Le Bélial' lance e-Bélial', sa plateforme numérique

Avatar de l’utilisateur
Sybille
Axiomatique
Messages : 100
Enregistré le : 30 mars 2010 à 13:29
Contact :

Re: Le Bélial' lance e-Bélial', sa plateforme numérique

Messagepar Sybille » 01 septembre 2010 à 18:28

thomasday a écrit :Je ne vois pas en quoi donner la possibilité aux lecteurs de soutenir une petite maison indépendante est du foutage de gueule (tu connais le chiffre d'affaires du Bélial ? Tu as déjà vu Olivier Girard rouler en 4x4 à 50 000 euros ? Pour le Bélial', changer d'ordinateur c'est un VRAI investissment (enfin, c'est ce que j'ai cru comprendre la dernière fois qu'un ordinateur a rendu l'âme dans la boîte). Il faut peut-être un peu garder les pieds sur terre, non ?). Les gens font ce qui veulent, s'ils ne veulent rien donner de plus, ils ne donnent rien de plus. Où est le problème ?
Pas là, à mon avis...


Sur ce point, j'avoue que l'idée me choque.
Il y a des différences de structures juridiques car il y a des différences d'objectifs quand on se lance dans une entreprise (au sens large).
Il y a des maisons d'édition en association loi 1901 et ça me semble logique qu'elles puissent appeler aux dons. Dans le cas d'une société, ben... j'ai le sentiment que les "participants" n'ont pas réellement compris ce qu'ils faisaient eux-mêmes.
Sans méchanceté aucune.
Avatar de l’utilisateur
filip
Axiomatique
Messages : 130
Enregistré le : 24 mai 2009 à 00:22
Contact :

Re: Le Bélial' lance e-Bélial', sa plateforme numérique

Messagepar filip » 01 septembre 2010 à 19:03

Pour répondre rapidement à ce qui à été reproché à l'offre de le bélial', oui c'est innovant et "révolutionnaire" (notez les guillemets).
Pourquoi ?
Tout simplement parcequ'en 10 ans de lecture numérique jamais je n'avais acheté de livre électronique en français. Uniquement des achats en anglais, car l'offre en français était trop cher avec des drms.
Tout n'est peut être pas parfait, mais c'est une avancée qu'aucun autre éditeur n'avait fait jusqu'alors.
Et là j'ai déjà acheté 2 livres et dès qu'ils sont finis j'achèterai les autres.

Alors merci à toute l'équipe pour cette offre qui me permet de lire de la sf de qualité en français et d'auteurs français.

Edit. Je me suis trompé de fil, je croise sur le bon fil. Dsl
Avatar de l’utilisateur
Clément
Administrateur
Messages : 2180
Enregistré le : 21 mars 2009 à 14:54
Contact :

Re: Le Bélial' lance e-Bélial', sa plateforme numérique

Messagepar Clément » 01 septembre 2010 à 19:07

Psill a écrit :
pour l'instant, la plupart l'utilisent,
La plupart ? L'offre promotionnelle s'est close hier. Combien as-tu eu d'achats au tarif plein (8 à 12€) depuis ? Et combien ont tenu à donner plus ?


Pour l'instant, ça représente une vingtaine de fichiers vendus avec 1/3 de prix personnalisés. Bon, pas des fortunes, 1 ou 2 € en général. Mais comme dit justement Gilles, la plateforme a été lancée à midi, c'est un peu tôt pour tirer des conclusions, et je parlais plutôt des fichiers qui ont été mis à prix totalement libre (je te renvoie à ce sujet) et surtout des réactions des gens (je te renvoie à celui-là). Pour tirer des leçons de la "vraie" plateforme, je propose qu'on attende un petit mois et qu'on en reparle !
Herbefol
Prince-Marchand
Messages : 966
Enregistré le : 20 avril 2009 à 18:36

Re: Le Bélial' lance e-Bélial', sa plateforme numérique

Messagepar Herbefol » 01 septembre 2010 à 21:59

Petit rappel quand aux dimensions des acteurs du marché de l'édition
Chiffre d'affaire de différents éditeurs à la cloture du dernier exercice connu.

