Cool World, Ralph Bakshi (1992)

Avatar de l’utilisateur
Erwann
Modérateur
Messages : 12063
Enregistré le : 25 mai 2010 à 17:37
Localisation : Sol-3

Cool World, Ralph Bakshi (1992)

Messagepar Erwann » 13 février 2015 à 15:07

La fiche Imdb.

La bande-annonce de l'époque.

En 1945, à la suite d'un accident de la route, Frank Harris se retrouve projeté dans Cool World, le monde des toons. Il va y devenir flic, histoire de faire respecter entre la règle primordiale de ce monde : les toons ne doivent en aucun avoir des relations sexuelles avec des humains. Or, quelques décennies plus tard, Jack Deebs, dessinateur de comics, se retrouve aspiré dans Cool World par l'une de ses créations, la pulpeuse Holli Would. Celle-ci ne rêve que d'une chose : devenir une femme de chair et d'os pour aller à Las Vegas et surtout pouvoir véritablement s'envoyer en l'air. Harris va avoir fort à faire…

Cool World est le dernier film réalisé par Ralph Bakshi, qui avait déjà réalisé plus tôt la première adaptation du Seigneur des anneaux, ainsi qu'un long-métrage Fritz the cat. Ces trois films ont été mal accueillis (je ne sais pas trop pour les autres).
Cool World ressemble à une version trash de Qui veut la peau de Roger Rabbit : l'univers toon est assez malsain, les personnages — Holli Would en tête — ne pensent qu'au sexe ou à se taper dessus (comme dans pas mal de dessins animés du genre Looney Tunes).
Comme dans les précédents films de Bakshi, la rotoscopie est massivement employée — ce qui donne des effets intéressants, notamment sur Kim Basinger (Holli Would), qui joue vachement mieux en dessin animé qu'en vrai. Plus étonnant, c'est la volonté d'assumer l'aspect artificiel du monde des toons : la caméra se déplace librement autour de certains éléments de décors en trompe-l'œil et clairement en 2D, l'image est traversée régulièrement et sans raison de dessins à moitié finis, certains décors de 1er plan sont en peinture sur verre. De manière générale, les décors et les personnages délirants, la musique (très synthétique elle aussi), le rythme frénétique du film lui assure une ambiance vraiment réussie.
D'un autre côté, les acteurs jouent tous assez mal, le scénario est aussi simpliste que confus, l'animation n'est pas toujours au top…
Mais dans l'ensemble, Cool World m'a plu dans le genre portnawak assumé.

Retourner vers « Cinéma et séries »