American War, Omar El Akkad

Avatar de l’utilisateur
Razheem L'insensé
L'équipe du Bélial'
Messages : 1073
Enregistré le : 23 octobre 2009 à 17:31
Localisation : Lille
Contact :

American War, Omar El Akkad

Messagepar Razheem L'insensé » 19 septembre 2017 à 13:29

Image

Une nouvelle guerre a éclaté aux États-Unis opposant le Nord aux États sudistes rebelles à tout contrôle des énergies fossiles. Sarat Chestnut a six ans quand son père est tué et qu’elle doit rejoindre un camp de réfugiés avec sa famille. Cette tragédie signe la fin d’une enfance ensoleillée près du Mississippi.

La critique du roman sur Just A Word.
lonesome
Axiomatique
Messages : 178
Enregistré le : 23 juin 2012 à 21:25

Re: American War, Omar El Akkad

Messagepar lonesome » 20 septembre 2017 à 22:20

Entièrement en accord avec ta lecture du livre.
Un aspect cependant m'a un peu chiffonné : L'absence de la question raciale est criante (surtout dans le contexte d'une sécession entre les états du sud est et le reste du pays). Jamais il n'est fait mention d'une quelconque idéologie raciale qui pourtant on l'a encore vu cet été avec les violences de Charlottesville est toujours à vif dans ces régions ; dans le roman la seule évocation de l'origine ethnique d'un personnage est faite pour les intervenants extérieurs apportant l'aide humanitaire (croissant rouge).
A mes yeux il y a une raison simple à cela, l'auteur pour nous rendre emphatique son personnage évite toute allusion à un quelconque état d'esprit ségrégationniste et surtout raciste auquel bon nombre de lecteurs aurait eu du mal justement à adhérer, sachant que l'auteur part du principe d'un minimum de compassion pour que l'on s'intéresse à la vie du personnage principal. Malheureusement en rendant capable par contre les milices et l'armée des états du nord des pires exactions et massacres il brouille complètement ses intentions.
On peut faire confiance au lecteur et décrire le parcours d'un personnage foncièrement antipathique sans forcément tomber dans l’emphase ou le didactisme stylistique (les exemples littéraires ne manquent pas : de mémoire: les bienveillantes de Jonathan Litell, la mort est mon métier de Robert Merle...)
Avatar de l’utilisateur
Razheem L'insensé
L'équipe du Bélial'
Messages : 1073
Enregistré le : 23 octobre 2009 à 17:31
Localisation : Lille
Contact :

Re: American War, Omar El Akkad

Messagepar Razheem L'insensé » 20 septembre 2017 à 23:57

lonesome a écrit :Malheureusement en rendant capable par contre les milices et l'armée des états du nord des pires exactions et massacres il brouille complètement ses intentions.


Explique un peu, je comprends pas ce que tu veux dire.
lonesome
Axiomatique
Messages : 178
Enregistré le : 23 juin 2012 à 21:25

Re: American War, Omar El Akkad

Messagepar lonesome » 21 septembre 2017 à 21:21

Oui c'est pas très clair je le reconnais.
D'accord avec toi sur le miroir tendu par l'auteur à ses compatriotes étasuniens sur les violences qu'ils commettent dans leurs interventions armées de par le monde. Mais je trouve que cette violence dans le roman est unilatérale.
En ne faisant découvrir son univers qu'à travers les yeux innocents de son personnage (du moins dans le premier tiers du roman) l'auteur ne dit presque rien des violences du côté sudiste qui du coup paraissent plus comme des victimes que le camps nordiste à qui il attribue toutes les exactions qui vont dans la construction du roman être les éléments moteur de la rage de Sarah. Ce déséquilibre me dérange beaucoup.
Ce roman comme tu l'as justement remarqué dans ta critique à de grosses résonances avec notre monde actuel et on ne peut le lire sans à chaque évènement faire un lien avec notre histoire contemporaine (et encore plus avec l'histoire des Etats-Unis), d'où ma gêne à n'y voir jamais mentionné la question du racisme qui gangrène les mentalités dans les états du sud (d'où vient Sarah).
Et aussi on a vu cet été avec les évènements de Charlottesville d'où venait d'abord la violence (les images de véritables groupes surarmés se comportant comme une milice et défilant librement dans les rues d'une grande ville de la 1ère démocratie du monde m'ont fait littéralement flipper).
Du coup cela me dérange aussi que l'auteur fasse passer une grande partie des petits blancs (redneck) pour des victimes d'un état nordiste dominateur et destructeur.
Pour finir, ce roman me fait aussi penser à une œuvre dont j'ai déjà parlé ici : DMZ de Brian wood et Riccardo Burchielli, (que je te conseille fortement si tu ne l'as pas déjà lu) :http://www.urban-comics.com/dmz-integrale-tome-1/ qui traite aussi d'une guerre civile aux USA au xxi siècle.
Du coup je trouve Wood beaucoup plus subtil dans son approche des différentes parties en conflit.
Avatar de l’utilisateur
Razheem L'insensé
L'équipe du Bélial'
Messages : 1073
Enregistré le : 23 octobre 2009 à 17:31
Localisation : Lille
Contact :

