Bifrost n°62 : Spécial Jacques Goimard (avril 2011)

Xavier Maumejean
L'équipe du Bélial'
Messages : 629
Enregistré le : 21 avril 2009 à 15:45

Re: Bifrost n°62 : Spécial Jacques Goimard (avril 2011)

Messagepar Xavier Maumejean » 25 avril 2011 à 13:52

Ce qui m'a pour le moins surpris dans la biographie de Jacques Sadoul, c'est de le découvrir en photo au symposium de Rio de Janeiro assis à côté de Luis Gasca, mon grand-oncle. J'avoue que c'était inattendu...
Avatar de l’utilisateur
M
Grand Ancien
Messages : 1820
Enregistré le : 20 juin 2009 à 20:41

Re: Bifrost n°62 : Spécial Jacques Goimard (avril 2011)

Messagepar M » 25 avril 2011 à 18:26

scifictif a écrit :L'intérêt de ce récit, réside dans la description d'une utopie non pas achevée mais en cours d'élaboration, en construction, en mouvement (à rapprocher de la société figée de l'utopie kikuyue).
Son point faible, à mon avis, son manque de crédibilité dans la psychologie des personnages, notamment leur faculté incroyable à s'accomoder de tels bouleversements dans l'organisation ancestrale de leur société en l'espace d'une petite décennie. On a du mal en effet à croire à une telle malléabilité mentale et une telle zénitude...


Ta tartine comme tu le dis étant bien écrite, je ne vais pas en rajouter.

Je ne te rejoins qu'à moitié sur le point faible. Oui les ficelles sont grosses au niveau acceptation, mais sans cela, il faudrait décrire une utopie sur plusieurs décennies voir siècles. Et là le format novella ne serait plus du tout approprié. Il y aurait de telles ellipses qu'on aurait peine à croire qu'en 10 ou 20 ans, aucun autre conflit ne soit apparu.

En tout cas un texte intéressant. Et quel plaisir de retourner dans cet univers.
Modifié en dernier par M le 26 avril 2011 à 11:26, modifié 1 fois.
"Sauvez un arbre, mangez un castor"
Avatar de l’utilisateur
ubikD
L'équipe du Bélial'
Messages : 1867
Enregistré le : 19 avril 2009 à 19:29

Re: Bifrost n°62 : Spécial Jacques Goimard (avril 2011)

Messagepar ubikD » 26 avril 2011 à 10:14

Même impression que scifictif pour le texte de Resnick. Un peu trop facile l'évolution de Kilimandjaro. Et puis, je crois que je préfère Kirinyaga, du moins son traitement dramatique. Là, j'ai surtout eu l'impression de lire une utopie américaine avec un dénouement un tantinet struggle for life.
Rien à dire de la nouvelle de Thomas Day. Si ce n'est : les victimes font-elles de bons bourreaux ?
J'ai dévoré l'interview de Jacques Goimard. Le bougre se dit orgueilleux et ça se voit. Marrant de constater que le même trait de caractère guide les acteurs de cette époque...
Avatar de l’utilisateur
Clement
Administrateur
Messages : 2068
Enregistré le : 21 mars 2009 à 14:54
Contact :

Re: Bifrost n°62 : Spécial Jacques Goimard (avril 2011)

Messagepar Clement » 30 avril 2011 à 14:24

Il est maintenant possible d'acheter la version papier + la version numérique de Bifrost 62 pour 13,00 €.
Avatar de l’utilisateur
Thomas Day
Modérateur
Messages : 6124
Enregistré le : 22 avril 2009 à 14:40

Re: Bifrost n°62 : Spécial Jacques Goimard (avril 2011)

Messagepar Thomas Day » 18 mai 2011 à 21:40

Vu ce soir sur Planète+ Le crime invisible, un documentaire sur la guerre (civile) par le viol en Côte d'Ivoire.
Évidemment bouleversant, même si je m'étais documenté pour "Nous sommes les violeurs".
C'est un sujet très dur (de mon point de vue il manque au documentaire le témoignage d'un violeur), mais peu importe, si vous avez l'occasion : regardez-le. On y voit des femmes brisées, des femmes désespérées, des femmes qui ont décidé de lutter, des femmes contaminées par le SIDA, des femmes qui sont restées magnifiques malgré ce qu'elles ont subi. L'égalité est une illusion ; l'égalité face à la violence, encore plus.

TD
Avatar de l’utilisateur
Clement
Administrateur
Messages : 2068
Enregistré le : 21 mars 2009 à 14:54
Contact :

Re: Bifrost n°62 : Spécial Jacques Goimard (avril 2011)

Messagepar Clement » 02 juin 2011 à 09:35

Avatar de l’utilisateur
Sauropside
Cookie Monster
Messages : 500
Enregistré le : 05 octobre 2010 à 15:17
Localisation : A bord du Sulaco

Re: Bifrost n°62 : Spécial Jacques Goimard (avril 2011)

Messagepar Sauropside » 11 janvier 2012 à 14:21

Enfin lu la nouvelle de Mike Resnick et j'ai beaucoup apprécié.
L'intérêt de ce récit, réside dans la description d'une utopie non pas achevée mais en cours d'élaboration, en construction, en mouvement (à rapprocher de la société figée de l'utopie kikuyue).
Je ne connaissais pas du tout la précédente nouvelle de Resnick, donc j'ai été intéressé par la description de la société Masaï et sa transposition dans une utopie futuriste.
Découvrir les traditions d'un peuple, c'est bien; savoir pourquoi il les applique et tient à les conserver, c'est cent fois mieux.
D'autre part, c'est probablement le meilleur texte sur la tolérance et le respect de l'autre que j'ai pu lire, sans que ce soit mièvre, lourd à digérer ou culpabilisant.
Là où le bât blesse, effectivement, c'est:
Son point faible, à mon avis, son manque de crédibilité dans la psychologie des personnages, notamment leur faculté incroyable à s'accomoder de tels bouleversements dans l'organisation ancestrale de leur société en l'espace d'une petite décennie. On a du mal en effet à croire à une telle malléabilité mentale et une telle zénitude...
Ce n'est pas faux, mais je n'y ai pensé qu'après coup, en fait, parce que le récit m'a transporté. L’histoire (ou l'Histoire?) prend le pas sur la plausibilité.
Et plus j'y pense, plus je me demande s'il ne faut pas prendre ce récit comme une fable, une parabole, un conte africain qu'un griot transmet à son auditoire autour d'un feu.

thomasday a écrit :L'égalité est une illusion
Je plussoie.
"Le futur n'est qu'un chemin longeant une berge interminable."
- Thierry Di Rollo -

Retourner vers « La revue Bifrost »