Bilan numérique 2012

Avatar de l’utilisateur
Clement
Administrateur
Messages : 2125
Enregistré le : 21 mars 2009 à 14:54
Contact :

Bilan numérique 2012

Messagepar Clement » 05 février 2013 à 10:13

Comme chaque année, l'heure est venu de notre bilan numérique, presque trois ans après le lancement de notre offre e-Bélial', que l'on pourra comparer avec les bilans 2011 et 2010.

En janvier 2012, on notait déjà une nette accélération des ventes par rapport à 2011. L'arrivée de nos titres sur de nouvelles plateformes "poids lourds" telle que celles d'Amazon et d'Apple ont accentué cette tendance, que la possibilité de lire gratuitement certains titres sur Youboox n'a pas érodé.

Au final, cette accélération constatée en début d'année ne s'est pas démentie. En 2012, nous avons vendu 680 livres numériques sur notre plateforme (contre 447 en 2011). En terme de chiffre d'affaires, c'est presque deux fois plus (1,8 fois plus exactement) cette année. Si l'on ne considère que la VPC sur notre site, le numérique représente 13% du CA.

Vous avez été 619 à télécharger au moins un livre numérique (payant ou gratuit) dont 289 à acheter au moins un livre. Ce n'est pas énormément plus que l'année dernière (573 et 219), ce signifie que le panier moyen, lui, a largement augmenté. Notre meilleur client (bravo Fred) a téléchargé 28 livres (payants ou gratuits) pour un total de 175 €.

Voici les 10 livres numériques les plus vendus en 2012 :
1. Tau Zéro de Poul Anderson (266 ventes)
2. Gravité de Stephen Baxter (85 ventes)
3. Singularité de Stephen Baxter (78 ventes)
4. Féerie pour les ténèbres, l'intégrale de Jérôme Noirez (63 ventes)
5. Le Dragon Griaule de Lucius Shepard (53 ventes)
6. Flux de Stephen Baxter (50 ventes)
7. Zendegi de Greg Egan (47 ventes)
8. Bifrost 67 spécial Martin (45 ventes)
9. Bifrost 66 spécial Asimov (39 ventes)
10. Bifrost 69 spécial MacDonald (37 ventes)

À noter le bon score de l'intégrale Féerie pour les ténèbres malgré son prix (20 €) qui prouve que les lecteurs n'ont pas peur de payer des livres numériques chers pour peu que le contenu soit conséquent (en l'occurrence, trois romans et cinq nouvelles) et le livre sans DRM. Les autres titres tournent de 10/12 € et les Bifrost 6 €.

Les ventes se sont faites à 42 % sur notre plateforme, les 58 % restants se répartissant sur les autres points de vente. On remarque que sur les grosses plateformes (Amazon, Apple, Fnac) les ventes se concentrent presque exclusivement sur nos best-sellers (Poul Anderson, Stephen Baxter) là où sur notre plateforme et sur les sites des libraires, les ventes sont plus équilibrée. Voici le top 10 des points de vente :
1. e-Bélial'
2. Kobo France (Fnac)
3. Amazon
4. Feedbooks
5. iBookstore (Apple)
6. OLF (?)
7. VirginMega
8. Immatériel
9. Bookeen.com
10. Chapitre.com

Petit bémol : nos livres n'ont été disponibles qu'en cours d'année chez Amazon et Apple, ce top 10 sera donc sans doute plus pertinent dans un an. Pour le mois de décembre, à titre d'exemple, ça donne : Amazon (260 €), iBookstore (150 €), Kobo (121,32 €).

Le cas de Youboox est un peu particulier puisque la plateforme ne commercialise pas les livres mais les propose gratuitement, et rémunère les éditeurs (et incidemment les auteurs) grâce à la publicité, en fonction du nombre de pages lues. On considère qu'un livre est terminé quand au moins 85% des pages ont été lues et qu'une page est lue quand le lecteur y est resté plus de 4 secondes. Le top 5 :
1. La Maison qui glissait de Jean-Pierre Andrevon (16 lectures)
2. Enfer clos de Claude Ecken (15 lectures)
3. L'École des assassins (13 lectures)
4. Le Trône d'ébène (10 lectures)
5. Bifrost 67 spécial Martin (10 lectures)

Les ventes de nouvelles à la pièce ont été un peu meilleures que les années précédentes mais restent très marginales pour les textes également disponibles dans des recueils. L'exception, ce sont les nouvelles de Catherine Dufour et dans une moindre mesure celles de Thomas Day qui sont dans le top 100.

