Au bal des actifs - Demain, le travail

Avatar de l’utilisateur
Le chien critique
Axiomatique
Messages : 100
Enregistré le : 23 juin 2016 à 11:41
Contact :

Au bal des actifs - Demain, le travail

Messagepar Le chien critique » 28 mai 2018 à 14:14

Image

Recueil coordonné par Anne Adàm, La Volte, 2017, 613 p., 11€ epub sans DRM

Karl avait raison. Cette bonne vieille aliénation est toujours à l’œuvre, à une nuance près : avec les nouvelles technologies, le potentiel aliénant devient délirant de possibilités.
Pire encore, l’aliénation peut venir à présent de nous-mêmes, comme si nous étions tout à la fois l’employeur et l’employé, l’exploiteur et l’exploité.
Postface, de Sophie Hiet



Un beau pavé, mais beaucoup plus lisible que le code du travail !
Avec une belle brochette d'auteurs : Stéphane Beauverger, Karim Berrouka, Alain Damasio, Emmanuel Delporte, Catherine Dufour, Léo Henry, L.L. Kloetzer, Li-Cam, luvan, Norbert Merjagnan, Ketty Steward, Sabrina Calvo.

Présentation de l'éditeur :
Le travail qui vient : thème majeur de nos sociétés occidentales, enjeu canonique des élections présidentielles, première cause de mouvements sociaux lors de la Loi El Khomri et de dossiers dans la presse. Et si la fiction s’en mêlait à son tour ?
Entre disparition et retour au plein-emploi, les écrivains de science-fiction prennent parti. Lorsque les éditions La Volte lancent, le 1er mai 2016, en pleine ébullition de « Nuit Debout », l’appel à textes qui conduira au présent recueil, les ambitions levées pour les auteurs sont claires : dans un monde aux mutations espérées et redoutées à la fois, anticiper et projeter les devenirs possibles du Travail.
On présageait des utopies positives ; il en émerge des bribes, çà et là. Même si ce sont des textes résolument féroces, sombres parfois, indignés toujours, qui nous percutent de plein fouet. Dîner aux chandelles sur les ruines de la Commune de Paris ; burnout d’un écrivain face aux lois du marché ; jugement constant des uns par les autres sur un faux air de Black Mirror ; uberisation XXL dévorant l’énergie vitale de jeunes actifs sur-diplômés ; trader S.D.F. ; coach à la dérive ; intelligences artificielles séditieuses ; révoltes sociales dans un centre de tri de cercueils…


Mon ressenti :
Ah, le futur imaginé par nos chers auteurs de SF : des lendemains qui chantent, des voitures volantes, les villes sur la Lune ou Mars, le travail libéré... Un avenir espéré et attendu par nombre de lecteurs.
Mais nous ne sommes plus dans les années 50, fini la vie en rose, l'espoir a été douché, ratiboisé et passé au sanibroyeur. Reste des lendemains qui déchantent, des voitures uberisées, des villes gentrifiées et du travail oppressant et oppresseur.
Si vous avez encore espoir à des lendemains meilleurs, La Volte a demandé à douze auteurs francophones d'écrire sur le futur du travail de doucher toutes vos hypothétiques espérances.
Du bon, du moins bon, du très bon dont le Damasio qui vient de rafler le GPI pour sa nouvelle. Certains textes se répondent, le travail de coordination se fait sentir.

Un avis plus détaillé sur mon blog

Un avis plus nuancé chez l'Ours inculte

Retourner vers « Livres (autres maisons d'édition) »