit par doctorat en physique). Vous pouvez aussi le lire en english cet entretien.
(interview trouvée sur un chouette site consacré à l'auteur. Je vous recommande entre autre, la section histoire du futur qui souligne le boulot de dingue qu'a accompli ce type).
rmd
Prince-Marchand
Messages : 853
Enregistré le : 20 avril 2009 à 09:31

Re: Bifrost n° 66 : Spécial Isaac Asimov (avril 2012)

Messagepar rmd » 23 avril 2012 à 16:57

jdb a écrit :Je pense qu'Asimov -- puisqu'il est question de lui -- va entrer dans un purgatoire, d'où il ressortira triomphalement dans une vingtaine d'années. A moins qu'il ne connaisse le sort d'un Jules Verne : être considéré comme un auteur jeunesse indémodable (en tout cas, idéal pour aborder la SF quand on est très jeune).
JDB

Euh, Verne est aussi passé par le purgatoire. Dans les années 40, 50 et 60, si je ne me trompe pas, la seule édition existante était celle de la bibliothèque verte, un véritable massacre : nombreuses coupes et seuls les romans les plus connus étaient réimprimés. Il a fallu attendre la fin des années 60 pour avoir à nouveau des textes complets en édition adulte correctes. Ca doit être l'excellente intégrale de l'éditeur suisse Rencontre qui a permis à Verne de revenir parmi les écrivains reconnus. (je laisse les verniens me corriger si je dis des bêtises.)
http://www.noosfere.org/
Patrice2
Disciple de Griaule
Messages : 431
Enregistré le : 09 mai 2009 à 14:34
Contact :

Re: Bifrost n° 66 : Spécial Isaac Asimov (avril 2012)

Messagepar Patrice2 » 23 avril 2012 à 21:13

Salut,

J'avoue pour ma part avoir beaucoup aimé ce dossier (et évidemment pas uniquement parce que j'y ai très modestement contribué), parce qu'il ne verse pas dans l'idolâtrie et qu'il lance pas mal de pistes de réflexions sur l'auteur, argumentées, certes souvent basées sur un ressenti personnel, mais compréhensible. Je ne partage ainsi pas tout à fait l'avis de Nébal sur le caractère générationnel de son oeuvre - sans doute suis-je meilleur public, mais je comprends ce qu'il veut et peut l'accepter parce justement, c'est argumenté et convenablement présenté.
Et avec les autres articles, il me semble qu'au final on a quelque de vraiment très copieux et très consistant, et qui, fort curieusement, m'a donné envie de relire certaines choses, même - et peut-être même surtout - parmi celles les plus critiquées pour leur caractère "périssable".
J'avoue relire régulièrement Fondation - tous les cinq ans, en gros - histoire de me ressourcer, mais là le dossier m'a donné envie de relire aussi Les Cavernes d'acier et Face au feu du soleil.
Bref, dossier critique, oui, mais stimulant.

A+

Patrice
Un tiers calva, un tiers cidre, un tiers purin et eau de mare

LINGVA
Avatar de l’utilisateur
drimchal
Axiomatique
Messages : 101
Enregistré le : 12 juillet 2011 à 11:14

A

Messagepar drimchal » 26 avril 2012 à 22:39

Je viens de finir de lire le dossier, et même si j'ai bien saisi le caractère un peu daté que pouvait avoir l'oeuvre d'Asimov, cela m'a rappelé que je n'avais jamais fini le cycle des robots. Mon frère avait les omnibus et je lui avais piqué le premier pour le lire, ça j'en suis sûre. Le second, il me l'avait généreusement filé quand je me suis fait opéré des dents de sagesse, pour l'attente post-opération (qui du coup m'avait paru bien trop courte, à peine plus de 2-3 heures, je dirais). Et je ne l'ai jamais repris ensuite.
Et je suis incapable de me rappeler si j'ai aussi fini les "fondation".
Du coup, j'ai envie de m'y remettre. En plus, je ne connaissais pas du tout le côté "policier" d'Asimov, et le club des veufs noirs m'intéresse aussi fortement.
Bref, pour ma part ça me donne furieusement envie de me (re)lire plusieurs bouquins, ne serait-ce que pour voir si je serais toujours aussi prise par l'histoire, sans voir les défauts soulignés dans le dossier.

Par contre, à 2-3 reprises dans les articles, vous parlez d'un "Azazel", qui n'est pas référencé dans les livres de la fin (peut-être dans les notes de fin d'article, mais j'avoue qu'au vu du nombre, je les ai un peu zappé).
Or, dès que j'ai lu ce nom, il m'est revenu l'image très nette de ma bibliothèque, côté batîment "adulte" et de son unique meuble-étagère SF-Fantasy que j'ai écumé de long en large. Je suis persuadée d'avoir lu un truc avec un Azazel, mais impossible de me rappeler si c'était du Asimov, ni d'ailleurs de quoi que ce soit du bouquin ><
Du coup, comme je ne l'ai pas retrouvé dans la liste finale, je me demande toujours si c'était bien ça ou si c'était complètement autre chose...
Avatar de l’utilisateur
Erwann
Modérateur
Messages : 8345
Enregistré le : 25 mai 2010 à 17:37
Localisation : Sol-3

Re: A

Messagepar Erwann » 26 avril 2012 à 22:46

Drimchal a écrit :Par contre, à 2-3 reprises dans les articles, vous parlez d'un "Azazel", qui n'est pas référencé dans les livres de la fin (peut-être dans les notes de fin d'article, mais j'avoue qu'au vu du nombre, je les ai un peu zappé).
Or, dès que j'ai lu ce nom, il m'est revenu l'image très nette de ma bibliothèque, côté batîment "adulte" et de son unique meuble-étagère SF-Fantasy que j'ai écumé de long en large. Je suis persuadée d'avoir lu un truc avec un Azazel, mais impossible de me rappeler si c'était du Asimov, ni d'ailleurs de quoi que ce soit du bouquin ><
Du coup, comme je ne l'ai pas retrouvé dans la liste finale, je me demande toujours si c'était bien ça ou si c'était complètement autre chose...

Asimov a bien écrit une série de nouvelles mettant en scène un petit démon du nom d'Azazel, dans un recueil du même nom.

Retourner vers « La revue Bifrost »