World War Z

Bull
Axiomatique
Messages : 176
Enregistré le : 20 avril 2009 à 22:14

Re: World War Z

Messagepar Bull » 27 juin 2013 à 13:07

CQFD.
Merci.
Tu viens de me faire gagner une soirée. Plus le budget resto-ciné-babysitting...
Avatar de l’utilisateur
A.C. de Haenne
Prince-Marchand
Messages : 796
Enregistré le : 19 décembre 2009 à 21:41
Contact :

Re: World War Z

Messagepar A.C. de Haenne » 27 juin 2013 à 17:57

Moi, je veux le voir ! P'tain, pour une fois (ou presque) où j'ai lu le bouquin avant d'aller au ciné...

A.C.
"La propriété, c'est le vol", Proudhon

Les Murmures d'A.C. de Haenne
lonesome
Little Green Man
Messages : 343
Enregistré le : 23 juin 2012 à 21:25

Re: World War Z

Messagepar lonesome » 27 juin 2013 à 19:59

ce qui est rassurant dans un sens c'est que le film ne rassemblant en rien au livre, l'adaptation fidèle reste à faire ; une mini série (comme celle d'Under the dome qui commence aux Etats-unis d'après le roman de s. King) serait à mon sens la meilleure option pour restituer la pluralité des témoignages et des lieux qui fait la force du roman de Brooks.
Avatar de l’utilisateur
Erwann
Modérateur
Messages : 11725
Enregistré le : 25 mai 2010 à 17:37
Localisation : Sol-3

Re: World War Z

Messagepar Erwann » 04 juillet 2013 à 10:24

Avatar de l’utilisateur
Cachou
L'équipe du Bélial'
Messages : 979
Enregistré le : 08 décembre 2010 à 14:11
Contact :

Re: World War Z

Messagepar Cachou » 21 juillet 2013 à 22:47

Et donc, pour finir, personne ne l'a vu ici?

J'y suis allée ce soir (ma bienfaitrice culturelle avait envie de le voir et comme je peux compter sur les doigts de la main le nombre de fois où elle m'a demandé d'aller au cinéma avec elle pour voir un film d'horreur - je me demande même si ce n'est pas la première fois -, j'ai quand même tenté, surtout que je suis dans ma période "blockbusters décérébrés")(au point que j'ai même envie d'aller voir "RIPD")(si si). Eh bien, j'ai pris mon pied. C'est bien foutu (mais la 3D, par contre, c'est n'importe quoi avec tous ces flous insupportables), inquiétant, vraiment horrifiant à certains moments, j'ai été "tendue" (et je suis contente de ne pas être un mec en disant cela) pendant tout le film. Effectivement, ça n'a absolument rien à voir avec le livre (la reprise du titre m'énerve d'ailleurs un peu), mais à part ça, c'est un film apo et zomnbiesque plus qu'honnête, bien foutu, crédible dans ses détails, amusant si l'on aime se faire peur et sursauter. Rien de plus non plus mais bien quand même. Et du coup, là, j'avoue que je ne comprends absolument pas ce qu'on a pu reprocher à ce film. Parce que j'en ai lu (en diagonale) des mauvaises critiques. Sans réussir à retrouver ce que j'ai vu dedans...

Bref, j'ai bien aimé, je recommande si vous avez envie d'un petit film d'horreur efficace, pas trop horrifique non plus sauf si, comme moi, vous ne supportez pas les corps qui bougent comme ils ne devraient pas bouger.

A noter la progression en "niveaux de jeu" qui me semble être de plus en plus répandue dans les blockbusters actuels (encore hier, j'ai eu cette impression dans "Pacific Rim").
Avatar de l’utilisateur
Razheem L'insensé
L'équipe du Bélial'
Messages : 1730
Enregistré le : 23 octobre 2009 à 17:31
Localisation : Lille
Contact :

Re: World War Z

Messagepar Razheem L'insensé » 21 juillet 2013 à 23:12

Je l'ai vu (comme presque toutes les sorties ciné), c'est d'une nullité affligeante. Mais vraiment affligeante.
Avatar de l’utilisateur
Cachou
L'équipe du Bélial'
Messages : 979
Enregistré le : 08 décembre 2010 à 14:11
Contact :

Re: World War Z

Messagepar Cachou » 21 juillet 2013 à 23:16

Razheem L'insensé a écrit :Je l'ai vu (comme presque toutes les sorties ciné), c'est d'une nullité affligeante. Mais vraiment affligeante.