Bragelonne (31.12.2009) 9,4 millions d'€ (dont 10% en export)
Denoël (inclus tout ce qui n'est pas Lunes d'encre) (31.12.2009) 5 millions d'€ (15 % export)
L'Atalante (31.12.2009) 1,9 millions d'€
Mnémos (31.12.2008) 372.000 €
Le Bélial (31.03.2009) 181.000 €

Robert Laffont (31.12.2005) 53,4 millions d'€
Gallimard (31.12.2005) 151,9 millions d'€
Hachette Livre (31.12.2009) 1 milliard d'€
(source societe.com)


Vu comme ça je trouve un peu gonflé de reprocher tant à une maison qui est déjà bien en avance sur la majorité de ses concurrents...
L'affaire Herbefol
Au sommaire : La pointe d'argent de Cook, Black Man de Morgan, Navigator de Baxter, Cheval de Troie de Wells & The Labyrinth Index de Stross.
Patrice2
Cookie Monster
Messages : 501
Enregistré le : 09 mai 2009 à 14:34
Contact :

Re: Le Bélial' lance e-Bélial', sa plateforme numérique

Messagepar Patrice2 » 01 septembre 2010 à 22:48

Salut,

Ce qui m'énerve le plus dans les critiques du genre "c'est trop", c'est qu'en y regardant bien, une nouveauté en élivre à moins de 8 euros ce sera nécessairement d'un auteur français. Et les traducteurs qui fréquentent ce forum peuvent déjà s'inquiéter pour leur avenir.

Alors, amis lecteurs de Egan, Banks, Baxter et autres (sans compter ces exotiques de Strougatski), commencez à apprendre l'anglais.
Parce que ça n'est pas avec un truc à 2€ qu'un éditeur pourra décemment payer ses traducteurs.

Oui, les livres sont trop chers en France. Mais 8€ pour une nouveauté, il ne faut pas se foutre du monde. Ca n'est pas trop cher, parce que les gens qui ont réellement bossé sur le livre (auteur, éditeur, correcteur, traducteur, et je ne parle des illustrateurs dont le métier est carrément menacé car en numérique, on s'en fout d'une couverture), il faut bien qu'ils vivent!

A+

Patrice
Un tiers calva, un tiers cidre, un tiers purin et eau de mare

LINGVA
Avatar de l’utilisateur
Isa
Cookie Monster
Messages : 511
Enregistré le : 20 décembre 2009 à 23:51
Contact :

Re: Le Bélial' lance e-Bélial', sa plateforme numérique

Messagepar Isa » 02 septembre 2010 à 17:57

J'avoue ne pas comprendre non plus cette levée de bouclier contre les appels aux dons. Si le Bélial considère qu'il faudrait vendre un livre à 15 euros pour s'y retrouver mais que le lecteur risque de ne pas mettre plus de 12, je trouve que c'est plutôt une bonne chose de mettre à 12 et d'espérer que les quelques donneurs pourront compenser le manque.
Personnellement, je n'ai pas assez d'argent pour donner plus que le prix d'un livre. Mais si un jour j'en avais, je serais contente qu'on m'en laisse la possibilité. Seul bémol : je préférerai le faire après avoir lu le livre. Et non, ce n'est pas de la charité (sinon, ce serait avant, pour le gars qui m'a bien fait pleurer sur son sort de pauvre auteur fauché) c'est juste une récompense du travail accompli. Ça ne me choque pas plus que de poser un pourboire sur la table pour un serveur sympa.
Ou alors les auteurs sont-ils censés se sentir tellement au-dessus de la plèbe que ce geste les insulte ? Vu le niveau de leur salaire, y aurait pas vraiment de quoi...

Patrice a écrit :Ce qui m'énerve le plus dans les critiques du genre "c'est trop", c'est qu'en y regardant bien, une nouveauté en élivre à moins de 8 euros ce sera nécessairement d'un auteur français. Et les traducteurs qui fréquentent ce forum peuvent déjà s'inquiéter pour leur avenir.


