Akira, Katsuhiro Otomo, 1988

Avatar de l’utilisateur
Thomas Day
Modérateur
Messages : 6805
Enregistré le : 22 avril 2009 à 14:40

Akira, Katsuhiro Otomo, 1988

Messagepar Thomas Day » 18 août 2013 à 19:15

La fiche IMB + bande-annonce

Tokyo, 1982. Une étrange explosion détruit en grande partie la mégapole.
Neo Tokyo, 2019. Dans un pays étouffé par le chômage, la contestation gronde, certains appellent de leurs voeux une révolution. Les jeunes désœuvrés se coursent à moto et se battent à mort. C'est lors d'un de ces affrontements que le jeune Tetsuo a un grave accident. Recueilli par des scientifiques, en même temps qu'un étrange enfant souffrant visiblement de progéria, il va faire l'objet d'expériences, car son aura semble en phase avec celle d'Akira - le mystérieux cobaye 28.

Cela faisait au moins dix ans que je n'avais pas vu ce film d'animation japonais (pour être tout à fait franc, je n'en gardais que le souvenir de quelque chose d'assez confus et d'une fin incompréhensible). Bon, rien de vraiment confus, et la fin est tout à fait compréhensible, ce qui gène plutôt ce sont les incohérences dans le pouvoir de Tetsuo qui vole jusqu'aux satellites, fait exploser les soldats façon splotch et n'arrive pas à se débarrasser de son vieux pote Kaneda. Ça ne gâche pas le film (enfin si quand même un peu), mais ça diminue grandement son impact, car Akira contient des scènes qui sur le plan visuel sont loin d'être dépassées 25 ans plus tard. Contrairement à un Roland Emmerich qui transforme les destructions massives (c-à-d l'Apocalypse) en un spectacle jouissif, Otomo en fait des moments très oppressants, horribles, angoissants.

Akira n'a pas vieilli (ou très peu) ; ça reste sans aucun doute un jalon dans l'histoire de dessin animé "adulte", mais on aurait aimé que toute cette violence post-humaine, cataclysmique soit cohérente/"réaliste" jusqu'au bout. On se sent un peu dupé par un film où tout le monde meurt si facilement, à l'exception du couple de héros.

TD
Avatar de l’utilisateur
M
Grand Ancien
Messages : 2362
Enregistré le : 20 juin 2009 à 20:41

Re: Akira, Katsuhiro Otomo, 1988

Messagepar M » 18 août 2013 à 23:12

Il faut que tu lises le manga (même si je sais que c'est pas ta tasse de thé). Alors Akira prend toute son ampleur.
"Sauvez un arbre, mangez un castor"
Avatar de l’utilisateur
Cachou
L'équipe du Bélial'
Messages : 979
Enregistré le : 08 décembre 2010 à 14:11
Contact :

Re: Akira, Katsuhiro Otomo, 1988

Messagepar Cachou » 19 août 2013 à 00:12

Je n'ai pas accroché aux mangas, moi. J'ai arrêté au quatrième, après avoir peiné dans les deux précédents... Pas vu l'animé du coup.
Avatar de l’utilisateur
aralvorkosigan
Patrouilleur temporel
Messages : 84
Enregistré le : 18 juin 2013 à 22:10

Re: Akira, Katsuhiro Otomo, 1988

Messagepar aralvorkosigan » 19 août 2013 à 00:50

hasard ou non :cet après midi en rangeant devant une tonne de DVD je dis : "tu vois celui là quand y sera plus grand (en parlant de mon fils) il voudra le voir c'est culte" , et c'était "Akira" , dingue non ?

Bon d'accord ce à quoi on m'a répondu "pfui tu parles qu'il s'en foutra" peut être pas faux malheuresement.

