Terra Ignota, Ada Palmer (2019)

Avatar de l’utilisateur
M
Grand Ancien
Messages : 2387
Enregistré le : 20 juin 2009 à 20:41

Re: Terra Ignota, Ada Palmer (2019)

Messagepar M » 01 juillet 2019 à 23:06

Olivier Girard a écrit :
M a écrit :On peut vous indiquer des libraires où envoyer les plaquettes ?
Ah mais oui, bien entendu !


Erwann, si c est mieux en message privé, n'hésite pas à supprimer ce message.

Sur Niort, la Librairie des Halles et la Librairie de La Mude.

A Melle, la Librairie le Matoulu.

J irai y faire votre pub une fois de plus.
"Sauvez un arbre, mangez un castor"
Avatar de l’utilisateur
Aldaran
Prince-Marchand
Messages : 910
Enregistré le : 13 août 2009 à 15:05

Re: Terra Ignota, Ada Palmer (2019)

Messagepar Aldaran » 02 juillet 2019 à 10:54

M a écrit :A Melle, la Librairie le Matoulu.

J'espère qu'il y a plein de couvertures présentant des chats en vitrine !
(Pas un certain Werber, hein, faut pas déconner...)
Avatar de l’utilisateur
M
Grand Ancien
Messages : 2387
Enregistré le : 20 juin 2009 à 20:41

Re: Terra Ignota, Ada Palmer (2019)

Messagepar M » 02 juillet 2019 à 12:47

Non, heureusement.
"Sauvez un arbre, mangez un castor"
Avatar de l’utilisateur
Olivier Girard
Modérateur
Messages : 3313
Enregistré le : 15 avril 2009 à 15:38

Re: Terra Ignota, Ada Palmer (2019)

Messagepar Olivier Girard » 08 août 2019 à 18:02

Finalisation en vue des épreuves du T.1 de "Terra Ingota", Trop semblable à l'éclair, à paraître le 24 octobre prochain.
656 pages quand même…
Avatar de l’utilisateur
Pyjam
Cookie Monster
Messages : 680
Enregistré le : 12 janvier 2016 à 13:57
Localisation : Babylon 5

Re: Terra Ignota, Ada Palmer (2019)

Messagepar Pyjam » 08 août 2019 à 19:19

Pour les impatients tels que moi, j'ai déjà créé la fiche du livre sur Goodreads :
https://www.goodreads.com/book/show/47570414

Manque plus qu'une belle image de couverture. ;0)
Euh... J’aime pas les chefs-d’œuvres. Souvent, on s’emmerde.
ZRK
Patrouilleur temporel
Messages : 65
Enregistré le : 23 décembre 2017 à 13:55

Re: Terra Ignota, Ada Palmer (2019)

Messagepar ZRK » 18 août 2019 à 09:55

Vous reprenez les couvs originales ? J'ai une question très bête là-dessus : pourquoi certains romans gardent la couv d'origine et pas d'autres ? Question de droits ou de goût ?
Modifié en dernier par ZRK le 18 août 2019 à 10:42, modifié 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Erwann
Modérateur
Messages : 11290
Enregistré le : 25 mai 2010 à 17:37
Localisation : Sol-3

Re: Terra Ignota, Ada Palmer (2019)

Messagepar Erwann » 18 août 2019 à 10:32

De goût ici. On a eu un coup de cœur pour les illustrations originales de Victor Mosquera.
Avatar de l’utilisateur
Le chien critique
Radieux
Messages : 215
Enregistré le : 23 juin 2016 à 11:41
Contact :

Re: Terra Ignota, Ada Palmer (2019)

Messagepar Le chien critique » 04 septembre 2019 à 13:37

Erwann a écrit :Ce n'est pas tous les mois que l'on fait ça : une p'tite plaquette bien comme il faut, à destination des représentants de commerce, dont le but est de propager la bonne parole auprès des libraires. Adoncques, voici la plaquette pour Trop semblable à l'éclair, avec les superbes couvertures de Victor Mosquera et une brève interview d'Ada Palmer par Michelle Charrier.

Image Image

Le Pdf de la plaquette est ici.


