Du 23 au 31 août, téléchargez deux romans numérique en en fixant vous-même le prix. Minimum : 0 €

Avatar de l’utilisateur
Clément
Administrateur
Messages : 2180
Enregistré le : 21 mars 2009 à 14:54
Contact :

Re: Du 23 au 31 août, téléchargez deux romans numérique en en fi

Messagepar Clément » 25 août 2010 à 11:44

e-Bouquin parle de notre opération :
http://www.ebouquin.fr/2010/08/25/e-bel ... otre-prix/

L'occasion d'un premier bilan en cours d'opé :

Disons que pour le premier jour, l’opération a été un vif succès, et qu’on a été agréablement surpris par le nombre de gens qui achetaient le fichier par rapport à ceux qui le téléchargeaient gratuitement. C’est exactement 50/50 à l’heure où j’écris ces lignes (ndlr le 24/08), alors qu’on pensait que les téléchargements gratuits seraient beaucoup plus nombreux que les payants. On a aussi invité les lecteurs à discuter de l’expérience sur notre forum, et on a des retours assez enthousiastes, beaucoup apprécient l’initiative et veulent la soutenir en donnant quelque chose, même peu, y compris certains qui possèdent déjà le livre papier.


Rendez-vous en fin de semaine prochaine pour un bilan détaillé !
Avatar de l’utilisateur
scifictif
Prince-Marchand
Messages : 945
Enregistré le : 29 avril 2009 à 14:02

Re: Du 23 au 31 août, téléchargez deux romans numérique en en fi

Messagepar scifictif » 25 août 2010 à 20:46

Phrene a écrit :Au delà de 10 €, je préfère acheter le livre, en deça de 7 €, je prendrais le numérique, surtout s'il n'existe aucune version poche de l'ouvrage. (je n'ai jamais vu un seul livre des éditions du Belial en poche ... a part peut etre la nef des fous et encore je ne suis pas sure).

Pourtant il y en a eu. 24(*) bouquins du Bélial' ont été repris en poche.
(Folio sf - 11; Pocket - 6; J'ai lu - 4; Le livre de poche - 3).

(*) après sondage dans la nooSFere et sauf erreur de ma part.


De mon petit point de vue égoïste de lecteur désargenté, puisque 95 % de mes lectures sont des poches (et, pour une part non négligeable, des poches d'occase), ces tarifs de 8 à 12 euros (bien que louables) ne sont guère incitatifs.
Par contre, je suis grandement intéressé par les épuisés et ceux voués à rester inédits en poche.

Bref, pas d'achat de liseuse dans l'immédiat mais je suis tout ça avec intérêt.
Par contre, le jour où j'aurai ce petit joujou, mon premier réflexe sera de le rentabiliser fissa (et j'aime bien l'idée de Don Lo de se constituer de la matière au préalable).

En tout cas, l'idée fait son chemin alors qu'avant que vous lanciez votre truc, il était pour moi inconcevable de lire en numérique.
Avatar de l’utilisateur
scifictif
Prince-Marchand
Messages : 945
Enregistré le : 29 avril 2009 à 14:02

Re: Du 23 au 31 août, téléchargez deux romans numérique en en fi

Messagepar scifictif » 25 août 2010 à 21:58

Clément a écrit :
Farfadet a écrit :Au moins l'offre ne laisse pas indifférente, suscite de nombreuses remarques et va peut être botter le cul de certains gros groupes d'éditions.


Honnêtement, j'en doute.

Excusez la naïveté de ma remarque sur ce sujet qui me dépasse, mais ces grands groupes d'édition, dont les collections poche auront à souffrir de la concurence directe des ebooks (pourquoi attendre 2-3 ans une hypothétique réédition en poche si je peux l'avoir tout de suite pour un tarif voisin ?), n'ont-ils pas intérêt à freiner le truc ?


Clément a écrit :Mais en tant que lecteur, j'espère que ça va au moins donner quelques idées aux autres petites/moyennes maison.

Surtout si elles s'alignent sur le modèle du Bélial' (tant que la réalité ne nous a pas rattrapés, on peut toujours rêver).
J'en salive d'avance !
Avatar de l’utilisateur
filip
Axiomatique
Messages : 130
Enregistré le : 24 mai 2009 à 00:22
Contact :

Re: Du 23 au 31 août, téléchargez deux romans numérique en en fi

Messagepar filip » 25 août 2010 à 22:10

scifictif a écrit :Excusez la naïveté de ma remarque sur ce sujet qui me dépasse, mais ces grands groupes d'édition, dont les collections poche auront à souffrir de la concurence directe des ebooks (pourquoi attendre 2-3 ans une hypothétique réédition en poche si je peux l'avoir tout de suite pour un tarif voisin ?), n'ont-ils pas intérêt à freiner le truc ?


