Bifrost n° 89 : dossier Nancy Kress (janvier 2018)

Avatar de l’utilisateur
Erwann
Modérateur
Messages : 9380
Enregistré le : 25 mai 2010 à 17:37
Localisation : Sol-3

Re: Bifrost n° 89 : dossier Nancy Kress (janvier 2018)

Messagepar Erwann » 25 janvier 2018 à 10:08

Le numéro 89 de Bifrost est officiellement disponible aujourd'hui dans toutes les bonnes librairies et sur belial.fr !
Avatar de l’utilisateur
HA
Patrouilleur temporaire
Messages : 33
Enregistré le : 26 octobre 2015 à 18:40

Re: Bifrost n° 89 : dossier Nancy Kress (janvier 2018)

Messagepar HA » 25 janvier 2018 à 12:18

ePub téléchargé avec toujours autant de plaisir.

Mais il y a pas mal de (petites) coquilles dans cet epub.
En voici une liste non exhaustive
(1er ligne : là où il y a la ou les coquilles, 2e ligne : une suggestion de correction.)
décidemment, cet automne s’annonce encombré
--> décidément

décidemment, quelle actualité pour le prétendu
--> décidément

En France, un seul des ses romans a été publié
En France, un seul de ses romans a été publié

d’un voyage « àtravers des images
d’un voyage « à travers des images

accent mis sur les personna-ges la raison
accent mis sur les personnages la raison

la quêteest la vie dynamique del’esprit.
la quête est la vie dynamique de l’esprit.

novélisation deBlade Runner, qui
novélisation de Blade Runner, qui

dans ce domaine pour messpace operas, notamment
dans ce domaine pour mes space operas, notamment

Nancy Kress mutipliée par Quarante-Deux [par Org]
--> ne serait-ce pas "multipliée"

problématiques sont bien ren-dues,
problématiques sont bien rendues,

Le roman n’aban-donne pas pour autant
Le roman n’abandonne pas pour autant

d’une maison de re-traite médicalisée
d’une maison de retraite médicalisée

de la maison de re-traite s’ouvre,
de la maison de retraite s’ouvre,

il est ac-compagné à l’université par Carrie
il est accompagné à l’université par Carrie

de femmes reliés par une pro-miscuité imposée,
de femmes reliés par une promiscuité imposée,

Robert Silverberg & Martin H. Green-berg :
Robert Silverberg & Martin H. Greenberg :

son livre Grundzüge einer Theorie der phylogenetischen Syste-matik
son livre Grundzüge einer Theorie der phylogenetischen Systematik

l’an VIII. Réeds Bulletin scienti- fique de la France
l’an VIII. Réeds Bulletin scientifique de la France

découvreurs de talents, pépinièred’auteurs
découvreurs de talents, pépinière d’auteurs

avec Faire dessciences avec Star Wars de Roland
avec Faire des sciences avec Star Wars de Roland

Venez discutez avec nous sur forums.belial.fr
Venez discuter avec nous sur forums.belial.fr

spécial de la revue Galaxies. à part ça, dans la vraie vie
spécial de la revue Galaxies. À part ça, dans la vraie vie,

un très bon cocktail. à la lecture, l’auteur
un très bon cocktail. À la lecture, l’auteur

recensé par notre camarade éric Jentile au
--> Éric

Sylvie Homassel, éric Jentile, Olivier Jubo,
--> Éric

Nancy Kress, après Le Prince del’aube.
Nancy Kress, après Le Prince de l’aube.

nous avons un capacité aussi stupéfiante
nous avons une capacité aussi stupéfiante

omnibus de quatre roman dans une version révisée
omnibus de quatre romans dans une version révisée

quand il ne font pas l’objet d’emprunts
quand ils ne font pas l’objet d’emprunts

moins que six titres, dontAnathem, de Neal
moins que six titres, dont Anathem, de Neal

plus massif que leBluebird et même
plus massif que le Bluebird et même

Refuge 3/9 de Anna Starobinets (inBifrost 84),
Refuge 3/9 de Anna Starobinets (in Bifrost 84),

entre Howard et Lovecraft, mais il n’estpasvraimentsurlamêmeligne. Faut-il voir
entre Howard et Lovecraft, mais il n’est pas vraiment sur la même ligne. Faut-il voir

(les différents états duSilmarillion),
(les différents états du Silmarillion),

Jacques Abeille, l’une dans le « Cycle deTerremer »
Jacques Abeille, l’une dans le « Cycle de Terremer »

Il nous y avait laissés avecIl était une fois dans
Il nous y avait laissés avec Il était une fois dans

iens, Jugnot a essayéles implants
iens, Jugnot a essayé les implants

que vous écriviez était uneréponse émotionnelleà l’univers
que vous écriviez était une réponse émotionnelle à l’univers

