Celui qui dénombrait les hommes, China Miéville

Avatar de l’utilisateur
Erwann
Modérateur
Messages : 8524
Enregistré le : 25 mai 2010 à 17:37
Localisation : Sol-3

Celui qui dénombrait les hommes, China Miéville

Messagepar Erwann » 19 août 2015 à 12:35

This Census Taker is the poignant and uncanny new novella from award-winning and bestselling author China Miéville. After witnessing a profoundly traumatic event, a boy is left alone in a remote house on a hilltop with his increasingly deranged parent. When a stranger knocks on his door, the boy senses that his days of isolation are over—but by what authority does this man keep the meticulous records he carries? Is he the boy’s friend? His enemy? Or something altogether other?

Depuis Railsea en 2012, China Miéville s'était fait plutôt discret ces derniers temps. Mais (hourrah) c'est fini : son recueil Three Moments of an explosion est sorti cet été, et deux (2) romans sont annoncés pour 2016. Le présent This Census-Taker, dont la parution serait prévue le 5 janvier prochain, et The Last Days of New Paris, qui se déroule dans un Paris alternatif, frappé par l'explosion d'une bombe surréaliste…
Source ici et .
Avatar de l’utilisateur
Erwann
Modérateur
Messages : 8524
Enregistré le : 25 mai 2010 à 17:37
Localisation : Sol-3

Re: Celui qui dénombrait les hommes, China Miéville

Messagepar Erwann » 28 septembre 2017 à 16:09

Dans une ville étrange, à l'écart du monde, vit un homme violent, avec sa femme et son fils...
Comme suspendue dans les airs, la ville est à cheval entre deux montagnes, coupée par un gouffre, réunir par un pot. Un pont dont les orphelins livrés à eux-mêmes ont fait leur royaume.
Plus haut dans la montagne, à l'écart de l'agitation de la cité peuplée de marchands, de marginaux et de magiciens, vit le faiseur de clés, avec sa femme et leur enfant. Un jour, son fils déboule dans les rues, comme s'il avait le diable à ses trousses. Son père a tué sa mère, et l'a jetée dans un trou si profond que l'on n'en voit pas le fond, affirme-t-il.
Mais faute de preuve, on préfère ne pas le croire. Alors c'est auprès des enfants du pont que le petit garçon va se réfugier.
Jusqu'à ce que son père le retrouve.
Heureusement, bientôt, arrive en ville un recenseur, celui qui dénombrait les hommes...


Celui qui dénombrait les hommes, court roman de China Miéville, paraîtra chez Outre Fleuve le 12 octobre.
La fiche du livre.
Herbefol
Prince-Marchand
Messages : 730
Enregistré le : 20 avril 2009 à 18:36

Re: Celui qui dénombrait les hommes, China Miéville

Messagepar Herbefol » 28 septembre 2017 à 16:27

C'est là qu'on voit la différence avec la collection Une heure-lumière. 17,90 € pour la version papier, 12,99 € pour la numérique. J'espère que le titre est doré à l'or fin et que la traductrice a été payé triple.
L'affaire Herbefol
Au sommaire : Moriarty de Newman, L'épée de la providence de Sapkowski, La Terre bleue de nos souvenirs de Reynolds, Toll the Hounds d'Erikson & Les cendres de la victoire de Weber.
Avatar de l’utilisateur
Pierre-Paul Durastanti
L'équipe du Bélial'
Messages : 571
Enregistré le : 19 avril 2009 à 21:35

Re: Celui qui dénombrait les hommes, China Miéville

Messagepar Pierre-Paul Durastanti » 28 septembre 2017 à 16:55

Pour être honnête, 192 pages en GF, c'est largement deux fois un "Heure-Lumière".
Avatar de l’utilisateur
Olivier Girard
Modérateur
Messages : 2818
Enregistré le : 15 avril 2009 à 15:38

Re: Celui qui dénombrait les hommes, China Miéville

Messagepar Olivier Girard » 28 septembre 2017 à 17:37

Et la traductrice n'a sans doute pas été payée triple, mais plus, ça c'est sûr… Après, ça reste quand même pas donné (et je ne parle même pas du numérique).
Herbefol
Prince-Marchand
Messages : 730
Enregistré le : 20 avril 2009 à 18:36

Re: Celui qui dénombrait les hommes, China Miéville

Messagepar Herbefol » 28 septembre 2017 à 17:53

Pierre-Paul Durastanti a écrit :Pour être honnête, 192 pages en GF, c'est largement deux fois un "Heure-Lumière".

A peine en fait. kobo.com donne 39.000 mots pour le Miéville et de 18.000 (Le regard & Le choix) à 30.000 mots (Un pont sur la brume, Poumon vert et Le nexus du Dr. Erdmann) pour les "Heure-Lumière". Les joies de la mise en page... :p (le dernier Nothom est bien annoncé à 180 pages d'un côté pour 24.000 mots de l'autre)
L'affaire Herbefol
Au sommaire : Moriarty de Newman, L'épée de la providence de Sapkowski, La Terre bleue de nos souvenirs de Reynolds, Toll the Hounds d'Erikson & Les cendres de la victoire de Weber.
Avatar de l’utilisateur
yogo
Axiomatique
Messages : 177
Enregistré le : 05 septembre 2012 à 19:11

Re: Celui qui dénombrait les hommes, China Miéville

Messagepar yogo » 28 septembre 2017 à 19:02

Herbefol a écrit :C'est là qu'on voit la différence avec la collection Une heure-lumière. 17,90 € pour la version papier, 12,99 € pour la numérique. J'espère que le titre est doré à l'or fin et que la traductrice a été payé triple.
Sans oublier les DRM alors que l'auteur a autorisé Tor a enlever les DRM de ses livres... (clic)
Avatar de l’utilisateur
yogo
Axiomatique
Messages : 177
Enregistré le : 05 septembre 2012 à 19:11

Re: Celui qui dénombrait les hommes, China Miéville

Messagepar yogo » 28 septembre 2017 à 19:17

Petit aparté, en regardant le site kobo.com, je remarque qu'il ajoute des DRM aux livres du Bélial (exemple) mais pas au livre de l'Atalante (exemple) !!

Etrange ?!

Retourner vers « Livres (autres maisons d'édition) »