Je crois en béotien aussi que tu as touché le fond du problème :)
Mais bon en même temps, même si je suis un fervent adepte du numérique en lecture, je ne sais pas quand celui-ci fera vraiment de l'ombre au papier.
Ansset
Vandale du vide
Messages : 1
Enregistré le : 26 août 2010 à 04:03

Re: Du 23 au 31 août, téléchargez deux romans numérique en en fi

Messagepar Ansset » 26 août 2010 à 04:13

Pour moi, achat des deux livres à 5 Euros chaque. Entre 5 et 10 Euros est pour moi le prix que je serais prêt à mettre pour des nouvelles parutions dépendant du nombre de pages.

Félicitation au Bélial' pour cette initiative qui va permettre de lire aux expatriés (je vis au Québec) des livres de science-fiction à des prix raisonnables.

Faites de la pub à l'étranger cela devrait attirer du monde car il est difficile (voir impossible) de trouver vos publications Outremer.

Vivement le 1er Septembre ... Je salive déjà quant au catalogue disponible. En français, vous êtes les seuls sur le marché ...

PS : Quels sont les critères qui vont vous décider à publier un livre en format numérique ou pas ? Droits pour les auteurs Anglo-Saxons ? Décalage dans le temps entre la date de publication papier et la date de publication numérique ?
sossa
Patrouilleur temporaire
Messages : 13
Enregistré le : 26 août 2010 à 07:44

Re: Du 23 au 31 août, téléchargez deux romans numérique en en fi

Messagepar sossa » 26 août 2010 à 08:10

Je soutiens fortement votre initiative numérique et je la diffuse autour de moi autant que je peux. D'ailleurs elle vous a amené un nouveau client puisque je ne connaissais pas vos éditions et je vais vous acheter des livres désormais :) Malheureusement, j'essaie au maximum de lire les auteurs en VO, et vous ne vendez pas de livres en anglais, mais je vais sûrement découvrir plein d'auteurs francophones intéressants.

Je pense que 7 euros est un prix raisonnable pour le livre que j'ai acheté (La cité des crânes), d'autant plus que je pense que je ne l'aurais pas acheté sans l'opération. Par contre, je me vois tout à fait rajouter au pot si la lecture m'a beaucoup plu. Je crois en effet qu'avec le numérique, il est temps de changer la façon de distribuer les biens culturels, et l'adoption immédiate des DRM par les grandes maisons d'édition ne va pas dans ce sens. C'est d'autant plus incompréhensible qu'au contraire de la musique qui reste le secteur le plus touché par le piratage numérique, le livre vit déjà au moment de son entrée dans le numérique dans un monde peuplé de bibliothèques où mille personnes peuvent lire le même objet, où le prêt est beaucoup plus simple et naturel. Et malgré l'exemple catastrophique de la musique où les majors ont d'abord refusé totalement le dématérialisé, puis ont refusé le dématérialisé ouvert, ce qui leur vaut aujourd'hui une baisse considérable de leurs revenus, les éditeurs sont partis pour faire pareil. Enfin, sauf vous !

Votre initiative me fait me poser des tas de questions :

- continuerez-vous les offres du type "à votre bon coeur messieurs dames" ? Par exemple, pour lancer un nouvel auteur, ou en offre promotionnelle temporaire... voire en permanence, qui sait ?

- ces offres sont-elles compatibles avec un éventuel prix unique du livre ? J'ai peur que non. Etant un libéral convaincu, le prix unique ne me plait pas de toutes façons, encore une nouvelle raison... A moins que vous ne fixiez votre prix unique à 0€ ?

- l'art de fixer les prix est extrêmement complexe, je le vois dans ma branche (développement d'applications informatiques). D'après plusieurs expériences, il arrive très souvent que le vendeur gagne plus en laissant le consommateur fixer le prix qu'en le fixant lui-même (enfin, pas dans ma branche, vu le prix d'une prestation, mais pour de petits montants). Par exemple, nous avons un client qui vend des articles de luxe sur internet, il gagne plus à les mettre aux enchères qu'à les vendre à prix fixe. Tiens, vous pourriez mettre 1000 exemplaires d'un livre électronique aux enchères libres, avec un prix d'achat immédiat, et le reste à prix fixe, à titre de lancement.

