Fahrenheit 451

Avatar de l’utilisateur
Le chien critique
Axiomatique
Messages : 103
Enregistré le : 23 juin 2016 à 11:41
Contact :

Fahrenheit 451

Messagepar Le chien critique » 13 mai 2018 à 21:02

Image
Bien que la couverture soit sympathique, celle signalée par Erwann l'est encore plus


Ray Bradbury, Folio SF, 2016 (parution originale 1953), 240 p., 6€ epub avec DRM

Présentation de l'éditeur :

451 degrés Fahrenheit représentent la température à laquelle un livre s'enflamme et se consume. Dans cette société future où la lecture, source de questionnement et de réflexion, est considérée comme un acte antisocial, un corps spécial de pompiers est chargé de brûler tous les livres, dont la détention est interdite pour le bien collectif. Montag, le pompier pyromane, se met pourtant à rêver d'un monde différent, qui ne bannirait pas la littérature et l'imaginaire au profit d'un bonheur immédiatement consommable. Il devient dès lors un dangereux criminel, impitoyablement poursuivi par une société qui désavoue son passé.

Mon ressenti :

L’abêtissement comme asservissement.

Votre vie de tous les jours vous satisfait, la société dans laquelle vous vivait vous comble.
Alors, allez acheter Fahrenheit 451 et brûlez-le !

Des enfants qui s'abrutissent à l'école et se défoulent pour de vrai à Grand Theft Auto.
Des adultes qui parlent d'une seule voix, celle de la Nation, celle de la norme. La lecture se résumant à lire des publicités ou des scripts de telenovelas.
La délation comme seul lien, l'égoïsme pour compagne.
Des pompiers au pas : protéger les citoyens du pire danger qui soit : la réflexion.
Bienvenue chez nous !

Brûle livre brûle.
Brûle connaissance brûle !
Brûle idée déviante brûle !
Brûle esprit critique, brûle !

Une fable critique sur les travers de la société, toujours d'actualité.
Une dystopie utopique car oui, les lendemains peuvent chanter.

Un film en a été tiré, réalisé par François Truffaut en 1966
Prix Hugo 1954

Mon avis plus détaillé

Le danger n’est pas dans les livres, il est dans l’absence de livres.
Espace d'un temps

La force du propos rattrape le style assez suranné et ampoulé du roman.
Xapur

Un pompier un peu pompeux
Blog o Livre

Retourner vers « Livres (autres maisons d'édition) »