Re: American War, Omar El Akkad

Messagepar Razheem L'insensé » 21 septembre 2017 à 21:50

Alors après, je comprends ce que tu veux dire, mais, justement, je trouve El Akkad assez malicieux. Plus tu avances dans le roman plus les milices te semblent aussi cruels et les sudistes aussi horribles que leurs adversaires.
C'est dû à deux choses : d'une part tu es engoncé dans le point de vue de son héroïne qui les considère au début comme des gentils puis perd cette illusion, et d'autre part cela fait écho à ce qu'il se passe dans les médias où d'abord il y a Bachar le grand méchant et les gentils puis tu te rends compte que les uns et les autres se valent bien niveau horreur.
Pour la question du racisme, vu la densité déjà du roman, je ne suis pas choqué outre-mesure, de la même façon que The Handmaid's Tale n'en parle pas, je ne demande pas à une oeuvre d'être exhaustif à tout prix mais de bien faire ce qu'elle amène déjà.
Par contre, j'adore DMZ, donc je ne peux que plussoyer !
lonesome
Axiomatique
Messages : 178
Enregistré le : 23 juin 2012 à 21:25

Re: American War, Omar El Akkad

Messagepar lonesome » 21 septembre 2017 à 22:28

Merci pour ta réponse rapide.
L'absence de la question du racisme me gêne dans la mesure où je trouve la raison de cette seconde guerre civile avancée par l'auteur peu crédible ou alors compris comme un simple prétexte pour faire exploser une cocotte minute surchauffée qui ne demandait qu'à éclater. Je continue à penser que la question du racisme est THE BIG question dans un pays qui pensait avoir avancé dans ce domaine... mais est en fait loin d'être réglée. Du coup l'évincer dans un roman qui se veut le reflet à peine déformé de l'inconscient violent d'un pays comme les USA est à mes yeux un défaut qui m’empêche de pleinement apprécier un roman qui n'en reste pas moins de grande qualité.
Je crois que l'auteur à dû y penser mais que jouant sur l’empathie suscité par Sarah pour en appréhender au mieux la plongée dans la violence et l'horreur il ne s'est pas résolu à en faire un élément constitutif de l'embrigadement du personnage.
Avatar de l’utilisateur
Razheem L'insensé
L'équipe du Bélial'
Messages : 1073
Enregistré le : 23 octobre 2009 à 17:31
Localisation : Lille
Contact :

Re: American War, Omar El Akkad

Messagepar Razheem L'insensé » 21 septembre 2017 à 22:49

Et bien écoute, on va trancher en posant la question à l'auteur !
lonesome
Axiomatique
Messages : 178
Enregistré le : 23 juin 2012 à 21:25

Re: American War, Omar El Akkad

Messagepar lonesome » 21 septembre 2017 à 23:16

t'as son 06 ?
Plus sérieusement, son point de vue en effet m'intéresserait assez.
Avatar de l’utilisateur
Razheem L'insensé
L'équipe du Bélial'
Messages : 1073
Enregistré le : 23 octobre 2009 à 17:31
Localisation : Lille
Contact :

Re: American War, Omar El Akkad

Messagepar Razheem L'insensé » 09 octobre 2017 à 14:36

Et donc l'interview (qui répond à l'interrogation de lonesome) sur Just A Word.
lonesome
Axiomatique
Messages : 178
Enregistré le : 23 juin 2012 à 21:25

Re: American War, Omar El Akkad

Messagepar lonesome » 09 octobre 2017 à 15:34

Bravo, super boulot.
Interview passionnante; personnage et écrivain plus qu'intéressant. Même si je ne suis pas complètement convaincu par sa réponse, je t'avoue que l'énergie fossile comme métaphore des vieilles idées (fossiles elles aussi) sudistes je trouve ça un peu spécieux... N’empêche, le livre est une vraie réussite pour un premier roman.

Retourner vers « Livres (autres maisons d'édition) »