était une réponseintellectuelle, en ajoutant quedans l’œuvre
était une réponse intellectuelle, en ajoutant que dans l’œuvre

sur l’écriture, à commencer parBeginnings,
sur l’écriture, à commencer par Beginnings,

les mouvements féministes, pour finirpar le début
les mouvements féministes, pour finir par le début

(de même que dans le recueilqui nous
(de même que dans le recueil qui nous

où il y avait d’un côté leshackers,
où il y avait d’un côté les hackers,

sont consacrés à l’écriture, notammentBeginnings, Middles& Ends etCharacters,
sont consacrés à l’écriture, notamment Beginnings, Middles& Ends et Characters,

Note : beaucoup de double espace (à proscrire dans les epub)

J’ai honte , faillit-il répondre.
--> pas d'espace avant une virgule. Au moins 32 occurrences de cette erreur de typo.

auxquels il ancre le Bluebird . Cette manœuvre
--> pas d'espace avant un point. Au moins 11 occurrences de cette erreur de typo.


Vivement le version 1.02.
Avatar de l’utilisateur
Erwann
Modérateur
Messages : 9380
Enregistré le : 25 mai 2010 à 17:37
Localisation : Sol-3

Re: Bifrost n° 89 : dossier Nancy Kress (janvier 2018)

Messagepar Erwann » 25 janvier 2018 à 19:13

Avatar de l’utilisateur
Aldaran
Cookie Monster
Messages : 542
Enregistré le : 13 août 2009 à 15:05

Re: Bifrost n° 89 : dossier Nancy Kress (janvier 2018)

Messagepar Aldaran » 26 janvier 2018 à 00:33

Mme Lhisbei a écrit :Il me semble donc juste d’évoquer ce numéro dédié, entre autres, « à toutes les filles gravitant dans la SF, auteures, éditrices, traductrices et autres lectrices et chroniqueuses ». D’autant plus que les cinq nouvelles qu’il contient sont toutes l’œuvre d’autrices, [...]

On se met d'accord quand ?
Perso, j'ai opté pour « autrice ». Par goût et logique.
ZRK
Patrouilleur temporaire
Messages : 37
Enregistré le : 23 décembre 2017 à 13:55

Re: Bifrost n° 89 : dossier Nancy Kress (janvier 2018)

Messagepar ZRK » 26 janvier 2018 à 10:43

Et pourquoi on reste pas avec auteur , éditeur , traducteur ? On ne dénomine pas un sexe avec ces mots mais des métiers. Et chaque métier fait partie d'un domaine qui lui ,est dénominé par un mot féminin : médecin - médecine.

Entre ces changements et l'écriture inclusive illisible et moche le féminisme ne sait plus quoi faire. Les femmes se sentent vraiment plus respectées parce qu'on change un simple mot en version féminine ? Sérieux ?
Bon. Alors ok. Si c'est ce qu'elles veulent. Ce qui est drôle c'est que je connais pas mal de femmes à mon boulot qui s'en foutent royalement voir même trouvent le procédé assez moche et inutile. Chef , cheffe...brrr...Bien pensance et féminisme ne sont pas bon ménage ! Une fois on m'a fait remarquer qu'on parlait souvent de l'Homme comme espèce. Oui, mais si on disait la Femme naitrait une nouvelle (fausse) inégalité. On dit bien l'espèce humaine....

Pour moi , le plus important sera toujours de faire ce que fait le Bélial à savoir mettre la femme en avant (le numéro Nancy Kress est clairement féministe) sans que ça remplace l'homme et que ça le réduise au point de provoquer un combat inverse. Merci justement de nous parler d'écrivains femmes mais , peu importe le sexe, l'importe c'est que la personne écrive , qu'on le lise point. Le jour où l'on se fera plus de distinctions entre les sexes, là ce sera gagné. Pour le moment, on est encore dans la contradiction du : tout le monde pareil , universalisme, mais par contre faut bien nous différencier pour mettre en valeur les minorités (sexuelles, ethniques) , gné ?
Avatar de l’utilisateur
ubikD
L'équipe du Bélial'
Messages : 2023
Enregistré le : 19 avril 2009 à 19:29

Re: Bifrost n° 89 : dossier Nancy Kress (janvier 2018)

Messagepar ubikD » 26 janvier 2018 à 10:59

Amusons-nous un peu...

Et pourquoi on reste pas avec auteur , éditeur , traducteur ? On ne dénomine pas un sexe avec ces mots mais des métiers. Et chaque métier fait partie d'un domaine qui lui ,est dénominé par un mot féminin : médecin - médecine.


