Bifrost n° 54 : Spécial Richard Canal (fin avril 2009)

Avatar de l’utilisateur
Clement
Administrateur
Messages : 2180
Enregistré le : 21 mars 2009 à 14:54
Contact :

Bifrost n° 54 : Spécial Richard Canal (fin avril 2009)

Messagepar Clement » 06 avril 2009 à 22:25

Image

Spécial Richard Canal

Couverture : Alain Brion

NOUVELLES INEDITES

* Une niche par Peter WATTS (prix Aurora)
* Anastasia par Richard CANAL

RUBRIQUES ET MAGAZINE

* Objectif Runes : les bouquins, critiques & dossiers
* La Chronolyse : voyage en pays jeuryen, par Sylvie Denis
* A la chandelle de maître Doc’Stolze : Des bédés comme s’il en pleuvait, par Pierre Stolze
* Le coin des revues, par Thomas Day
* Richard Canal : Par-delà l’horizon
o Les années de poussière : un entretien avec Richard Canal
o Bibliographie de Richard Canal par Richard Comballot
* Les Anticipateurs : Où Mars attaque, par Fred Jaccaud
* Scientifiction : Voyage au cœur de la matière, par Roland Lehoucq
* Paroles de Nornes, par Org

La fiche du Bifrost sur le site du Bélial

L'édito :

« Petit bilan de 2008 : l’art c’est bien beau, et l’argent dans tout ça ? J’ai gagné l’année passée 16 929 Euros net. Vu que mon “score” le plus haut se situe à 24 000 et le plus bas à 16 000, c’est donc une année médiocre. La bonne nouvelle, par contre, c’est la répartition des différents revenus : 2 172 euros viennent des rencontres avec les lecteurs, 6 619 des contrats en cours (avances) et 8 138 des droits d’auteur. Cette dernière part grossit d’année en année. Cela signifie que j’ai un “fonds” qui tourne : La Brèche, L’Or et la boue continuent de se vendre. Et chaque été, je dégaine mon arme secrète : des fascicules “L’Enigme des vacances” qui partent comme des petits pains ! De plus, il y a un bon va-et-vient entre les publics “adulte” et “jeunesse” (Le Commando des immortels a apparemment relancé Le Dernier des elfes). Les scores des deux romans parus en 2008 ? Le Dos au mur s’est planté (je ne suis pas sûr d’avoir franchi la barre des 2 000 exemplaires) ; Le Commando des immortels n’a pas trop mal démarré : mise en place 3 500 en septembre, 400 nouvelles sorties le mois suivant. Bon, maintenant, faut voir les retours… Le contexte est difficile ; c’est la crise ma bonne dame. De toute façon, il faut continuer. Quoi faire d’autre ? Comme l’écrit King : c’est “marche ou crève”… »

Le lecteur averti n’aura pas manqué de reconnaître, aux titres des romans évoqués, l’écrivain français Christophe Lambert, qui, espérons-le, ne nous en voudra pas trop de reprendre in extenso le paragraphe qu’il posta sur son blog (http://lambear.canalblog.com/archiv...) le 12 janvier dernier. En écho à notre éditorial du Bifrost 52, au cours duquel nous évoquions l’avantage énorme des auteurs d’expression anglaise face à ceux d’expression française, ces quelques lignes sont riches d’enseignements — au-delà de la simple, rarissime et salutaire franchise dont fait ici preuve l’auteur — et démontrent pourquoi il y a si peu d’écrivains d’Imaginaire français à proprement parler professionnels, c’est-à-dire ne vivant que et exclusivement de leur écriture — ou en tout cas d’événements provoqués par leur activité d’écrivain. Ainsi donc, en résumé, Christophe Lambert, auteur de science-fiction et de fantasy de son état, gagne, les bonnes années, 2000 euros nets par mois et, les mauvaises, 1300. Chacun décidera, en fonction de sa situation personnelle, s’il estime que c’est beaucoup ou pas ; en ce qui me concerne, je juge ces chiffres bien faibles, pour le moins, surtout au regard des efforts consentis pour les atteindre. Le véritable enseignement de ces chiffres se révèle dans l’exemplarité du parcours de Christophe Lambert. Notre auteur est né en 1969 ; il a donc 39 ans (bientôt 40 piges, Christophe !). Il a publié à ce jour 29 romans dans nos domaines. Oui, 29 bouquins en 12 années. Soit un rythme de 2,4 livres par an, et ce, encore une fois, pour les seuls genres de la science-fiction, du fantastique ou de la fantasy (on oublie donc les polars, comme par exemple son premier roman, publié en 1996, Sitcom en péril). Christophe est un auteur « jeunesse » et « adulte » ; il a débuté en écrivant pour le premier de ces deux publics. On l’a dit, il publie depuis 12 ans ; il n’a donc rien d’un débutant. C’est là le premier facteur permettant d’atteindre son niveau de rémunération : une production aussi soutenue que régulière depuis de nombreuses années. D’où la part des droits d’auteurs imputables aux ventes d’ouvrages de fonds, qui augmente au fil du temps (c’est exactement le même phénomène pour un éditeur : plus ce dernier dure, plus son catalogue s’étoffe et, en principe, moins il dépend financièrement des ventes de ses nouveautés). La seconde rentrée financière importante à souligner, ce sont les 2 172 euros issus des « rencontres avec les lecteurs ». Voilà bien un phénomène, pour l’essentiel, propre aux auteurs « jeunesse ». En effet, ces derniers se déplacent beaucoup, notamment dans les collèges et lycées au sein desquels ils rencontrent les élèves et font des animations. Ces déplacements sont rémunérés : ce sont les fameux 2 172 euros de Christophe sur l’année 2008. Enfin, dernière source de revenu : les « fascicules “L’Enigme des vacances” qui partent comme des petits pains ». Il s’agit là d’une collection éducative des éditions Nathan, de courts romans classés par tranches d’âges qui ambitionnent de divertir les jeunes lecteurs tout en leur faisant réviser les acquis de leur année scolaire — bref, nous sommes assez loin de nos domaines ; ces ouvrages n’entrent évidemment pas dans le calcul des 29 livres publiés dans la carrière de notre homme évoqués plus haut.