Les téléchargements de fichiers se sont fait à 32 % en PDF et à 68 % en ePub. Sachant qu'excepté pour le dernier numéro de l'année, Bifrost n'était disponible qu'en PDF.

En 2012, 68 livres numériques ont été achetés 2,00 € dans le cadre d'une offre papier + numérique sur notre plateforme. Cela représente donc exactement 1 livre sur 10 et c'est 68 fois plus qu'en 2010.
daiji
Patrouilleur temporel
Messages : 49
Enregistré le : 27 janvier 2010 à 11:42

Re: Bilan numérique 2012

Messagepar daiji » 06 février 2013 à 18:56

Je rebondit sur ton post, car je me pose quelques questions par rapport à l'édition et la vente de livres numériques.

Première constatation, l'expérience semble être assez encourageante :) Tant mieux pour le Bélial, et pour nous, lecteurs!

J'imagine qu'il y a déjà eu un, voir beaucoup de posts sur le sujet. Mais comme on en reparle ici :)

Quels sont les problème du numérique par rapport au papier que le Bélial rencontre? Devrait-on être plus présent sur la toile en tant qu'éditeur numérique ?

Je me demandais ce que l'on pouvait apporter grâce au numérique (changement des habitudes de lecture, de distribution, etc) ?

Prenons un exemple concret, les nouvelles. A l'époque ou le Bélial se demandait si il allait passer au numérique et comment; je me rappelle avoir soutenu l'idée de diffuser des nouvelles inédites, ou introuvables par le biais de ce nouveau canal. C'est chose faite (génial), mais le résultat a un petit gout d'inachevé.

Le fond de nouvelles distribuées directement sur le site est déjà intéressant (156 nouvelles, dont certaines appartiennent à des recueil). J'imagine que la vente à la pièce sur le site est d'ailleurs plus intéressante au niveau marge que la vente de recueils.

Ce qui m'intéresse en particulier, c'est la valorisation de ce fond.
En tant que lecteur lambda, je n'ai aucune idée que ces nouvelles existent ou presque. Sont-elles distribuées ailleurs que sur le site? Même si je connais l’existence de la liste de nouvelles, pourquoi en acheter? Pourquoi en acheter une plutôt qu'une autre?

Alors bon, c'est en partie à ça que sert Bifrost. Dossiers thématiques, critiques, bref, on trouvera certainement quelques références qui donnent envie d'acheter une nouvelle. Sinon.. on aime l'auteur peut-être.
J'ai également remarqué que les nouvelles étaient classées à l'aide de mot clé (extraterrestres, post-apocalyptique,..). L'idée est sympathique, mais je ne trouve pas extrêmement clair le fait que les mots entrés dans le moteur du site vont trier les livres taggés. Que se passe t'il si je tape E.T. au lieu d'extraterrestres, ou Afrique à la place de Zaïre ?

Est-il possible d'être plus présent "online" ?
Bifrost existe en numérique, mais je ne le compte pas comme présence online.

J'entends par-là, avoir des pages qui référencent directement la fiche de la nouvelle (histoire de bien profiter des achats compulsifs :D).

Par exemple; Feu le cafard cosmique avait des article thématiques directement sur son site. Est-ce que ça serait un gros investissement d'avoir ce genre de pages avec à l'intérieur des liens vers des livres/nouvelles? Est-ce que cela rapporterais ?

Pareil pour des plateformes uniquement numériques (noosfere, actusf, scifi-universe, etc), ou les blogs. Est-ce qu'un éditeur numérique peut mieux en tirer parti?

Est-il possible de créer des "annuaires/moteur de recherche" pour les nouvelles ? Je m'intéresse à la conscience, que puis-je acheter qui traite de ce sujet en SF ?

Finalement, peut-on changer les habitudes de consommation? A l'instar de shortshortshort.com, est-ce intéressant de vendre des nouvelles à l'abonnement? La seule garantie étant d'en recevoir X sur une période donnée.

Bref, plus de web ?
Vous avez reçu le message je crois :D
C'est bon pour l'ego - Moi
Avatar de l’utilisateur
zul595
Patrouilleur temporaire
Messages : 18
Enregistré le : 24 août 2009 à 11:28

Re: Bilan numérique 2012

Messagepar zul595 » 07 février 2013 à 09:38

Une remarque sur l'offre numérique :

Pour le livre Le Monde tous droits réservés de Claude ECKEN
Version papier Le Belial': 18,00 € (Bientôt épuisé)
Version numérique Le Belial' : 9,99 €
Version papier édition Pocket chez Amazon : 7,98 €

Cherchez l'erreur !