Tranche de vie quand tu nous tiens.
Avatar de l’utilisateur
Thomas Day
Modérateur
Messages : 6805
Enregistré le : 22 avril 2009 à 14:40

Re: Akira, Katsuhiro Otomo, 1988

Messagepar Thomas Day » 19 août 2013 à 06:52

Cachou a écrit :Je n'ai pas accroché aux mangas, moi. J'ai arrêté au quatrième, après avoir peiné dans les deux précédents... Pas vu l'animé du coup.


Tu peux tenter le film... Il y a vraiment des scènes d'anthologie.
(Et un personnage de militaire éclairé, ce qui est toujours réjouissant.)

TD
Avatar de l’utilisateur
Thomas Day
Modérateur
Messages : 6805
Enregistré le : 22 avril 2009 à 14:40

Re: Akira, Katsuhiro Otomo, 1988

Messagepar Thomas Day » 19 août 2013 à 06:53

Aralvorkosigan a écrit :hasard ou non :cet après midi en rangeant devant une tonne de DVD je dis : "tu vois celui là quand y sera plus grand (en parlant de mon fils) il voudra le voir c'est culte" , et c'était "Akira" , dingue non ?

Bon d'accord ce à quoi on m'a répondu "pfui tu parles qu'il s'en foutra" peut être pas faux malheuresement.

Tranche de vie quand tu nous tiens.


Mon second fils se prénomme Akira, mais ça n'a rien à voir avec le manga (on y avait même pas pensé pour tout dire)...

TD
Patrice2
Disciple de Griaule
Messages : 473
Enregistré le : 09 mai 2009 à 14:34
Contact :

Re: Akira, Katsuhiro Otomo, 1988

Messagepar Patrice2 » 19 août 2013 à 09:03

Salut,

Le manga est exceptionnel. Et on y comprend bien que si Tetsuo ne peut tuer facilement Kaneda, ça n'est pas par manque de pouvoir, mais simplement par réminiscence d'une longue amitié qui, même après la transformation de Tetsuo, n'a pas totalement disparu.

A+

Patrice
Un tiers calva, un tiers cidre, un tiers purin et eau de mare

LINGVA
Avatar de l’utilisateur
Thomas Day
Modérateur
Messages : 6805
Enregistré le : 22 avril 2009 à 14:40

Re: Akira, Katsuhiro Otomo, 1988

Messagepar Thomas Day » 19 août 2013 à 11:39

Ok, mais dans ce cas-là, il lui arrache juste la moitié des doigts et on n'en parle plus, dans l'optique d'un dieu, c'est plus qu'amical, c'est presque de l'amour.

TD
Avatar de l’utilisateur
Delenn
Axiomatique
Messages : 117
Enregistré le : 25 janvier 2012 à 17:14

Re: Akira, Katsuhiro Otomo, 1988

Messagepar Delenn » 19 août 2013 à 13:13

J'ai vu l'animé il y a une bonne dizaine d'années, et mon souvenir est que l'histoire était pas mal mais que la fin partait en vrille piquée...un gros n'importe quoi. Résultat je n'ai pas eu envie de le revoir ou de lire les mangas.
Avatar de l’utilisateur
Thomas Day
Modérateur
Messages : 6805
Enregistré le : 22 avril 2009 à 14:40

Re: Akira, Katsuhiro Otomo, 1988

Messagepar Thomas Day » 19 août 2013 à 13:18

Delenn a écrit :J'ai vu l'animé il y a une bonne dizaine d'années, et mon souvenir est que l'histoire était pas mal mais que la fin partait en vrille piquée...un gros n'importe quoi. Résultat je n'ai pas eu envie de le revoir ou de lire les mangas.


En fait, la fin ne part pas en vrille, elle part en spirale (je me comprends). C'est une impression qui est due à mon sens à ce qu'à l'époque on était pas habitué à avoir ce genre de fin en SF (ou trop, je pense là à la fin de 2001).

A la réflexion, cette fin est vraiment pas mal, elle répond à ce que sous-tend la problématique de la Singularité.

TD

Retourner vers « Cinéma et séries »