Pas très convaincue par cet argument. Depuis longtemps les auteurs anglo-saxons ont le vent en poupe par rapport aux français tout simplement parce que le plus gros problème du marché du livre est le risque. Un auteur déjà vendu à x exemplaires outre-atlantique, c'est plus facile de se lancer qu'un auteur français qu'il faut reconnaître au milieu de la tonne d'apprentis-génies autoproclamés. Pour moi, ce "problème" rétablit juste un équilibre. Avec un livre papier la plus grosse part allait à la production et aux intermédiaires et donc, le coût de l'auteur (et du traducteur) était négligeable. Il valait mieux s'assurer de grosses pointures pour amortir les coûts des intermédiaires. Dans un système dématérialisé où la donne changerait complètement (ce qui n'est pas encore le cas), la part qui correspondrait au vrai boulot d'écriture représenterait plus et donc, oui, ce serait un plus gros investissement de prendre auteur+traducteur, ce qui compenserait enfin la prise de risque.
Je doute que ça empêche de traduire les grosses pointures américaines, mais ça donnera davantage leur chance aux français. J'ai du mal à trouver que ce soit injuste.
MrJmad
Vandale du vide
Messages : 3
Enregistré le : 02 septembre 2010 à 18:33

Re: Le Bélial' lance e-Bélial', sa plateforme numérique

Messagepar MrJmad » 02 septembre 2010 à 18:44

Bonjour bonjour,

premier post sur ce forum, parce que j'ai découvert votre plateforme d'achat numérique.

Alors pour poser la situation, je suis un libriste. Ca veut dire que j'utilise du logiciel libre. Qu'au boulot, je ne fais que du libre.

Que j'aime les gens qui font de l'art libre (pas forcément gratuit) et les gens qui font du numérique sans DRM.

Et si j'ai bien halluciné sur un truc en lisant ce thread, c'est les gens qui râlent parce qu'on peut payer le prix qu'on veut.

Radiohead fait ça et tout le monde hurle au génie, à la révolution dans le liens fan / artiste... Les créateurs indépendants de jeux vidéos font ça et ça fait un carton (je vous renvoie à World Of Goo ou autre jeux vidéos indépendants vendus/libérés grâce à cette méthode), et là pour les bouquins ça serait pas bien ??

Le mieux c'est quand même, le billet qui parle d'appel au dons et que c'est pas bien pour une entreprise.

Alors déjà il n'y a pas d'appel au dons, il y a une fourchette sur le prix que chaque personne estime juste. Un don c'est quand j'ai rien en échange, la j'achète un bouquin.
Tant que la part que touche l'auteur est calculé sur le prix vraiment payé par chaque acheteur et pas sur un prix fixe, moi je trouve que ce système est juste excellent.

Ensuite une entreprise, sa définition c'est qu'elle doit créer de la valeur (attention ce n'est pas faire de l'argent, c'est créer de la valeur), il n'a jamais été dit que pour créer de la valeur, elle ne pouvait pas, si elle le voulait faire appel au dons. Il y a même des business models entier d'entreprise (dans le jeux vidéos par exemple) qui ne se fondent que sur le don, le jeu étant gratuit (bon mon avis a moi de chef d'entreprise, sur le coup, c'est que c'est pas une bonne idée, mais je dérive).

Donc perso félicitation pour l'abscence de DRM, félitication pour avoir oser réutiliser un business model qui marche dans d'autre domaine dans celui des bouquins, et félicitation pour l'achat nouvelle par nouvelle.

(mais par contre vu le prix minimum des bouquins, même si ils sont à 50 % du prix en papier, j'espère qu'ils sont beaux et bien foutus les pdf... )
Avatar de l’utilisateur
Sybille
Axiomatique
Messages : 100
Enregistré le : 30 mars 2010 à 13:29
Contact :

Re: Le Bélial' lance e-Bélial', sa plateforme numérique

Messagepar Sybille » 02 septembre 2010 à 19:15

MrJmad a écrit :Le mieux c'est quand même, le billet qui parle d'appel au dons et que c'est pas bien pour une entreprise.

...

Alors déjà il n'y a pas d'appel au dons, il y a une fourchette sur le prix que chaque personne estime juste. Un don c'est quand j'ai rien en échange, la j'achète un bouquin.
Tant que la part que touche l'auteur est calculé sur le prix vraiment payé par chaque acheteur et pas sur un prix fixe, moi je trouve que ce système est juste excellent.

