Neil Gaiman, guide de lecture rêvé

et vos commentaires.
Avatar de l’utilisateur
Erwann
Modérateur
Messages : 10449
Enregistré le : 25 mai 2010 à 17:37
Localisation : Sol-3

Neil Gaiman, guide de lecture rêvé

Messagepar Erwann » 13 avril 2016 à 07:17

Bifrost n'a pas attendu d'avoir vingt ans pour s'intéresser à Neil Gaiman. Le père du Sandman et de Coraline est un auteur que l'on suit avec attention depuis Neverwhere. Aussi, en complément du guide de lecture du Bifrost n° 82, voici donc un autre guide, rassemblant les critiques des romans de Gaiman parues au fil des numéros… (Lisez Gaiman !)
C'est par ici !
Avatar de l’utilisateur
Artemus Dada
Axiomatique
Messages : 130
Enregistré le : 22 avril 2016 à 11:14

Re: Neil Gaiman, guide de lecture rêvé

Messagepar Artemus Dada » 29 avril 2016 à 13:45

J'ai relu (juste avant de recevoir le Bifrost n°82) Violente Cases, comme vous le savez il s'agit d'une bande dessinée ; j'espère donc que l'on ne me tiendra pas grief de proposer mon avis dans ce fil de discussion.

Image
Qui saurait mieux raconter le Chicago des années 1920 que l'un de ceux qui y ont vécu, assistant quotidiennement aux crimes macabres d'Al Capone et de ses sbires ?
C'est ce récit fragmentaire et impressionnant que nous transmet le narrateur, au travers de ses souvenirs d'enfance de conversations avec un vieil homme qui se prétend être l'ostéopathe du roi des gangsters en personne... Un point de départ bizarre pour une fable onirique sur le thème du souvenir et du mal, superbement mise en image et écrite par les créateurs de "l'Orchidée Noire".


Récit dans le récit, Violente Cases s'inscrit dans la mouvance noire de la fiction (romans noirs/films noirs), parfaite synthèse contemporaine du mythe et du conte (Cf. Alain Demouzon); à la fois "Petit Poucet" expulsé dans la nuit féroce de l'existence, et tragédie du mythe qui demande de sacrifier aux dieux son poids en vies humaines.

Oeuvre de jeunesse de deux auteurs appelés à en faire d'autres ensemble, toutefois bien malin qui pourrait le dire sans repère chronologique tant leur maîtrise paraît évidente ici (et déjà).

Neil Gaiman & Dave McKean réalisent à partir d'une nouvelle du premier une bande dessinée pour le moins atypique.
Une BD que je qualifierais si je devais la décrire d'hypnagogique, c'est-à-dire une bande dessinée qui élabore un dispositif singulier au travers duquel le lecteur est amené à vivre une expérience entre rêve et réalité (pour le dire simplement).
À l'instar du protagoniste principal aussi, d'ailleurs.

Ce vacillement du familier (que l'on perçoit rétrospectivement dès le titre), un souvenir d'enfant raconté par lui-même une fois devenu adulte, provoque un décrochage, un état de latence entre le rêve et l'éveil, proche de l'hypnose.
Cette effet est accentué par la narration, dont la tranquillité excessive finit par créer une nébulosité poétique autant que fascinante.

Je serais bien en peine de dire où le duo veut en venir, mais assurément si la destination m'est inconnue le voyage en valait la peine.
Et il en vaut la peine à chaque fois que je relis cette histoire.

Retourner vers « Le blog Bifrost »