Que dit les éditions Belial' sur cet exemple ?
(perso, je m'en moque, ayant l'édition papier depuis longtemps)
Avatar de l’utilisateur
Clement
Administrateur
Messages : 2125
Enregistré le : 21 mars 2009 à 14:54
Contact :

Re: Bilan numérique 2012

Messagepar Clement » 07 février 2013 à 11:36

daiji a écrit :Le fond de nouvelles distribuées directement sur le site est déjà intéressant (156 nouvelles, dont certaines appartiennent à des recueil). J'imagine que la vente à la pièce sur le site est d'ailleurs plus intéressante au niveau marge que la vente de recueils.


Pas nécessairement, il faudrait faire le calcul, mais déjà plus le prix est bas, plus les frais sont proportionnellement important. Par exemple sur une nouvelle vendue 1 €, Paypal prend quand même 28 centimes, presque un tiers du prix...

Ce qui m'intéresse en particulier, c'est la valorisation de ce fond. En tant que lecteur lambda, je n'ai aucune idée que ces nouvelles existent ou presque. Sont-elles distribuées ailleurs que sur le site?


Sauf exception, elles sont toutes distribuées chez les libraires et sur les plateformes numériques, comme tout nos livres.

Même si je connais l’existence de la liste de nouvelles, pourquoi en acheter? Pourquoi en acheter une plutôt qu'une autre? Alors bon, c'est en partie à ça que sert Bifrost. Dossiers thématiques, critiques, bref, on trouvera certainement quelques références qui donnent envie d'acheter une nouvelle. Sinon.. on aime l'auteur peut-être.
J'ai également remarqué que les nouvelles étaient classées à l'aide de mot clé (extraterrestres, post-apocalyptique,..). L'idée est sympathique, mais je ne trouve pas extrêmement clair le fait que les mots entrés dans le moteur du site vont trier les livres taggés. Que se passe t'il si je tape E.T. au lieu d'extraterrestres, ou Afrique à la place de Zaïre ?


On a en effet lancé un gros chantier (enfin surtout Erwann) pour ajouter aux nouvelles numériques des mots-clés thématiques depuis environ un an. On l'a surtout fait pour les textes rendus disponible depuis en numérique, il faudra le faire aussi pour le fonds, ça va se faire petit à petit.

Le nouveau site du Bélial', qui sera lancé ces prochains jours, prendra en compte le fait qu'on a des mots-clés et sera donc pensé pour. Rien que le moteur de recherche suggère l'utilisation des mots-clés (en haut à droite) parce que ce n'est pas forcément évident à l'heure actuelle qu'on peut rechercher autre chose qu'un titre ou un auteur. Les mots-clés seront aussi mis plus en avant et il y aura une page les référençant tous.

Est-il possible d'être plus présent "online" ?
Bifrost existe en numérique, mais je ne le compte pas comme présence online.


Là je ne sais pas ce que ça veut dire... Outre la version numérique, il y a aussi le blog qui reprend des articles d'anciens numéros ou publie des articles inédits. Après, on est ouvert aux suggestions pour rendre Bifrost plus "online" !

J'entends par-là, avoir des pages qui référencent directement la fiche de la nouvelle (histoire de bien profiter des achats compulsifs :D). Par exemple; Feu le cafard cosmique avait des article thématiques directement sur son site. Est-ce que ça serait un gros investissement d'avoir ce genre de pages avec à l'intérieur des liens vers des livres/nouvelles? Est-ce que cela rapporterais ?


C'est déjà le cas, avec les pages de mot-clé, qui référencent tous les livres et nouvelles avec ce tag, non ?
[bon ok je viens de voir que les pages mot-clé ne marchent plus... mais ça marche sur le nouveau site]

Pareil pour des plateformes uniquement numériques (noosfere, actusf, scifi-universe, etc), ou les blogs. Est-ce qu'un éditeur numérique peut mieux en tirer parti? Est-il possible de créer des "annuaires/moteur de recherche" pour les nouvelles ? Je m'intéresse à la conscience, que puis-je acheter qui traite de ce sujet en SF ?