Explique-moi pourquoi. Parce que moi, je me suis amusée. Vraiment. Sans aucune once d'ironie ou quoi que ce soit.
lonesome
Little Green Man
Messages : 343
Enregistré le : 23 juin 2012 à 21:25

Re: World War Z

Messagepar lonesome » 22 juillet 2013 à 09:08

Je pense que la plupart des mauvaises réactions au film viennent de deux points.
Le premier, la référence au livre. Pour ceux ayant lu et aimé (c'est mon cas) le roman de Brooks la déception doit être grande (même si les nombreux teasers laissaient entendre que le film ne suivait pas la trame du roman), et au final un grand sentiment de gâchis parce que le film n'arrive pas à faire oublier le livre et même attise encore plus la frustration dans les rares scènes où il se rapproche le plus du roman (toute la partie en Israël) dévoilant ce qu'aurait pu être le film suivant la trame du roman.
Le deuxième point, les autres films de zombie. Comparé à ses prédécesseurs WWZ ne fait pas le poids et trahi même l'essence de tout film de zombie qui se respecte (au delà de la querelle zombie lent/rapide).
World war z est le premier film de zombie light (sans scènes gores) et suit plus les traces de films comme Twilight que the walking dead (série tv) afin d'éviter j'imagine une classification trop restrictive et donc s'écarte de l'habituelle matrice scénaristique de tout bon film de zombie qui se respecte (aux yeux des fans cela va de soi).
C'est cette double trahison qui me semble rédhibitoire. WWZ est un film de zombie pour ceux qui n'aiment pas les zombies
Avatar de l’utilisateur
Cachou
L'équipe du Bélial'
Messages : 979
Enregistré le : 08 décembre 2010 à 14:11
Contact :

Re: World War Z

Messagepar Cachou » 22 juillet 2013 à 09:31

Bon, beaucoup de choses à dire.

Tout d'abord, j'adore les films de zombies, il y a donc une petite erreur dans ta remarque (film de zombies pour ceux qui n'aiment pas les zombies). Vraiment. J'en ai vu ma part, d'ailleurs "28 jours plus tard" (dont les zombies se rapprochent beaucoup de ceux de ce film-ci) est un de mes Boyle préférés (un de mes films d'horreur préférés tout simplement en fait), et j'admire énormément "The night of the living dead". Oh, sans oublier "Pontypool", la merveille (juste pour replacer le titre).

Ensuite, j'ai lu les livres de Brooks. J'ai apprécié (mais sans plus, peut-être est-ce là mon tort) "World War Z" mais beaucoup plus "Guide de survie en territoire zombie", que je garde précieusement pour pouvoir le consulter en cas d'épidémie zombiesque.

Et malgré cela, j'ai aimé ce film. Tout d'abord parce qu'il existe tellement en dehors du livre qu'il est vain de les comparer, ce n'est tout simplement plus la même chose. Et si l'utilisation d'un titre uniquement pour faire venir du monde m'embête (pour ne pas dire autre chose), la déception par rapport au côté adaptation ne me semble pas être une raison suffisante pour ne pas aimer ce film. Ils ne sont juste pas pareils.

Pour le côté "zombies enfants admis", argument que j'ai souvent lu, je ne suis absolument pas d'accord. Certes, on n'a presque pas de gore dans ce film. Et, justement, j'ai envie de dire un grand merci au réalisateur pour ça. Attention, j'aime le gore, ce n'est pas ça. Mais j'en ai ma claque des films d'horreurs qui jouent sur le visuellement dégoûtant en oubliant de susciter la peur autrement (bon, là, je vais repiquer le gros argument de mon futur billet, pardon pour la redite si, éventuellement, des personnes se rendent après sur le blog). Si j'ai aimé ce film-ci, c'est parce que Marc Forster a su faire une chose que j'apprécie énormément dans le cinéma d'horreur et qui devient pourtant tellement rare: jouer sur le hors champ. Dans ce film, beaucoup de choses se passent "au coin de l'oeil" ou carrément hors caméra. Je pense par exemple à une scène marquante dans laquelle une personne mordue se suicide. Et on entend l'échange précédant la mort et la mort-même hors champ. De même, certaines attaques se font selon un beau jeu du "vu/pas vu" qui a énormément fonctionné pour moi.

A cela, il faut rajouter les zombies montrés non comme des individus mais comme une masse informe menaçante et incontrôlable. Le déferlement de zombies en Israël m'a glacé le sang, non tant par la nature des attaquants que par l'impossibilité d'échapper à cette masse mouvante et destructrice. Je trouve le film étonnamment bien réussi de ce côté-là.

