La SF disparaît-elle des radars ?

Avatar de l’utilisateur
JDB
L'équipe du Bélial'
Messages : 3600
Enregistré le : 20 avril 2009 à 15:08
Contact :

Re: La SF disparaît-elle des radars ?

Messagepar JDB » 09 septembre 2022 à 20:04

Soleilvert a écrit :
J'magine, à l'époque glorieuse d'Ailleurs & Demain, Robert Laffont publier un livre estampillé SF en dehors de la collection de Gérard Klein.

(J'espère que JDB, à qui rien n'échappe, ne va pas en sortir un ...)

Si ma mémoire est bonne, Gérard Klein a joué un rôle dans la publication par Laffont du Talisman des territoires de King & Straub--publié hors collection--, qu'il a d'ailleurs repris dans la collection SF du Livre de poche.
JDB
"Inusable (ou presque)", qu'il disait.
Avatar de l’utilisateur
Sybille
Axiomatique
Messages : 110
Enregistré le : 30 mars 2010 à 13:29
Contact :

Re: La SF disparaît-elle des radars?

Messagepar Sybille » 11 septembre 2022 à 17:24

Gilles Dumay - Albin Michel Imaginaire a écrit :Connaissez-vous le syndrome du personnage dans l'espace ?
Non ?
Normal, je viens de l'inventer.


Ca fait sens, mais je pense que cette explication est déjà trop "pointue".
Le français a juste un a priori ultra-négatif sur l'imaginaire en général.

Tu prends une "gentille" comédie US et ça ne dérange personne qu'il y ait un miracle de Noël ou même genre.
Dans les dramas coréens (dont je suis fan), il va y avoir des séries spécifiquement fantastiques, mais des éléments fantastiques vont se mêler sans souci à des histoires plus "réelles".

Quand je parle à des gens qui aiment lire (tout court, de gros lecteurs), ils sont refroidis si je dis que j'écris plutôt dans l'imaginaire.
D'ailleurs, j'abandonne de plus en plus cette étiquette et les lecteurs "qui n'aiment pas le fantastique" me lisent sans souci, j'imagine que leur cerveau en fait la lecture qui les arrange le mieux.

Est-ce que la littérature de genre est mal vue parce qu'elle est "de genre" ou est-ce qu'on contribue à la faire mal considérer en l'affichant "de genre" ?
Les amateurs de SF ont souvent voulu défendre une sorte de pré carré, en voulant notamment se distinguer de la Fantasy, et, au final, à force de déjà se prendre la tête entre simples amateurs d'imaginaire, je crois qu'on a perdu l'idée que ce n'est que de la littérature-tout-court.

Il y a... très longtemps, quand je postais sur les forums, c'était pour râler qu'on oppose Fantasy et SF.
J'ai mal vieilli, je crois que, maintenant, ce qui me fait râler, c'est qu'on reste dans l'idée qu'il y a une littérature "de genre".
Avatar de l’utilisateur
Shibia
L'équipe du Bélial'
Messages : 1274
Enregistré le : 29 septembre 2019 à 14:20
Contact :

Re: La SF disparaît-elle des radars?

Messagepar Shibia » 11 septembre 2022 à 18:30

Sybille a écrit :
Gilles Dumay - Albin Michel Imaginaire a écrit :Connaissez-vous le syndrome du personnage dans l'espace ?
Non ?
Normal, je viens de l'inventer.



Tu prends une "gentille" comédie US et ça ne dérange personne qu'il y ait un miracle de Noël ou même genre.
Dans les dramas coréens (dont je suis fan), il va y avoir des séries spécifiquement fantastiques, mais des éléments fantastiques vont se mêler sans souci à des histoires plus "réelles".


Dans la vie courante coréenne déjà, le recours aux chamanes et autres "nécromants" est assez généralisé à tous les niveaux, que des éléments "fantastiques" apparaissent un peu partout dans les dramas n'est que le reflet de la société.
De l'autre côté des livres
if wishes were fishes we'd all cast nets
Avatar de l’utilisateur
Caliban
L'équipe du Bélial'
Messages : 533
Enregistré le : 25 avril 2009 à 20:24

Re: La SF disparaît-elle des radars?