Chez nous, donc, c'est possible... au-delà, malheureusement, ça ne relève plus vraiment de notre volonté ! Lorsqu'on transmet nos livres à notre diffuseurs qui les transmets ensuite à des plateformes, on leur transmets aussi des mots-clés. Après, c'est aux plateformes de récupérer ces mots-clés et de les utiliser intelligemment pour créer des annuaires thématiques inter-éditeurs (et, idéalement, de faire un travail de libraire et de créer leur propres mots-clés).

Finalement, peut-on changer les habitudes de consommation? A l'instar de shortshortshort.com, est-ce intéressant de vendre des nouvelles à l'abonnement? La seule garantie étant d'en recevoir X sur une période donnée.


C'est des choses auxquelles on réfléchit.. Mais si tu regardes bien, il y a déjà un abonnement qui permet de télécharger une nouvelle chaque mois... sauf qu'il est sans engagement, sans limite de temps et gratuit !
Avatar de l’utilisateur
Erwann
Modérateur
Messages : 9510
Enregistré le : 25 mai 2010 à 17:37
Localisation : Sol-3

Re: Bilan numérique 2012

Messagepar Erwann » 07 février 2013 à 12:03

zul595 a écrit :Une remarque sur l'offre numérique :

Pour le livre Le Monde tous droits réservés de Claude ECKEN
Version papier Le Belial': 18,00 € (Bientôt épuisé)
Version numérique Le Belial' : 9,99 €
Version papier édition Pocket chez Amazon : 7,98 €

Cherchez l'erreur !

Que dit les éditions Belial' sur cet exemple ?

Les éditions du Bélial' disent ce qu'elles disent ailleurs dans les pages de ce forum : pour continuer à voir nos livres repris chez des éditeurs poches, nous ne pouvons vendre le livre numérique à un prix inférieur à celui du poche.
Mettons que l'on vende un livre numérique à un prix inférieur à celui du poche. Les éditeurs poches, un tantinet fâchés de ce geste pas très fair play, ne reprendraient pas nos livres. Ce qui nous ferait un manque à gagner que les ventes numériques ne sont pas en mesure pour l'instant de compenser. (Et nous n'avons pas le projet de lancer notre propre collection poche.)
CQFD ?
Avatar de l’utilisateur
christian
Radieux
Messages : 238
Enregistré le : 12 mai 2009 à 22:30
Contact :

Re: Bilan numérique 2012

Messagepar christian » 07 février 2013 à 14:10

Erwannn a écrit :Mettons que l'on vende un livre numérique à un prix inférieur à celui du poche. Les éditeurs poches, un tantinet fâchés de ce geste pas très fair play, ne reprendraient pas nos livres. Ce qui nous ferait un manque à gagner que les ventes numériques ne sont pas en mesure pour l'instant de compenser. (Et nous n'avons pas le projet de lancer notre propre collection poche.)
CQFD ?


Tiens, en parlant de ça, je serais curieux de savoir si "Les lames du Cardinal", de Pierre Pevel, se vendent bien dans l'édition poche toute fraiche de ce mois-ci chez Folio SF, alors que Bragelonne a bradé l'édition numérique à 0,99 E lors de leur opération promo de janvier...
Avatar de l’utilisateur
scifictif
Prince-Marchand
Messages : 934
Enregistré le : 29 avril 2009 à 14:02

Re: Bilan numérique 2012

Messagepar scifictif » 07 février 2013 à 14:28

Ah ouais, quand même...

Merci pour l'info christian, ça remet certains propos en perspective :

Stéphane Marsan a écrit :J’aimerais en profiter pour saluer le fabuleux travail de Pascal Godbillon et de Folio sur l’édition poche des Lames du Cardinal qui sort… aujourd’hui même, 31 janvier !!! Je vais de ce pas lui faire envoyer un paquet de Panzani.

(source : elbakin)
Avatar de l’utilisateur
yogo
Radieux
Messages : 242
Enregistré le : 05 septembre 2012 à 19:11

Re: Bilan numérique 2012

Messagepar yogo » 10 février 2013 à 23:56

Erwannn a écrit :
zul595 a écrit :Une remarque sur l'offre numérique :

Pour le livre Le Monde tous droits réservés de Claude ECKEN
Version papier Le Belial': 18,00 € (Bientôt épuisé)
Version numérique Le Belial' : 9,99 €
Version papier édition Pocket chez Amazon : 7,98 €

Cherchez l'erreur !

Que dit les éditions Belial' sur cet exemple ?