Les zombies, on en bouffe des masses ces temps-ci, au point qu'on a réussi à les tourner en parfait petit-ami eux aussi (voir "Warm Bodies", pas aussi mauvais que je ne le craignais, mais ce côté-là m'a énervée). De voir un film qui renouvelle complètement le genre en créant une nouvelle créature zombie qui, prise individuellement, m'a terrifiée par les mouvements de corps bizarres et par ce côté monstre qui fonce mais, surtout, prise collectivement, devient cette vague déferlante impossible à arrêter, je ne sais pas. Je trouve ça vraiment bien. J'ai vraiment du mal à voir en quoi ça en fait un film à rapprocher de "Twilight" (je ne comprends pas du tout le pourquoi de cette remarque). On peut faire du terrifiant sans faire de l’écœurant je trouve. Je préfère même la chose, cela demande une plus grande inventivité...

Quant à la matrice scénaristique de tout bon film de zombie qui se respecte: en quoi y échappe-t-on? On a la contamination déferlante contre laquelle on ne sait rien faire. On a le place d'enfermement avec la peur de l'attaque. On a l'inévitable confrontation. On a les critiques politiques. Qu'est-ce qui manque?
Avatar de l’utilisateur
Razheem L'insensé
L'équipe du Bélial'
Messages : 1730
Enregistré le : 23 octobre 2009 à 17:31
Localisation : Lille
Contact :

Re: World War Z

Messagepar Razheem L'insensé » 22 juillet 2013 à 12:18

Pour me justifier, ma critique de BandofMovies :

Les morts-vivants (ou zombies pour les gens branchés) ont le vent en poupe. Entre l'adaptation (foireuse au possible) de The Walking Dead, The Last of us qui régale les amateurs de jeux vidéos ou encore Warm Bodies en début d'année, Les "Z" font de nouveau la une avec World War Z. Confié à Marc Foster (Quantum of Solace) et après de nombreux atermoiements durant le tournage, le long-métrage inonde les écrans du monde entier. A l'origine de ce film, il y a un livre éponyme, de l'américain Max Brooks (édité en son temps en France par la défunte et regrettée collection Interstices de Calman-Levy). Original, poignant, exploitant à fond le contexte géo-politique et surtout diablement efficace et entraînant, le roman - en fait un fix-up de témoignages - était promis depuis un bail au grand écran. Pourtant, pas sûr que l'idée même soit bonne tant on imaginait plus une série pour ce genre de choses. Qu'à cela ne tienne, emporté par un Brad Pitt toujours fringuant, World War Z promet une apocalypse mondiale décoiffante.

Seulement voilà, entre le roman d'origine et le travail final, il reste deux choses communes. Le titre d'abord (ben oui, ils ont acheté les droits et ça fait classe quand même) et les zombies. Le reste... Brad Pitt joue bien le rôle d'un mec de l'ONU. Mais là où le roman s'attache à nous faire vivre par les témoignages des gens à travers le monde comment chaque pays a affronté la crise zombie, le film ,lui, nous sert un divertissement familial, convenable et convenu. Tout commence, bien entendu, par la nécessaire scène où l'on présente la famille de Gerry Lane - aka Brad Pitt. Et d'emblée on comprend qu'on va avoir le couplet sur la famille, le père héroïque, la mère chiante mais aimante, et les enfants têtes-à-claques. Parce qu'en fait Foster et ses scénaristes se sont fixés un but, s'éloigner autant que possible du roman. Idée tellement intelligente.

Les choses s'installent rapidement et l'apocalypse zombie bat son plein en quelques minutes. Les premières scènes sont impressionnantes (alternant vue au sol et vue d'hélicoptère) mais synthétisent toute la déception qui nous attend. Car ici, pas de zombies avec des personnes maquillés, mais de l'image de synthèse à gogo dès que plus de trois monstres se trouvent à l'écran. Inévitablement, on est sortis de l'ambiance horrifique, on se prend plus pour un joueur de Left for Dead. Bien plus surprenant, le "carnage" de Philadelphie ne comporte presque aucune goutte de sang, pas de morsure... rien. Bah oui. Qui a eu la brillante idée d'enlever toute scènes choquantes par sa violence ou son horreur graphique ? Un imbécile certainement. Un film de zombie sans morsure ou giclée de sang, c'est comme un film de guerre sans fusil, c'est très new age.

