Les Meurtres de Molly Southbourne, Tade Thompson (avril 2019)

Avatar de l’utilisateur
FranB
Patrouilleur temporaire
Messages : 37
Enregistré le : 03 janvier 2021 à 00:51
Contact :

Re: Les Meurtres de Molly Southbourne, Tade Thompson (avril 2019)

Messagepar FranB » 15 septembre 2021 à 12:24

JDB a écrit :Selon l'amazone ainsi que d'autres sites, le troisième--et dernier--épisode sortira le 17 mai 2022 et s'intitulera The Legacy of Molly Southbourne.
JDB

Aaaaah ! C'est parfait ! Par-fait. Je me bloque toute ma soirée - oui je prévois des mois en avance xD
Trop contente :D
...σαρκοφάγο φυτό...
Avatar de l’utilisateur
JDB
L'équipe du Bélial'
Messages : 3060
Enregistré le : 20 avril 2009 à 15:08
Contact :

Re: Les Meurtres de Molly Southbourne, Tade Thompson (avril 2019)

Messagepar JDB » 15 septembre 2021 à 12:25

Weirdaholic a écrit :Bon, la lecture du deuxième volet a été l'occasion pour moi de chroniquer la saga...

(Sauf erreur de ma part, je suis le premier à expliciter l'origine mythologique du prénom de l'héroïne, même si Apophis avait déjà indiqué dans quelle direction chercher... ^_^)

Bon, en principe, je m'abstiens de réagir aux critiques de détail sur mes traductions--ou du moins je patiente quelques heures, voire me paie une nuit de sommeil, pour que ça ne fasse pas trop de taches.
Mais là, une remarque m'interpelle:

Tout de même, une phrase comme "I'm bleeding from both palms because of my escape through a broken window", ça reste un poil plus sonore (donc plus rugueux) que "je saigne des deux mains parce que je me suis échappée en brisant une vitre" (page 13 de La Survie) : cette omniprésence des consonnes labio-dentales (P, B, M) souligne d'autant la description faite par Tade Thompson, qui manifeste peu ou prou la même ambition que Chuck Palahniuk, celle de créer une "littérature physicaliste", pour reprendre l'expression de Pierre-Louis Patoine (voir la chronique de Feyd Rautha, qui parle très bien de cet aspect).


Elle m'interpelle parce que--de mémoire: j'ai traduit La Survie fin 2019, quand même--, cette phrase ne m'a jamais entièrement satisfait.
Il faut se souvenir qu'elle figure au tout début du texte, qui est censé rafraîchir la mémoire du lecteur à propos des événements rapportés dans les Meurtres. Donc, un certain nombre d'informations à faire passer, avec le minimum de mots possible pour respecter le style de l'auteur, mais sans omettre rien d'important.
C'est l'essentiel du travail du traducteur. On fait des compromis.
Tu m'as l'air bien armé pour étudier ça de près.
Comment le traducteur peut-il concilier l'accessibilité du texte pour le lecteur qui n'a pas nécessairement la culture permettant de l'appréhender, le respect du texte original et des intentions--parfois supposées--de l'auteur (dans certains cas, on ne peut pas lui demander des détails, parce qu'il est mort, cf. ma postface au Livre écorné de ma vie de Lucius Shepard), la musique que le traducteur perçoit (à tort ou à raison--si c'est à tort, eh bien, il se trouvera toujours quelqu'un pour retraduire).
Je te propose de réfléchir--et de critiquer, au sens noble du terme, c'est-à-dire pas démolir mais réfléchir à--ce qui fut un des défis les plus intimidants de toute ma carrière: la traduction d'un pastiche de François Villon par Poul Anderson--écrit en anglais, donc--, que j'ai dû traduire en m'efforçant de respecter avant tout le sens et les images, et en second lieu (là, c'était ma décision), les règles poétiques de Villon, que Poul Anderson a suivies--avec brio--, mais que la prééminence que j'ai accordée au sens (tout en faisant de mon mieux pour respecter la musique) m'interdisait de suivre.
Le poème en question se trouve dans la nouvelle "La Ballade des perdants", recueillie dans Trois cœurs, trois lions.
Nous faisons de notre mieux, camarade.
JDB
"Inusable (ou presque)", qu'il disait.
Avatar de l’utilisateur
Weirdaholic
Axiomatique
Messages : 148
Enregistré le : 12 février 2021 à 15:38
Contact :

Re: Les Meurtres de Molly Southbourne, Tade Thompson (avril 2019)

Messagepar Weirdaholic » 22 septembre 2021 à 17:38

JDB a écrit :Bon, en principe, je m'abstiens de réagir aux critiques de détail sur mes traductions--ou du moins je patiente quelques heures, voire me paie une nuit de sommeil, pour que ça ne fasse pas trop de taches.


Ah, dans mon esprit, ce n'était pas du tout une critique*, désolé - j'ai apprécié la traduction de Tade Thompson au moins autant que celle de Cabale de Clive Barker (qui m'a beaucoup marqué quand je l'ai lu).

Je donnais juste un exemple pour montrer que malgré tous les efforts d'un bon traducteur, il se perd toujours un peu de l'oeuvre originale, et qu'il faut en être conscient quand on lit en traduction (j'avoue, j'étais moins sensible à ça à une époque ; j'insiste sans doute trop là-dessus aujourd'hui).

Pour faire la mesure, j'aurais sans doute dû donner aussi un exemple positif...


* en plus, critiquer serait quelque peu malhonnête dans la mesure où je n'ai pas vraiment comparé point par point l'entier de la VO avec l'entier de la VF, je me suis contenté d'examiner des passages, pour voir un peu les choix faits par le traducteur (ou la traductrice, je pense à ma récente lecture de Fournaise) et comprendre grosso modo ce qui vient de l'auteur ou ce qui relève de la transposition (l'idée n'étant pas d'accabler le traducteur, mais de ne pas dire trop de bêtise sur le style de l'auteur).

Retourner vers « Les livres du Bélial' »