Quid de actrice ? Comédienne ? Institutrice ? Enseignante ? Directrice ? C'est étonnant ces dénominations féminines qui ne posent aucun problème ?
J'en retiens que la langue est un outil dont le fonctionnement est déterminé par un usage que des instances académiques cherchent depuis très récemment (XVIIIe siècle) à réglementer. Alors, qu'on nous laisse tranquille avec ces histoires de bien-pensance qui apparaissent souvent comme le signe de la réaction, du conservatisme, voire davantage...
ZRK
Patrouilleur temporaire
Messages : 37
Enregistré le : 23 décembre 2017 à 13:55

Re: Bifrost n° 89 : dossier Nancy Kress (janvier 2018)

Messagepar ZRK » 26 janvier 2018 à 11:18

Bien joué. J'avais complétement zappé ces mots (par exemple). Du coup , là je suis séché. Harakiri.

(bon par contre l'écriture inclusive non merci, c'est moche, vulgaire et là pour le coup totalement inutile, confus par la même occasion et illisible).
Avatar de l’utilisateur
Aldaran
Cookie Monster
Messages : 542
Enregistré le : 13 août 2009 à 15:05

Re: Bifrost n° 89 : dossier Nancy Kress (janvier 2018)

Messagepar Aldaran » 26 janvier 2018 à 11:41

Arf, je ne voulais pas provoquer un débat, juste relever un écrit rigolo.
Cela dit, je suis pour la précision du sexe. C'est une information importante. Et elle est loin du "tout le monde pareil" qui est d'une connerie sans nom (à mon sens) puisqu'il n'a strictement rien de réel.
J'ai entendu un argument horrible, l'autre jour à la radio, disant que ceux qui employaient "autrice" (ou "auteure") le faisaient dans le but d'indiquer que les écrits de la personne concernée seraient moins bons puisque venant d'une femme. Je connais des contradictions moins contradictoires... Pourtant, cet argument était défendu par une femme.
Et on s'amuse et on rigole.
Avatar de l’utilisateur
Lhisbei
L'équipe du Bélial'
Messages : 166
Enregistré le : 03 janvier 2011 à 11:18
Contact :

Re: Bifrost n° 89 : dossier Nancy Kress (janvier 2018)

Messagepar Lhisbei » 26 janvier 2018 à 21:21

C'est un débat même dans les milieux féministes (pour ce que je peux en voir).

Aldaran a écrit :
Mme Lhisbei a écrit :Il me semble donc juste d’évoquer ce numéro dédié, entre autres, « à toutes les filles gravitant dans la SF, auteures, éditrices, traductrices et autres lectrices et chroniqueuses ». D’autant plus que les cinq nouvelles qu’il contient sont toutes l’œuvre d’autrices, [...]

On se met d'accord quand ?
Perso, j'ai opté pour « autrice ». Par goût et logique.


"auteures" est écrit comme tel dans Bifrost par celui qui a rédigé l'édito en caleçon (a priori le Boss donc)
"autrice" est le mot que j'ai décidé d’utiliser (parce qu'il a existé auparavant et qu'il me paraît le plus logique, je te rejoins Aldaran).
Dans le cahier critique on trouve "autrice" et "auteure" indifféremment. (je connais au moins un chroniqueur qui évite les deux :p)

Je veux bien entendre l'argument suivant "mais pourquoi féminiser des fonctions alors que ce n'est pas nécessaire ? " mais à condition qu'on m'explique pourquoi on "masculinise" des fonctions/métiers traditionnellement féminins quand des mecs pointent leur nez : sage-femme (maïeuticien) ou infirmier (infirmière) pour ne prendre que deux exemples. Des exemples ne sont pas des arguments, mais dans ce cas précis, j'aimerais une réciprocité dans le procédé.

Perso je suis, dans la "vraie" vie "manager" ou responsable d'équipe (c'est assez neutre comme dénomination - certains collaborateurs disent "ma chef" et ça me va bien) et je m'amuse à ouvrir les portes sécurisées aux hommes (ils ont compris : ils passent devant et à la porte suivante, ils passent leur badge et je passe devant => réciprocité) : je ne veux aucun privilège / condescendance / regard différent qui viendrait du fait que je suis une femme.
Avatar de l’utilisateur
Aldaran
Cookie Monster
Messages : 542
Enregistré le : 13 août 2009 à 15:05

Re: Bifrost n° 89 : dossier Nancy Kress (janvier 2018)

Messagepar Aldaran » 27 janvier 2018 à 01:54

Oui, j'avais écrit une première réaction (ayant mal lu) sans les guillemets avant de me rendre compte qu'« autrice » était ton choix.
Et oui, toi, moi et des tas d'autres personnes des deux sexes ont « décidé » qu'« autrice » était le « bon » mot.
Mais ça ne me satisfait pas complètement.
Que chacun décide de son orthographe, au bout du compte, ça va être un bordel « sans précédant »...
Déjà qu'on a tous un mal de dingue à se comprendre en utilisant les mêmes mots...

Retourner vers « La revue Bifrost »