Les éditions du Bélial' disent ce qu'elles disent ailleurs dans les pages de ce forum : pour continuer à voir nos livres repris chez des éditeurs poches, nous ne pouvons vendre le livre numérique à un prix inférieur à celui du poche.
Mettons que l'on vende un livre numérique à un prix inférieur à celui du poche. Les éditeurs poches, un tantinet fâchés de ce geste pas très fair play, ne reprendraient pas nos livres. Ce qui nous ferait un manque à gagner que les ventes numériques ne sont pas en mesure pour l'instant de compenser. (Et nous n'avons pas le projet de lancer notre propre collection poche.)
CQFD ?


Vu sous cet angle, c'est logique...
Mais le lecteur pourrait lui aussi être fâché et se retourner sur des offres beaucoup moins légales.
Avatar de l’utilisateur
Tétard
Axiomatique
Messages : 126
Enregistré le : 22 avril 2009 à 22:45

Re: Bilan numérique 2012

Messagepar Tétard » 11 février 2013 à 13:18

scifictif a écrit :Ah ouais, quand même...

Merci pour l'info christian, ça remet certains propos en perspective :

Stéphane Marsan a écrit :J’aimerais en profiter pour saluer le fabuleux travail de Pascal Godbillon et de Folio sur l’édition poche des Lames du Cardinal qui sort… aujourd’hui même, 31 janvier !!! Je vais de ce pas lui faire envoyer un paquet de Panzani.

(source : elbakin)


Cette nuit, vers 2h30, je me suis reposé les questions que tous les lecteurs non-pro de l'édition ont dû se poser (j'omets les plus fâcheuses) :
Dans les contrats ordinaires passés entre les éditeurs GF et les éditeurs poche, y a-t-il ordinairement une clause empêchant ce type de parution simultanée, ou cela repose-t-il sur une pratique informelle mais généralisée, entre "gens de bonne compagnie" ?
Le numérique (des éditeurs GF) est-il désormais pris en compte dans ce type de clause ? Olivier Girard a déjà mentionné que le prix des livres numériques du Bélial devait être supérieur à celui des poches, pour être repris sous ce format, du coup, dans le cas des Lames, que s'est-il passé ? Peut-on imaginer que chez Bragelonne, qui compte plusieurs dizaines de salariés, deux personnes aient géré indépendamment et sans se coordonner le contrat avec Folio et la diffusion numérique ? Ou bien Brage (et Folio ?) a-t-il considéré que la clientèle du numérique se distinguait de et empiétait peu sur celle du poche ? L'auteur lui-même a-t-il signé à peu de distance un contrat avec Brage pour l'opération numérique ponctuelle (je doute qu'elle ait été prévue dès le contrat originel) et un autre pour la reprise en poche ?
Je comprendrais que les éditeurs évitent de répondre pour préserver "l'entente cordiale", si pb il y a eu.
On offre de face la vérité à son égal : on la laisse entrevoir de profil à son maître.
(Chamfort, Eloge de La Fontaine)
Avatar de l’utilisateur
Jean-Claude Dunyach
Radieux
Messages : 226
Enregistré le : 20 avril 2009 à 16:34
Localisation : Blagnac

Re: Bilan numérique 2012

Messagepar Jean-Claude Dunyach » 11 février 2013 à 21:22

christian a écrit :
Erwannn a écrit :Mettons que l'on vende un livre numérique à un prix inférieur à celui du poche. Les éditeurs poches, un tantinet fâchés de ce geste pas très fair play, ne reprendraient pas nos livres. Ce qui nous ferait un manque à gagner que les ventes numériques ne sont pas en mesure pour l'instant de compenser. (Et nous n'avons pas le projet de lancer notre propre collection poche.)
CQFD ?


Tiens, en parlant de ça, je serais curieux de savoir si "Les lames du Cardinal", de Pierre Pevel, se vendent bien dans l'édition poche toute fraiche de ce mois-ci chez Folio SF, alors que Bragelonne a bradé l'édition numérique à 0,99 E lors de leur opération promo de janvier...


Ladite promotion n'a duré qu'une journée...
Le livre en version numérique est à 9,99 euros sur Amazon en ce moment. Voir ici:
http://www.amazon.fr/Les-Lames-Cardinal-T1-ebook/dp/B005PR0ZG2/ref=sr_1_3?ie=UTF8&qid=1360610407&sr=8-3
Je compte pour un. Comme chacun de vous.

http://www.dunyach.fr/

Retourner vers « L'actu du Bélial' »