Ensuite une entreprise, sa définition c'est qu'elle doit créer de la valeur (attention ce n'est pas faire de l'argent, c'est créer de la valeur), il n'a jamais été dit que pour créer de la valeur, elle ne pouvait pas, si elle le voulait faire appel au dons. Il y a même des business models entier d'entreprise (dans le jeux vidéos par exemple) qui ne se fondent que sur le don, le jeu étant gratuit (bon mon avis a moi de chef d'entreprise, sur le coup, c'est que c'est pas une bonne idée, mais je dérive).


En France, il y a deux modèles d'entreprises :
- la société à but lucratif ;
- l'association à but non lucratif.

Les deux peuvent créer de la valeur, éditer un livre... mais l'objectif de la société est de générer du bénéfice surtout. Sinon, elle n'a aucune raison d'exister.

La différence aussi, c'est l'utilisation du bénéfice. Dans la société, le bénéfice va dans la poche des détenteurs du capital. Dans l'association, le bénéfice est réutilisé pour créer de nouvelles choses, éditer un nouvel auteur...

Payer plus, c'est payer "en plus", donc alimenter le bénéfice.
(Je rappelle qu'il s'agit bien d'un "don" puisque le prix du livre est fixe et qu'il n'y a donc pas de fourchette de prix.)
Là, si tu ne vois pas le souci logique, je n'y peux rien.

Quand le jeu est gratuit, on ne fait pas appel aux dons, on demande à chacun de payer la valeur dont il fait lui-même l'estimation.

Il y a un défaut de perception, certes vraiment pas méchant, mais quand même gênant.
Si, au sein d'une société, on ne peut pas se payer un ordi neuf, c'est que la société n'est pas viable.
MrJmad
Vandale du vide
Messages : 3
Enregistré le : 02 septembre 2010 à 18:33

Re: Le Bélial' lance e-Bélial', sa plateforme numérique

Messagepar MrJmad » 02 septembre 2010 à 21:50

Sybille a écrit :En France, il y a deux modèles d'entreprises :
- la société à but lucratif ;
- l'association à but non lucratif.


Bon alors l'association n'est pas une entreprise. Après il y a plusieurs types d'entreprise (SARL,SCOP (ou chaque salarié est en meme temps actionnaire, SAS,SA,etc..)
Ensuite il y a les associations, dont il y a plein de type. La plus connu est celle de 1901 qui est non lucrative. Il y en a d'autre (comme les associations foncières, syndicales, cultuelle, etc... ) et qui ne sont pas toute non lucrative. He ben nan, désolé.

Sybille a écrit :Les deux peuvent créer de la valeur, éditer un livre... mais l'objectif de la société est de générer du bénéfice surtout. Sinon, elle n'a aucune raison d'exister.

La différence aussi, c'est l'utilisation du bénéfice. Dans la société, le bénéfice va dans la poche des détenteurs du capital. Dans l'association, le bénéfice est réutilisé pour créer de nouvelles choses, éditer un nouvel auteur...

Re non. PAs du tout en fait même. Pour être plus clair, je vais citer mon prof d'éco (et wikipedia tiens, je viens de vérifier). Le but d'une entreprise est d'être rentable. La rentabilité dégagée sert à investir pour permettre à l'entreprise de croire pour pouvoir etre encore plus rentable. Une entreprise investit en embauchant plus de gens, lançant de nouveau produit, etc etc. La rentabilité peut aussi être transformée en bénéfice qui iront dans la poche des actionnaires. Tu remarqueras alors (et toute personnes ayant suivi des cours d'éco ou lu un peu d'économie le remarque aussi) que les buts de l'entreprise et de ses actionnaires sont différents. Et même complétement contraire. L'entreprise a besoin de réinvestir sa rentabilité dans des investissement pour rester en bonne santé. L'actionnaire veut 'prendre' les sous de l'entreprise pour pouvoir les dépenser lui.

