Terra Ignota (cycle), Ada Palmer (2019)

Avatar de l’utilisateur
FeydRautha
L'équipe du Bélial'
Messages : 1088
Enregistré le : 09 mars 2018 à 15:04

Re: Terra Ignota, Ada Palmer (2019)

Messagepar FeydRautha » 18 octobre 2019 à 12:08

Oui, oui, je suis d'accord.
Avatar de l’utilisateur
Erwann
Modérateur
Messages : 11731
Enregistré le : 25 mai 2010 à 17:37
Localisation : Sol-3

Re: Terra Ignota, Ada Palmer (2019)

Messagepar Erwann » 19 octobre 2019 à 09:17

Trop semblable à l'éclair sort dans une poignée de jours, mais pour les impatients qui attendent la sortie en VO du tome 4, Perhaps the stars, il faudra attendre encore un peu :
Avatar de l’utilisateur
Apophis
L'équipe du Bélial'
Messages : 821
Enregistré le : 07 janvier 2016 à 15:54
Contact :

Re: Terra Ignota, Ada Palmer (2019)

Messagepar Apophis » 19 octobre 2019 à 13:03

J'en ai lu 85 pages pour le moment, et je me suis fait la réflexion qu'Anatèm n'était pas si difficile que ça, finalement. Je n'imagine même pas à quel point ça doit être ardu en VO. La traductrice mérite un autel à sa gloire à l'entrée du Belial'.
Avatar de l’utilisateur
Erwann
Modérateur
Messages : 11731
Enregistré le : 25 mai 2010 à 17:37
Localisation : Sol-3

Re: Terra Ignota, Ada Palmer (2019)

Messagepar Erwann » 19 octobre 2019 à 13:38

Lorsque l'an 2454 viendra, on chantera encore les louanges de Michelle Charrier.
Le tome 1 de Terra Ignota est touffu parce qu'il met en place plein d'éléments, que les tomes suivants complètent et mettent en perspective. En terme de worldbuilding, j'ai trouvé ça brillant. Et avec Trop semblable à l'éclair, j'ai trouvé la lecture de Sept Redditions bien plus aisée ; idem pour The Will to Battle (mais je serai quand même heureux de le relire en français ;-)
Avatar de l’utilisateur
FeydRautha
L'équipe du Bélial'
Messages : 1088
Enregistré le : 09 mars 2018 à 15:04

Re: Terra Ignota, Ada Palmer (2019)

Messagepar FeydRautha » 19 octobre 2019 à 14:30

Apophis a écrit :Je n'imagine même pas à quel point ça doit être ardu en VO.


Brutal !

La traductrice mérite un autel à sa gloire à l'entrée du Belial'.


Je suis dedans aussi, et la trad de Michelle Charrier est un pur bonheur à lire.
Avatar de l’utilisateur
M
Grand Ancien
Messages : 2451
Enregistré le : 20 juin 2009 à 20:41

Re: Terra Ignota, Ada Palmer (2019)

Messagepar M » 19 octobre 2019 à 16:49

J ai prévu de le prendre en numérique. Mais la perspective d'une dédicace aux Utos de l'auteure et de sa traductrice pourrait me faire changer d'avis.
"Sauvez un arbre, mangez un castor"
Avatar de l’utilisateur
FeydRautha
L'équipe du Bélial'
Messages : 1088
Enregistré le : 09 mars 2018 à 15:04

Re: Terra Ignota, Ada Palmer (2019)

Messagepar FeydRautha » 19 octobre 2019 à 18:07

Dominic Seneschal, quoi ! Dominic Seneschal. Tiens, si je ne m'appelais pas déjà FeydRautha, j'aurais pris le nom de Dominic Seneschal. C'est un elfe noir. Quelqu'un plus haut disait qu'il avait trouvé les personnages caricaturaux. Je ne comprends pas. On a là au contraire toute une panoplie de caractères proprement hallucinante. (Je revis pleinement mes premiers émois dans cette relecture en VF.)
Avatar de l’utilisateur
Apophis
L'équipe du Bélial'
Messages : 821
Enregistré le : 07 janvier 2016 à 15:54
Contact :