Ça n’a l’air de rien, mais nous venons de parcourir les quelques règles d’or menant au professionnalisme : écrire beaucoup et régulièrement ; diversifier les publics (ici, « jeunesse » et « adulte ») ; diversifier les supports (ce qui sous-entend la capacité de travailler à la commande). Avis aux amateurs ne souhaitant plus l’être, justement : vous savez ce qu’il vous reste à faire, comme vous savez ce que ça vous rapportera… Comme l’écrit Stephen King : c’est « marche ou crève »…

Olivier Girard
Avatar de l’utilisateur
W
Prince-Marchand
Messages : 733
Enregistré le : 19 avril 2009 à 18:53

Re: Bifrost n° 54 : Spécial Richard Canal (fin avril 2009)

Messagepar W » 19 avril 2009 à 19:00

Clément a écrit :* La Chronolys : voyage en pays jeuryen, par Sylvie Denis
Chronolyse
Non mais c'est qui ce Clément ?
Qu'on le vire !
It is a great honor to be here with all of my friends. So amazing + will Never Forget!
Katioucha
Patrouilleur temporaire
Messages : 11
Enregistré le : 19 avril 2009 à 19:30

Re: Bifrost n° 54 : Spécial Richard Canal (fin avril 2009)

Messagepar Katioucha » 19 avril 2009 à 19:39

Il est où, le bouton "messages non lus" ?
Oh, des couleurs !







Oah, ça marche, dis donc.
Katioucha
Patrouilleur temporaire
Messages : 11
Enregistré le : 19 avril 2009 à 19:30

Re: Bifrost n° 54 : Spécial Richard Canal (fin avril 2009)

Messagepar Katioucha » 19 avril 2009 à 19:39

J'avais mis bleu. Ca marche pas ?
Ah si.
Avatar de l’utilisateur
ubikD
L'équipe du Bélial'
Messages : 2546
Enregistré le : 19 avril 2009 à 19:29

Re: Bifrost n° 54 : Spécial Richard Canal (fin avril 2009)

Messagepar ubikD » 19 avril 2009 à 20:58

J'ai plein de questions.
Il vient d'où ce trip viking ?
Je veux dire, norne, runes, bifrost, les allusions fusent, hein ? Olivier Girard est-il un descendant de Normand, genre Sven à la barbe fourchue ou Harald à la dent bleue ?

Je reviens après ; je vais manger une gaufre.
Avatar de l’utilisateur
Pierre-Paul Durastanti
L'équipe du Bélial'
Messages : 1288
Enregistré le : 19 avril 2009 à 21:35

Re: Bifrost n° 54 : Spécial Richard Canal (fin avril 2009)

Messagepar Pierre-Paul Durastanti » 19 avril 2009 à 21:44

Il faut dire qu'il a des racines en Ecosse, et on sait que ces gens-là sont à peine plus que des barbares. Et pingres, en plus. L'idéal pour être éditeur.

Et puis il est tombé dans Moorcock et les JdR quand il était petit. C'est dur de s'en remettre, ma bonne dame.
Katioucha
Patrouilleur temporaire
Messages : 11
Enregistré le : 19 avril 2009 à 19:30

Re: Bifrost n° 54 : Spécial Richard Canal (fin avril 2009)

Messagepar Katioucha » 19 avril 2009 à 22:08

Pierre-Paul a écrit :Il faut dire qu'il a des racines en Ecosse, et on sait que ces gens-là sont à peine plus que des barbares. Et pingres, en plus. L'idéal pour être éditeur.

Pierre Paul, je t'aime.
Avatar de l’utilisateur
Gregory Drake
L'équipe du Bélial'
Messages : 505
Enregistré le : 19 avril 2009 à 23:06

Re: Bifrost n° 54 : Spécial Richard Canal (fin avril 2009)

Messagepar Gregory Drake » 19 avril 2009 à 23:17

Mais... il est où le buffet d'inauguration ?
Algernon

Re: Bifrost n° 54 : Spécial Richard Canal (fin avril 2009)

Messagepar Algernon » 19 avril 2009 à 23:26

Gregory Drake a écrit :Mais... il est où le buffet d'inauguration ?


On a dû l'oublier au Cafard cosmique.
Avatar de l’utilisateur
Gaëtan
Patrouilleur temporel
Messages : 90
Enregistré le : 19 avril 2009 à 23:19
Contact :

Re: Bifrost n° 54 : Spécial Richard Canal (fin avril 2009)

Messagepar Gaëtan » 19 avril 2009 à 23:27

Amra a écrit :
Gregory Drake a écrit :Mais... il est où le buffet d'inauguration ?


On a dû l'oublier au Cafard cosmique.


Et qui est-ce qui était responsable et qui a oublié?

Retourner vers « La revue Bifrost »