Donc non les entreprises ne sont pas toujours les grandes méchantes alors que les assos sont les grandes gentilles. Et non, le but d'une entreprise ce n'est pas de filer le plus de thunes aux actionnaires, ca s'est uniquement le but des actionnaires. (Actionnaires qui dans le cas de grandes entreprises n'ont aucun rôle dans la société vu qu'ils ne la gèrent pas.) Pour prendre un exemple, ca aide a comprendre les exemples, mon entreprise est rentable depuis 4 ans. Et pourtant moi et les autres associés n'avons jamais touché un seul euros de bénéfice, à la place on a embauché de nouveau salariés, on a financé de nouveaux produits, etc etc. Faut pas croire que la réalité de l'entreprise, c'est l'oreal, peugeot et air france. La réalité de l'entreprise, c'est les 93,1 % d'entreprise qui ont moins de 10 salariés et qui génèrent 2/3 des emplois. Dans ces entreprise là, on ne fait pas des bénéfices, on investit pour pouvoir payer ses salariés et soi-même décemment.

Sybille a écrit :Payer plus, c'est payer "en plus", donc alimenter le bénéfice.
(Je rappelle qu'il s'agit bien d'un "don" puisque le prix du livre est fixe et qu'il n'y a donc pas de fourchette de prix.)
Là, si tu ne vois pas le souci logique, je n'y peux rien.

Quand le jeu est gratuit, on ne fait pas appel aux dons, on demande à chacun de payer la valeur dont il fait lui-même l'estimation.

Il y a un défaut de perception, certes vraiment pas méchant, mais quand même gênant.
Si, au sein d'une société, on ne peut pas se payer un ordi neuf, c'est que la société n'est pas viable.


Payer plus, c'est payer plus. Pour potentiellement augmenter la rentabilité de l'entreprise. Rentabilité qui servira à faire qu'un actionnaire se paie une nouvelle voiture ou que l'entreprise investisse en éditant de nouveau livre. Ca dépend des cas (tout comme dans les assos ou les sous servent à éditer un nouveau livre ou a payer le salaires mirobolant de la directrice de l'asso qui est une salariée mais aussi la femme du président élu à la majorité du bureau composé du président et du trésorier qui est son beau frère. Des exagérations puis généralisation qui ne servent à rien, je peux en faire aussi).

Sur la fin, j'adore la contorsion pour retomber sur ses pattes. Si je choisis le prix du truc entre 0 et X euros, alors c'est bien. Parce que la je choisis vraiment combien j'estime que vaut ce que j'achete. Et alors ce n'est pas un don. Et c'est bien.

Si par contre je ne peux choisir qu'entre Y et X euros, comme il y a une partie minimale obligatoire, alors la c'est un don (ce n'est pas du tout parce que j'ai choisi de décider que le bouquin en pdf il fallait 12 euros hein, non c'est parce que j'ai décidé d'aider l'actionnaire à payer sa piscine) et c'est mal.

Et par contre, j'avoue ne pas comprendre ta métaphore avec l'ordi. si une entreprise peut pas payer un ordi a son salarié, elle va mal ? heu oui, la je suis d'accord avec toi. Mais le rapport avec la choucroute ?
MrJmad
Vandale du vide
Messages : 3
Enregistré le : 02 septembre 2010 à 18:33

Re: Le Bélial' lance e-Bélial', sa plateforme numérique

Messagepar MrJmad » 02 septembre 2010 à 22:07

je m'auto répond, je n'aime pas éditer mes billets, surtout quand j'ai laissé passer quelques minutes.

Donc la suite que j'ai oublié dans ma fougue.

Par contre si tu veux discuter du prix minimal de 8 euros, la il n'y a pas de problème. Je n'ai pas encore acheté de bouquin pdf. J'ai pour l'instant uniquement DL le pdf gratuit de LGM.

Et clairement, pour 8 euros, j'espère que j'en aurais un peu plus pour mon argent. La couv en couleur, etc etc ...

Et même si le pdf est top moumoute, effectivement le 8 euros, c'est un peu cher. Bon ca reste plus abordable que la VOD pour un épisode de série ou autre. Mais ...

Mais là on est sur de la critique de curseur. Pas sur une critique 'bête' (comprendre sans argument à part 'c'est du don, les entreprises elles ont pas le droit de demander des dons parce que les entreprises elles sont méchantes') d'un business model émergeant (mais qui j'en suis certain va se développer) appliqué au domaine du livre.

Retourner vers « L'actu du Bélial' »