Brightburn, l'enfant du mal - David Yarovesky (2019)

Avatar de l’utilisateur
Valeena
Axiomatique
Messages : 109
Enregistré le : 10 février 2013 à 17:52
Localisation : Sur la ligne ferroviaire Strasbourg-Sarreguemines

Re: Brightburn, l'enfant du mal - David Yarovesky (2019)

Messagepar Valeena » 18 mai 2019 à 20:10

Au prix de la place de ciné, c'est gentil de nous faire faire des économies :-D
Avatar de l’utilisateur
Thomas Day
Modérateur
Messages : 6851
Enregistré le : 22 avril 2009 à 14:40

Re: Brightburn, l'enfant du mal - David Yarovesky (2019)

Messagepar Thomas Day » 12 décembre 2019 à 11:11

Une série B à l'ancienne, comme pouvait en produire Larry Cohen dans les années 70 (je pense à son grand-guignolesque Le Monstre est vivant).
C'est assez complaisant dans l'horreur (je ne spoile pas, mais il y a deux scènes qui "envoient") ; le rapport à la sexualité est plutôt bien vu.
Un film "boule puante" que j'ai regardé avec plaisir, alors que je tenais avant tout à voir un navet pour me détendre. Et ce film-là me semblait avoir le plus de potentiel dans ma PàM (Pile à Mater).

Comme dans la plupart des série B, il y a un fond plutôt bien vu, une sorte de réponse d'abord au personnage de Superman, mais aussi aux films actuels de super-héros. Comme j'ai l'esprit vraiment mal placé, j'ai vu aussi un commentaire philosophique sur La République de Platon.

"L'âme possède deux fonctions: l'une est raisonnante, l'autre désirante (irraisonnée). La fonction raisonnante doit commander à la partie impétueuse. La fonction médiatrice, ou tempérance, doit soutenir le parti de la raison."

TD

Retourner vers « Cinéma et séries »