« Audacieux, furieusement inventif, c’est le meilleur
roman de SF que j’ai lu depuis longtemps. »
Robert Charles Wilson


Le Bélial se lance dans les coups bas !
Fan devant l'éternel du canadien, comment puis-je résister à Trop semblable à l'éclair désormais ?
Avatar de l’utilisateur
Erwann
Modérateur
Messages : 11290
Enregistré le : 25 mai 2010 à 17:37
Localisation : Sol-3

Re: Terra Ignota, Ada Palmer (2019)

Messagepar Erwann » 04 septembre 2019 à 14:08

Le chien critique a écrit :Le Bélial se lance dans les coups bas !
Fan devant l'éternel du canadien, comment puis-je résister à Trop semblable à l'éclair désormais ?

Resistance is futile ;-)
Aval-Douar
Patrouilleur temporaire
Messages : 16
Enregistré le : 01 septembre 2018 à 10:26

Re: Terra Ignota, Ada Palmer (2019)

Messagepar Aval-Douar » 08 septembre 2019 à 21:15

Alléché par les éloges lus ici et là, j’ai lu un gros quart de la VO. Et j’arrête, parce qu’il y a des limites.

Ada Palmer a certainement de grandes connaissances, et c’est très bien. Dans ce livre, elle semble partir du postulat que si elle les met toutes ensemble et qu’elle mélange, elle obtient une bonne histoire. C’est faux.

Rien ne marche, rien ne tient debout. Les personnages ne sont absolument pas crédibles. Franchement, vous voyez Bridger comme le (pré)ado de 13 ans plutôt dégourdi qu’il est censé être ? Je lui donnerais à peine huit ans, et il serait temps de lui expliquer deux ou trois choses sur la vie. Ce qui est d’ailleurs fait, mais vraiment, je ne crois pas une seconde que le traitement du sensayer puisse l’aider. Du reste, tout en disant bien fort que ce n’est pas son rôle, il le dirige bien plus qu’il ne le conduit à choisir.

Les autres ne sont pas mieux, il n’y a que des caricatures. Tous issus de mélanges d’un peu partout dans le monde, mais uniquement les grands pays très connus, pas les autres. Pareil pour les langues, d’ailleurs. Elle ne conserve que les éléments de culture les plus superficiels, ceux que tout le monde croit connaître, les références culturelles ne dépassent pas le niveau du name dropping. J’ai l’impression de voir un de ces films américains où on recrute des acteurs avec des types physiques d’un peu partout pour vendre des billets à tout le monde, et certainement pas pour étudier les différentes cultures.

L’Histoire est à l’avenant. Il y a une grande guerre, comment résoudre ce problème ? Facile : on prend quelques-uns des leaders mondiaux, et on leur fait déclarer qu’à partir d’aujourd’hui, on devient gentils. Et tout le monde applaudit à l’unisson, on se croirait dans Hunger Games. On construit des groupes en mariant la carpe au lapin (tous les Asiatiques ensemble sous domination japonaise de fait et avec une capitale en Indonésie, mais pitié quoi !). Et tout le monde obéit, et tout va bien. Ursula K. Le Guin est pourtant passée avant (les Dépossédés), avec un résultat autrement plus convaincant.

Quant à l’histoire, je dois dire l’idée de ne jamais savoir whodunnit m’indiffère totalement. Passé le quart du bouquin, c’est dommage.

Sur le style, il y a de la recherche, des essais, et pourquoi pas (la langue non genrée, par exemple). Mais que c’est lourd ! Et regardez comme ici je genre et là je ne genre pas, et comme j’appelle « il » une femme et « elle » un homme, et que j’en fais des tartines à n’en plus finir ! C’est beaucoup trop verbeux, beaucoup trop autocentré. Encore une fois, Ursula K. Le Guin est passée par là (la main gauche de la nuit, avec ses différentes versions qui n’utilisaient pas les mêmes pronoms et les mêmes mots genrés), avec un tout autre niveau.

L’aspect technologique ne rattrape rien. Entre des voitures volantes dirigées par des humains (tellement plus fiables que les ordinateurs qui gèrent de nos jours les couloirs aériens des avions et qui ne sont déjà pas loin de les piloter), les traceurs qui ont besoin d’un support physique porté à l’oreille (autant les appeler téléphones), une époque qui a inventé le voyage ultra-rapide mais pas la traduction automatique, de sorte qu’il suffit de parler une des langues les plus répandues au monde pour ne pas être compris des gens qui peuvent entendre… Bref.

Je regarderai à l’occasion ce que tel ou tel critique a pu lui trouver, mais pour moi, c’est non.

Retourner vers « Les livres du Bélial' »