Suspiria, Luca Guadagnino (2018)

Avatar de l’utilisateur
Cachou
L'équipe du Bélial'
Messages : 979
Enregistré le : 08 décembre 2010 à 14:11
Contact :

Suspiria, Luca Guadagnino (2018)

Messagepar Cachou » 26 juin 2013 à 13:32

Si.

En me renseignant sur un film me tentant, j'ai découvert que son réalisateur, David Gordon Green, était en pré-production du remake du mythique Supsiria. La question qui se pose est "pourquoi?"... (comme toujours en somme).
Avatar de l’utilisateur
Erwann
Modérateur
Messages : 10210
Enregistré le : 25 mai 2010 à 17:37
Localisation : Sol-3

Re: Suspiria, Luca Guadagnino (2018)

Messagepar Erwann » 05 juin 2018 à 09:37

Et donc… Suspiria version 2018, c'est sans Jessica Harper et sans la débauche de couleurs.

Avatar de l’utilisateur
Kalev
Patrouilleur temporel
Messages : 69
Enregistré le : 18 août 2014 à 23:49

Re: Suspiria, Luca Guadagnino (2018)

Messagepar Kalev » 15 novembre 2018 à 14:14

Vu hier.

Seule réaction dont j'ai été capable au sortir de la salle : mais qu'est-ce que c'est que ce truc ???

Je suis encore incapable de dire si j'ai aimé ou pas, et encore moins d'être constructif sur ce film. J'ai été tenté de détester viscéralement durant tout le visionnage, sans doute parce que je restais sur l'idée de voir un remake d'Argento, même libre (surtout libre, car c'est pour la vision de Gadagnino que j'y suis allé), et nom une variation lointaine sur un mode experimentalo-surréalistico-truc plus ou moins lynchien (chose pour laquelle, paradoxalement, je suis carrément client, d'ailleurs cette séance a eu le mérite de me préparer pour la projo beaucoup plus rare de L'Ange de Bokanowski *gargarisme de branleur off*). Le moins que je puisse dire est que ça m'a interpellé, et il n'est quand même pas si fréquent sur je ressorte sonné d'une séance (ça m'est au moins arrivé...après avoir l'original).

Je vais laisser décanter quelque jour et peut-être retourner le voir, de toute façon je déteste toujours un film de Gadagnino au premier visionnage (oui, même le sublime Call me by your name, sur lequel mon avis a viré a 180° à ma deuxième séance quelques mois plus tard). Après tout, il n'y pas de raison que j'accroche tout de suite aux Garçons Sauvages de Mandico, peut-être (encore ?) plus indigeste et poseur, et en tout cas plus superficiel, et que je reste sur ma première impression pour Suspiria.
De toute façon, je crois que je suis déjà en train de me mettre à apprécier le film.

On aime ou on déteste, mais en tout cas ça n'a strictement rien à voir avec ces remake opportunistes dont Hollywood nous inonde depuis le début du siècle, comme nous sommes visiblement plusieurs a l'avoir imaginé. On tient un remake "d'auteur" (au sens de "vision d'un auteur" et non de film d'auteur dans son étroite conception Rive Gauche), dans la lignée d'un Sorcerer, d'un The Thing, d'un La Mouche...avec une peut-être une proposition cinématographique plus radicale. Je ne peux que vous le conseiller vivement, il n'est pas garanti que vous aimiez, mais c'est une expérience hors norme comme on a peu l'occasion d'en vivre sur grand écran.

Retourner vers « Cinéma et séries »