- comme vous semblez communiquer de façon ouverte, puis-je vous demander si le coût de transformation d'un livre en format électronique existe réellement ? Parce que j'ai un peu de mal à imaginer qu'aujourd'hui un livre parte à l'imprimerie autrement que dans un format numérique, et que ce format numérique doit bien être traduisible automatiquement en PDF / ePub, non ?

En tout cas, continuez, vous êtes sur la bonne voie.
Avatar de l’utilisateur
Thomas Day
Modérateur
Messages : 6935
Enregistré le : 22 avril 2009 à 14:40

Re: Du 23 au 31 août, téléchargez deux romans numérique en en fi

Messagepar Thomas Day » 26 août 2010 à 08:32

scifictif a écrit :Excusez la naïveté de ma remarque sur ce sujet qui me dépasse, mais ces grands groupes d'édition, dont les collections poche auront à souffrir de la concurence directe des ebooks (pourquoi attendre 2-3 ans une hypothétique réédition en poche si je peux l'avoir tout de suite pour un tarif voisin ?), n'ont-ils pas intérêt à freiner le truc ?


En France, "ils" freinent le truc, parce qu'"ils" savent pertinemment que ça va faire des dégâts terribles (un peu comme le MP3 sur la musique), des dégâts en librairie évidemment et des dégâts en terme de CA global (le gâteau va se rétrécir à cause de l'effet combiné piratage/prix des fichiers/baisse des ventes poche/baisse des ventes des œuvres dans le domaine public).

Cela dit, je maintiens que c'est une erreur de "trop" freiner le truc, que ce frein va ouvrir un champ énorme aux pirates, va frustrer beaucoup de lecteurs potentiels et que de mauvaises habitudes vont s'installer pour longtemps.

A la décharge de "ils", le numérique arrive au moment où l'édition française traverse sa pire crise depuis que j'y travaille. Le CA se maintient mais le nombre de références a explosé, notamment en imaginaire, où si on cumule jeunesse/adulte (laissons de côté la BD) le nombre de titres publiés a augmenté de 23 à plus 40% en un an (de 2008 à 2009 - le pourcentage dépend de la méthode de calcul, avec ou sans la Small Press, avec ou sans Werber/King, et je cite ces chiffres de mémoire ; cependant même si ce n'est pas ça je ne suis pas loin tout de même). Le gâteau maintient son diamètre, les parts diminuent et pire que tout pour certains éditeurs, les mises en place s'effondrent, notamment en poche.

La France est un des rares pays au monde où on fait du poche à petit tirage (4000 ex parfois), ce qui n'est évidemment pas le modèle économique "logique" du poche. Avec l'arrivée du numérique, il faut sans doute s'attendre à la fin des poches à petits tirages, du moins à une importante réduction de leur nombre. Manque de bol, c'est probablement en imaginaire qu'il y en a le plus.

Des prix de fichiers trop bas dès parution, 6 ou 7 euros par exemple pour une nouveauté, pourraient avoir des effets catastrophiques sur les éditeurs (qui doivent faire leur marge) et au final sur la création. Simple exemple, les budgets marketing étant calculés sur le CA projeté d'une parution, si les CA moyens baissent, seul les très très grosses machines / lancements bénéficieront de campagnes marketing et ça ne fera qu'accentuer le phénomène terrible de concentration des meilleures ventes que l'on observe déjà aujourd'hui.

GD (qui ne parle ici qu'en son nom)
sossa
Patrouilleur temporaire
Messages : 13
Enregistré le : 26 août 2010 à 07:44

Re: Du 23 au 31 août, téléchargez deux romans numérique en en fi

Messagepar sossa » 26 août 2010 à 09:34

GD, c'est certain qu'à freiner ils vont ouvrir le champ au piratage. C'est ce qui s'est passé sur tous les autres marchés numériques. Un petit exemple : je lis beaucoup en anglais, et en ayant marre de voir s'entasser chez moi des tonnes de poches en anglais que je ne relirai jamais et que personne ne lit autour de moi, je me suis dit, je vais les acheter en électronique. Sauf que des bouquins que je peux acheter en papier sans problème, et qui sont disponibles aux USA en électronique, ne me sont pas vendus ! Je peux acheter le livre papier, mais pas l'électronique. C'est avec ce genre de méthodes que le piratage va proliférer, comment puis-je acheter si on refuse de me vendre ???