Le très gros problème de World War Z, c'est que tout ce qui reste au film après avoir abandonné le postulat de départ du roman, c'est son ambiance. Et c'est aussi son pus gros point faible. Si on excepte un passage dans des couloirs sombres et une cage d'escalier au New Jersey - mais c'est vraiment différent du New Jersey ? Come on ! - rien ne fait peur. Même là où la mise en scène semble vouloir tabler sur une ambiance oppressante, comme dans l'atterrissage en Corée du Sud, des éléments qui gravitent autour enlèvent tout crédit au film. Le meilleure exemple ? La mort du scientifique (qu'il est impossible de ne pas vous raconter) : Alors qu'on vient de nous bassiner pendant dix minutes avec le fait que le bonhomme est un génie, le dernier espoir de l'humanité, et alors que l'ambiance sur le tarmac plongé dans le noir et battu par une pluie diluvienne atteint son paroxysme avec l'émergence des zombies, notre bon scientifique se retourne, glisse sur la rampe de l'avion, se claque la tête et la main en se tirant une balle dans la tête par accident.
[Pause]
Oui. Ils ont fait ça. Dès lors, après cinq bonnes minutes de fou-rire, l'ambiance passe à la trappe et l'on se dit que vraiment, il y a un gros truc qui cloche avec ceux qui ont fait ce film. En sombrant à plusieurs reprises dans le ridicule (il faut voir ce zombie qui claque des dents comme un lapin filmé avec un sérieux papal pour réaliser le massacre), World War Z perd pied. Et jamais le film ne remontera.

Bien entendu, la séquence de Jérusalem reste impressionnante mais très fake (entièrement en synthèse mal intégrée) et tout va beaucoup trop vite, en quelques minutes, les israéliens passent du statut de civilisation prévoyante et sage à celui d'imbéciles heureux. Et encore une fois, le film enchaîne les fautes de goût, entre les séquences de chants pour bien montrer que le zombie serait surement la réponse à crise israélo-palestinienne (ils sont mal barrés quand même) jusqu'à l'amputation sauvage sans aucune raison valable... Tout fout le camp. Tout devient archi-ridicule. Au milieu, Brad Pitt assure le minimum syndical, ne brille jamais, fronce un peu les sourcils et finit par agir en héros kamikaze (dans le laboratoire de Cardiff). Au final, le film annonçait une guerre planétaire et ne montre que trois pays (oublions la Corée du sud vu que toute l'action se situe dans une base américaine et dans le noir complet, le décorum n'a rien de très exotique). Toutes les grandes idées du roman sont absentes ou odieusement inexploitées voir carrément tournées en ridicule (les quelques mots sur les coréens du Nord... d'un débile sans nom) et on ne trouve plus rien d'original jusque dans une fin absurde et au diapason avec le reste, totalement insipide.

Foster déçoit aussi par sa réalisation. Là où un Snyder épatait son monde (les Snyder-Haters vont adorer cette phrase) avec l'Armée des Morts et une caméra à l'épaule qui restait assez précise pour nous coller en plein milieu d'une course sous adrénaline de monstres assoiffés de sang, Foster prend le pari de filmer tout avec une précision d'un épileptique privé depuis 5 jours de sommeil, sous perfusion de café et soumis à un champ stroboscopique. Comprenez que rien n'est lisible, heureusement qu'il lâche son procédé lors de l'arrivée à Cardiff et permet d'observer quelques infectés, sinon on aurait jamais su à quoi ils ressemblaient (et c'était peut-être mieux quand on voit la black contaminée derrière la vitre... un grand moment aussi...). Et finalement, le film sur une guerre mondiale avec des zombies est aussi impressionnant que Shaun of the Dead niveau apocalypse... et encore - Attention, Shaun of the Dead reste un chef d'oeuvre, ne vous méprenez pas. Il faut vraiment avoir loupé tout ce qui s'est fait récemment et moins récemment en terme de zombie-movies pour trouver le film ne serait-ce que potable. Une partie de Left for Dead 2 donne plus de sensations quand même.

Viol d'un roman superbe, World War Z n'est rien de plus qu'un navet. Ridicule au possible (l'auraient-ils fait exprès ?), dénué d'originalité, engoncé dans un carcan de bons sentiments et coulé par sa réalisation plus qu'inégale, le long-métrage de Marc Foster ne peut prétendre qu'à une chose, vous faire perdre votre temps. Achetez le livre, préparez des cookies et là, vous aurez vraiment quelque chose d'excellent à faire pendant 2 heures.

2/10

Retourner vers « Cinéma et séries »