[No-SF] My Absolute Darling, Gabriel Tallent

Avatar de l’utilisateur
Razheem L'insensé
L'équipe du Bélial'
Messages : 1236
Enregistré le : 23 octobre 2009 à 17:31
Localisation : Lille
Contact :

[No-SF] My Absolute Darling, Gabriel Tallent

Messagepar Razheem L'insensé » 14 juin 2018 à 12:09

Image

À quatorze ans, Turtle Alveston arpente les bois de la côte nord de la Californie avec un fusil et un pistolet pour seuls compagnons. Elle trouve refuge sur les plages et les îlots rocheux qu’elle parcourt sur des kilomètres. Mais si le monde extérieur s’ouvre à elle dans toute son immensité, son univers familial est étroit et menaçant.

La critique de ce roman terrible sur Just A Word.
rmd
Prince-Marchand
Messages : 893
Enregistré le : 20 avril 2009 à 09:31

Re: [No-SF] My Absolute Darling, Gabriel Tallent

Messagepar rmd » 14 juin 2018 à 13:37

Haha ! J'ai trouvé ce roman artificiel. Le malheur pour le malheur, mais impossible de croire réellement à ces personnages. Tallent raconte des trucs épouvantables, mais en dessous il n'y a pas grand chose. L'opposé de rafael derniers jours, par exemple, où au delà de l'horreur des situations on trouve un véritable roman social.

(mais je suis à peu près seul à être négatif sur ce roman, donc je dois être dans une période négative)
https://www.noosfere.org/
Avatar de l’utilisateur
Razheem L'insensé
L'équipe du Bélial'
Messages : 1236
Enregistré le : 23 octobre 2009 à 17:31
Localisation : Lille
Contact :

Re: [No-SF] My Absolute Darling, Gabriel Tallent

Messagepar Razheem L'insensé » 14 juin 2018 à 14:51

Pas d'accord (forcément) avec toi.
Le roman n'est pas vraiment social en réalité, il est surtout dans la destruction psychologique d'une gamine broyée et piégée par l'amour qu'elle voue à son père, et plus il la détruit, plus elle l'aime, plus elle sombre. Jusqu'au sursaut. Ce paradoxe psychologique est d'autant plus fort ici que c'est son plus proche parent et, AMHA, Tallent capture avec une remarquable acuité ce qui rend la maltraitance d'un parent d'autant plus odieux.
Le versant social s'avère bien davantage axé sur l'incapacité des autres à voir ce qu'il se passe que sur une dénonciation de la misère et ses conséquences, d'autant plus que Martin n'est pas un ignare, c'est même le contraire.

Retourner vers « Livres (autres maisons d'édition) »