Par ailleurs, pour répondre à vos derniers paragraphes, je crois au marketing viral : à la place d'une campagne marketing de la mort pour lancer un nouvel auteur, vous mettez en vente un livre à un prix relativement bas (6/7 € voire moins) pour attirer le chaland, qui se dit, à ce prix-là, je peux essayer, et si l'auteur est vraiment bon, la mayonnaise va prendre toute seule, surtout si l'éditeur utilise intelligemment les réseaux sociaux. La culture va se diffuser autrement avec le numérique, que les éditeurs le veuillent ou non : le mauvais exemple de la musique prouve qu'il faut embrasser les nouveautés plutôt que les combattre.
Avatar de l’utilisateur
Clément
Administrateur
Messages : 2180
Enregistré le : 21 mars 2009 à 14:54
Contact :

Re: Du 23 au 31 août, téléchargez deux romans numérique en en fi

Messagepar Clément » 26 août 2010 à 09:56

Ansset a écrit :PS : Quels sont les critères qui vont vous décider à publier un livre en format numérique ou pas ?


Pour l'instant, nous ne publions que des auteurs français en numérique parce les agents et auteurs anglo-saxons demande des à-valoir mirobolants ou refuse simplement la publication de leur livres en numérique. Il semble que la situation commence à se débloquer, mais ce n'est pas pour tout de suite.

Droits pour les auteurs Anglo-Saxons ? Décalage dans le temps entre la date de publication papier et la date de publication numérique ?


Pas de décalage. A partir de Rosée de feu le 15 septembre, les livres paraîtront (quand les auteurs l'accepte) à la fois en papier et en numérique.

sossa a écrit :Continuerez-vous les offres du type "à votre bon coeur messieurs dames" ? Par exemple, pour lancer un nouvel auteur, ou en offre promotionnelle temporaire... voire en permanence, qui sait ?


Oui. Par exemple, dès le 1er septembre, on va proposer une nouvelle gratuite de Xavier Mauméjean au téléchargement, avec un prix libre et sans minimum, pour accompagner la sortie de Rosée de feu.

sossa a écrit :Ces offres sont-elles compatibles avec un éventuel prix unique du livre ? J'ai peur que non. Etant un libéral convaincu, le prix unique ne me plait pas de toutes façons, encore une nouvelle raison... A moins que vous ne fixiez votre prix unique à 0€ ?


Non, mais à l'heure actuelle, la loi Lang sur le prix unique ne s'applique pas au numérique.

sossa a écrit :- comme vous semblez communiquer de façon ouverte, puis-je vous demander si le coût de transformation d'un livre en format électronique existe réellement ? Parce que j'ai un peu de mal à imaginer qu'aujourd'hui un livre parte à l'imprimerie autrement que dans un format numérique, et que ce format numérique doit bien être traduisible automatiquement en PDF / ePub, non ?


Un livre part effectivement à l'imprimerie en PDF, mais ce n'est pas le même PDF que celui utilisé pour le numérique, la mise en page étant différente. Pour l'ePub, je n'ai pas trouvé de logiciel convaincant pour faire la conversion, donc je fais tout à la main, à partir d'un modèle, ce qui prend pas mal de temps, et donc d'argent.
Avatar de l’utilisateur
Thomas Day
Modérateur
Messages : 6935
Enregistré le : 22 avril 2009 à 14:40

Re: Du 23 au 31 août, téléchargez deux romans numérique en en fi

Messagepar Thomas Day » 26 août 2010 à 10:06

sossa a écrit :Par ailleurs, pour répondre à vos derniers paragraphes, je crois au marketing viral : à la place d'une campagne marketing de la mort pour lancer un nouvel auteur, vous mettez en vente un livre à un prix relativement bas (6/7 € voire moins) pour attirer le chaland, qui se dit, à ce prix-là, je peux essayer, et si l'auteur est vraiment bon, la mayonnaise va prendre toute seule, surtout si l'éditeur utilise intelligemment les réseaux sociaux. La culture va se diffuser autrement avec le numérique, que les éditeurs le veuillent ou non : le mauvais exemple de la musique prouve qu'il faut embrasser les nouveautés plutôt que les combattre.


A 6 ou 7 euros sur un grand format l'éditeur ne récupère rien, à moins d'en tirer 100 000 ex (et encore je ne suis pas sûr, il faudrait calculer) ; en tout cas, on excède et de loin les limites de la diffusion sur l'imaginaire, où 12 000 ex mis en place tous réseaux (hypermarchés compris) semble être un maximum - sauf anomalie (Chattam, Werber, King, Meyer, Goodkind).
En France, le public n'existe pas pour une telle opé. D'autant plus que le lectorat français est frileux et préfère bien souvent une valeur sûre à une nouveauté. Il n'y a pas un pays au monde, à ma connaissance, où le fonds SF est si bien mis en valeur.

GD

Retourner vers « L'actu du Bélial' »