Bifrost n°64 : Spécial Jérôme Noirez

Avatar de l’utilisateur
Erwann
Modérateur
Messages : 11249
Enregistré le : 25 mai 2010 à 17:37
Localisation : Sol-3

Re: Bifrost n°64 : Spécial Jérôme Noirez

Messagepar Erwann » 06 décembre 2011 à 11:29

Avatar de l’utilisateur
scifictif
Prince-Marchand
Messages : 943
Enregistré le : 29 avril 2009 à 14:02

Re: Bifrost n°64 : Spécial Jérôme Noirez

Messagepar scifictif » 17 décembre 2011 à 14:16

Farfadet a écrit :J'ai lu l'interview et le guide de lecture. Au départ je n'étais pas tenté par l'achat de l'intégrale "Féerie pour les ténèbres". Mais après ces deux lectures, et bien bizarrement, je suis très attiré maintenant.

Je viens de lire son recueil Le diapason des mots et des misères et crois-moi, son meilleur ambassadeur ce sont ses textes.

Parce que ce recueil est une tuerie.

Va en librairie, prends-le en main, lis le premier paragraphe, la première phrase (à tomber), l'embarquement est immédiat, l'effet garanti.

Tu n'auras qu'à te laisser porter, savourer la langue, le phrasé, la musicalité, les changements de rythme (de la stase d'une exposition pointilliste d'instants juxtaposés à la cavalcade délirante la plus enfiévrée), goûter la valeur du silence (qui, expressément recherché ou fuit obstinément, finit toujours par s'imposer), t'ébahir des techniques narratives, de l'inventivité de l'auteur, contempler la beauté des images projetées, t'ennivrer d'émotions au combien variées et si astucieusement, si délicatement mêlées, ou voir mis à vif et autopsié l'humain que tu es et t'abandonner au vertige de la mise en abyme (lecteur et livre en miroir, comme deux chambres d'écho en vis à vis).

Qu'on me pardonne un tel épanchement et l'emphase ridicule avec lequel il s'exprime mais ce livre m'a proprement retourné (le dedans au dehors et vice versa).

'tain, je la prenais pour une dingo la Dufour mais elle a raison : Noirez, c'est dieu.
Avatar de l’utilisateur
M
Grand Ancien
Messages : 2383
Enregistré le : 20 juin 2009 à 20:41

Re: Bifrost n°64 : Spécial Jérôme Noirez

Messagepar M » 17 décembre 2011 à 19:32

Ton emphase est toute pardonnée. Parce que clairement c'est le genre de remarque qui va faire qu'à mon prochain passage en librairie, je vais me lâcher.

Merci beaucoup.
"Sauvez un arbre, mangez un castor"
Avatar de l’utilisateur
Casse-bonbon
Axiomatique
Messages : 173
Enregistré le : 21 août 2009 à 13:43

Re: Bifrost n°64 : Spécial Jérôme Noirez

Messagepar Casse-bonbon » 30 décembre 2011 à 13:36

Vache. S'éloigner des forums peut être bon pour la santé mentale, et, ce qui me concerne, pour ma santé tout court, mais on rate des trucs vachement importants aussi. Genre un Bifrost spécial Noirez. Bordel a queue coincée dans l'piano, va falloir que je rattrape.
Avatar de l’utilisateur
Erwann
Modérateur
Messages : 11249
Enregistré le : 25 mai 2010 à 17:37
Localisation : Sol-3

Re: Bifrost n°64 : Spécial Jérôme Noirez

Messagepar Erwann » 30 novembre 2012 à 09:09

Avatar de l’utilisateur
Sauropside
Cookie Monster
Messages : 630
Enregistré le : 05 octobre 2010 à 15:17
Localisation : Somewhere in Time...

Re: Bifrost n°64 : Spécial Jérôme Noirez

Messagepar Sauropside » 30 novembre 2012 à 13:32

@ scifictif et Farfadet: je ne connaissais pas J. Noirez, je suis en train de dévorer la nouvelle du Bifrost et je partage votre enthousiasme.

Mais ce numéro (que, bizarrement, j'avais relégué depuis sa parution dans un coin obscur et inexploré de ma PàL...) est une source de fraicheur, parce que j'ai adoré (mais "grave!", comme dirait ma fille aînée) la nouvelle de Xavier Mauméjean, que j'ai presque lue d'une traite. Honnêtement, un vrai plaisir de lecture! Y'a pas une ligne qui ne m'a pas plu!

Di Rollo, Genefort, Mauméjean, Noirez... Décidèment, j'aime Nos auteurs! Merci!
Quand on leur fait un superbe cadeau, certains ne peuvent pas s'empêcher de se demander pourquoi le papier d'emballage n'est pas de leur couleur préférée.- Ken Liu -
Avatar de l’utilisateur
M
Grand Ancien
Messages : 2383
Enregistré le : 20 juin 2009 à 20:41

Re: Bifrost n°64 : Spécial Jérôme Noirez

Messagepar M » 30 novembre 2012 à 14:00

Sauropside a écrit :
Di Rollo, Genefort, Mauméjean, Noirez... Décidèment, j'aime Nos auteurs! Merci!