Re: Terra Ignota, Ada Palmer (2019)

Messagepar Apophis » 19 octobre 2019 à 19:39

On a déjà Razheem qui se fait appeler Ojiro sur Facebook, ça va finir en épidémie d'AdaPalmerite ce truc-là.
Avatar de l’utilisateur
Lutin
Little Green Man
Messages : 391
Enregistré le : 24 juillet 2009 à 15:15
Contact :

Re: Terra Ignota, Ada Palmer (2019)

Messagepar Lutin » 19 octobre 2019 à 19:40

M a écrit :J ai prévu de le prendre en numérique. Mais la perspective d'une dédicace aux Utos de l'auteure et de sa traductrice pourrait me faire changer d'avis.


C'est un de mes achats prioritaires aux Utopiales, pour justement avoir la dédicace de Palmer, et si j'en crois ce que disent les blogopotes, je ferais bien un petit tour pour avoir celle de la traductrice.
Et puis un petit mot de l'équipe du bélial ce serait un petit plus vachement apprécié.
Bref, si je peux.

Le seul hic, c'est que je ne pourrai pas le commencer avant de l'avoir...
Aval-Douar
Patrouilleur temporaire
Messages : 16
Enregistré le : 01 septembre 2018 à 10:26

Re: Terra Ignota, Ada Palmer (2019)

Messagepar Aval-Douar » 21 octobre 2019 à 23:16

FeydRautha a écrit :Dominic Seneschal, quoi ! Dominic Seneschal. Tiens, si je ne m'appelais pas déjà FeydRautha, j'aurais pris le nom de Dominic Seneschal. C'est un elfe noir. Quelqu'un plus haut disait qu'il avait trouvé les personnages caricaturaux. Je ne comprends pas. On a là au contraire toute une panoplie de caractères proprement hallucinante. (Je revis pleinement mes premiers émois dans cette relecture en VF.)


C’est un de ceux auxquels je pensais en disant ça, en effet. Mais bon. On a le droit de le trouver hautement original, bien entendu.

Il me rappelle surtout un des moments où j’ai failli arrêter — seulement failli, pour cette fois. Le passage du jeu de mots.

Des auteurs qui font des jeux de mots, il y en a beaucoup, et c’est très bien. Ada Palmer a choisi le jeu de mots canis Domini / domini cani, soit, pourquoi pas. Le problème, c’est la manière.

Avec certains auteurs, on a droit au jeu de mots plus ou moins discret. Premier exemple qui me passe par la tête, un peu (beaucoup) bateau mais ça fera l’affaire, Pynchon dans Gravity’s Rainbow : un passage se conclut par For De Mille, young fur-henchmen cannot be rowing. Le lecteur qui comprend rigole ou lève les bras au ciel d’exaspération (dans le cas présent les deux réactions me semblent valables), celui qui n’a rien vu rate quelque chose (je ne sais pas comment il fait, il lit en dormant peut-être ?…). Toujours est-il que le lecteur est traité comme un être autonome, capable d’intelligence. Pour rester chez Pynchon, dans Inherent Vice, deux personnages déchirés regardent comme des décérébrés un sac d’héroïne qui a été transporté dans le carton d’un poste de télévision (de l’héroïne… un poste de télé… anglais, registre argotique… ça y est ?). Évidemment quand on dit qu’il y a quelque chose à voir c’est facile, mais sinon, il faut être attentif.

Ada Palmer, c’est un autre style. Hé, les lecteurices ! Regardez bien ce que je vous présente là, c’est un jeu de mots ! Et comme vous êtes tellement ignares que vous ne connaissez pas deux des plus célèbres mots latins, je vous l’explique et je vous le traduis. Attention, on allume bientôt les signaux Rires et Applaudissements ! Il y aurait eu mille manières de le faire passer sans le dire de façon aussi évidente… mais non, le lecteur est un débile à qui il faut tout expliquer.

Alors oui, je sais, Mycroft enfumeur, tout ça. Et alors ? Que ce soit Mycroft ou Palmer, il reste un narrateur qui me prend pour un imbécile, et je n’ai aucune envie de me farcir ça pendant des centaines de pages.

Retourner vers « Les livres du Bélial' »