Bifrost n°62 : Spécial Jacques Goimard (avril 2011)

Avatar de l’utilisateur
Sauropside
Cookie Monster
Messages : 500
Enregistré le : 05 octobre 2010 à 15:17
Localisation : A bord du Sulaco

Re: Bifrost n°62 : Spécial Jacques Goimard (avril 2011)

Messagepar Sauropside » 11 janvier 2012 à 18:54

Certes.






En revanche, j'ai une foi indéfectible en la Fraternité.
"Le futur n'est qu'un chemin longeant une berge interminable."
- Thierry Di Rollo -
Avatar de l’utilisateur
Erwann
Modérateur
Messages : 8335
Enregistré le : 25 mai 2010 à 17:37
Localisation : Sol-3

Re: Bifrost n°62 : Spécial Jacques Goimard (avril 2011)

Messagepar Erwann » 16 novembre 2012 à 09:30

Soleilvert
Radieux
Messages : 229
Enregistré le : 20 avril 2009 à 20:42

Re: Bifrost n°62 : Spécial Jacques Goimard (avril 2011)

Messagepar Soleilvert » 16 octobre 2014 à 22:51

jdb a écrit :Acheté hier et lu l'entretien avec Jacques Goimard.
Sentiments mitigés.
D'abord parce que j'ai l'impression que les plus jeunes lecteurs auraient eu besoin de plus de notes afin de leur expliquer qui est qui, et dans quel ordre. Difficile pour qui n'est pas au courant, par exemple, de comprendre que la librairie "L'Atome" a succédé à "La Balance".
Ensuite, parce que tout comme dans les mémoires de Jacques Sadoul (cités en exergue comme pour dispenser la revue de lui consacrer un entretien similaire -- sous-entendu : le travail est déjà fait), il y a pas mal de sujets qui fâchent que l'on passe sous silence, tout en réglant des comptes vieux de plusieurs lustres.
Deux exemples, d'importance inégale :
Jacques Goimard est fier du succès de Dune chez (Presses-)Pocket, mais, sauf erreur de ma part, quand Gérard Klein écrivait :
Je me souviens avec amusement des quatre lignes méprisantes qui saluèrent dans Le Monde la parution de Dune, décrit comme aussi aride que les déserts d'Arrakis. Le coupable a du reste eu ample occasion de faire depuis amende honorable. (in Ailleurs et demain a vingt ans, 1990)

... le "coupable" n'était autre que Jacques Goimard. Paradoxal, non ?
Plus préoccupante, l'omission dans cet entretien des relations avec la Scientologie, via la publication de la tétralogie, puis de la décalogie de L. Ron Hubbard.
Oui, tout cela est frustrant.
JDB


J'ai bien aimé cette interview, malgré tes réserves. C'est très anecdotique, mais j'ai eu un moment jubilatoire en lisant le passage sur le canular de Goimard à Henry IV (décrit alors comme un temple par Alain Finkielkraut ah ah ah). J'ai peut-être l'explication de la venue de ces chenapans aux portes de Lavoisier en Mai 68.

Retourner vers « La revue Bifrost »