C'est vrai que nos auteurs français n'ont pas à rougir de la comparaison. Et en plus dans des styles totalement différents.
"Sauvez un arbre, mangez un castor"
Avatar de l’utilisateur
Sauropside
Cookie Monster
Messages : 630
Enregistré le : 05 octobre 2010 à 15:17
Localisation : Somewhere in Time...

Re: Bifrost n°64 : Spécial Jérôme Noirez

Messagepar Sauropside » 30 novembre 2012 à 15:11

Oui, c'est enthousiasmant!

Après, on peut aussi dire que c'est tout le talent de l'équipe du Bélial' de les mettre en avant et de les faire découvrir à des Béotiens tels que moi, mais ça risque de froisser leur modestie naturelle... :)
Quand on leur fait un superbe cadeau, certains ne peuvent pas s'empêcher de se demander pourquoi le papier d'emballage n'est pas de leur couleur préférée.- Ken Liu -
Avatar de l’utilisateur
saimonax
Axiomatique
Messages : 180
Enregistré le : 28 septembre 2012 à 12:45
Contact :

Re: Bifrost n°64 : Spécial Jérôme Noirez

Messagepar saimonax » 14 décembre 2012 à 19:31

scifictif a écrit :
Farfadet a écrit :J'ai lu l'interview et le guide de lecture. Au départ je n'étais pas tenté par l'achat de l'intégrale "Féerie pour les ténèbres". Mais après ces deux lectures, et bien bizarrement, je suis très attiré maintenant.

Je viens de lire son recueil Le diapason des mots et des misères et crois-moi, son meilleur ambassadeur ce sont ses textes.

Parce que ce recueil est une tuerie.

Va en librairie, prends-le en main, lis le premier paragraphe, la première phrase (à tomber), l'embarquement est immédiat, l'effet garanti.

Tu n'auras qu'à te laisser porter, savourer la langue, le phrasé, la musicalité, les changements de rythme (de la stase d'une exposition pointilliste d'instants juxtaposés à la cavalcade délirante la plus enfiévrée), goûter la valeur du silence (qui, expressément recherché ou fuit obstinément, finit toujours par s'imposer), t'ébahir des techniques narratives, de l'inventivité de l'auteur, contempler la beauté des images projetées, t'ennivrer d'émotions au combien variées et si astucieusement, si délicatement mêlées, ou voir mis à vif et autopsié l'humain que tu es et t'abandonner au vertige de la mise en abyme (lecteur et livre en miroir, comme deux chambres d'écho en vis à vis).

Qu'on me pardonne un tel épanchement et l'emphase ridicule avec lequel il s'exprime mais ce livre m'a proprement retourné (le dedans au dehors et vice versa).

'tain, je la prenais pour une dingo la Dufour mais elle a raison : Noirez, c'est dieu.


Fais.
Fais aussi, "leçons du monde fluctuant", sur les avis éclairés du 'frost.
Bon sang.
Bon sang !
J'ai acheté Féeries, mais j'ai peur de l'ouvrir, en fait je le garde pour plus tard. Je commence toujours les repas par les trucs qui ont l'air moins bon, et je termine avec le foie gras (aux figues). Je garde ce gros pavé comme mon précieux, j'utilise même les marques pages "seulement" pour les livres qui le méritent. Le problème, c'est que je torche à la va-vite les autres romans que je lis, pour arriver plus vite à Noirez ; je les regarde du coin de l'oeil, entre deux pages, pour voir s'ils sont toujours là. Peut être qu'ils me regardent aussi, peut être même qu'ils m'attendent ; en tout cas ils m'en donnent le sentiment. J'ai parfois l'impression d'entendre leurs murmures quand j'éteins la lumière (ou alors c'est juste mon voisin qui parle toujours trop fort).
Ce mec (je sais que Jérôme nous lis, coucou Jérôme !) est hallucinant - en tout cas, ce qu'il y a dans sa tête (et pas sûr d'avoir envie d'y loger, effectivement).
Avatar de l’utilisateur
Space opera
Axiomatique
Messages : 179
Enregistré le : 31 janvier 2013 à 13:14
Localisation : Lyon

Re: Bifrost n°64 : Spécial Jérôme Noirez

Messagepar Space opera » 05 février 2013 à 22:22

Dans ce numéro, on retrouve la critique de La Fraternité du Panca (Pierre Bordage). Elle semble très favorable mais pourtant on ne le retrouve pas dans le caddy Bifrost. Est-ce un oubli ?
« Il est bien difficile de croire que tant de merveilles dans le monde soient l’effet du hasard et de la chimie seulement. » René Barjavel

Retourner vers « La revue Bifrost »