Messagepar Caliban » 11 septembre 2022 à 19:20

Gilles Dumay - Albin Michel Imaginaire a écrit : Connaissez-vous le syndrome du personnage dans l'espace ?
[Michael Christie] Premier roman dont toute une partie relève de la science-fiction (les esprits chargrins diront plutôt "anticipation"
[Anthony Doerr] Le roman s'ouvre sur une scène spatiale (...) il y a une petite musique qui revient souvent : "j'accroche pas", "je ne suis pas rentré dedans", "c'est compliqué", etc.
(disclaimer : je n'ai lu aucun des deux. Mon commentaire est donc très général, et tout sauf critique)

Je me demande jusqu'à quel point le problème n'est pas, justement, dans ce qu'est devenue la notion d'anticipation — mais dans une analyse possiblement inverse de la tienne.

Pour beaucoup de jeunes gens (y compris pas mal d'étudiants en sciences...), aujourd'hui, une catastrophe écologique, c'est bel et bien de l'anticipation à court terme, dystopique à souhait, qui les "fait réfléchir", même (ou surtout ?) si la fiction en question n'apporte pas l'ombre d'une idée nouvelle, d'une spéculation rationnelle ou d'une réflexion un tant soit peu hard science sur les moyens d'y faire face ou de l'éviter, au-delà de la désignation des méchants irresponsables. Et je ne suis pas surpris que ça marche.

L'espace, au contraire, c'est devenu un truc de vieux, de nostalgiques des exploits de la génération de leurs (arrière-)grands-parents, voici plus d'un demi-siècle, Et on essaie de leur vendre comme ambitieux un possible retour sur la Lune, avec une fusée Artémis dont la charge utile est inférieure à celle de Saturn V... Curieusement, ça ne marche plus. Et je soupçonne que c'est pareil pour la SF spatiale : c'est un sujet rebattu à mort, un retour vers le passé bien plus que de l'anticipation.
Il y a d'ailleurs bien longtemps que je n'ai pas vu passer d'idée vraiment nouvelle sur la conquête de l'espace. Ca reviendra à la mode, j'espère, mais probablement pas avant qu'un Elon Musk ou un autre ne réussisse un coup vraiment fumant, genre colonie humaine sur Mars, ou qu'un nouvel Heinlein ne leur trace une Histoire du Futur un peu plus enthousiasmante !

Ce pessimisme ambiant me semble bien moins marqué (dans le domaine technique du moins) chez les jeunes américains.
Avatar de l’utilisateur
Michel B
Vandale du vide
Messages : 9
Enregistré le : 12 août 2013 à 21:23
Localisation : Île-de-France

Re: La SF disparaît-elle des radars ?

Messagepar Michel B » 12 septembre 2022 à 11:26

De mon point de vue de simple lecteur, j'ai l'impression que la SF reste traitée par les médias généralistes, mais surtout quand sortent des films et des séries à gros budget. Par exemple, le Monde a sorti un article sur Neil Gaiman à l'occasion de la série Sandman sur Netflix. Ce ne sont plus les livres qui suscitent l'intérêt... ou seulement rétrospectivement, s'ils ont servi de base à un scénario.
Patrice2
Cookie Monster
Messages : 519
Enregistré le : 09 mai 2009 à 14:34
Contact :

Re: La SF disparaît-elle des radars ?

Messagepar Patrice2 » 13 septembre 2022 à 08:11

Salut à tous,

Pour revenir aux propos de Jean-Daniel sur la grande presse généraliste et l'imaginaire, voici un petit retour d'expérience.
Il y a quelques mois, chez Lingva, Viktoriya et moi avons publié un recueil de nouvelles (fantastique, SF, bizarre) d'auteurs ukrainiens, nouvelles mêlées à leurs témoignages sur la guerre. Les mots "science-fiction" et "fantasy" sont totalement absents de la couverture.
Vu le livre en question, nous nous sommes dits que pour une fois, allions faire une campagne de SP à destination de la grande presse.
Résultat des courses: une seule critique, mais fort belle, de la part de Frédérique Roussel pour la version en ligne de Libé (les Mardis de la SF):
https://www.liberation.fr/culture/livres/mardi-sf-la-vie-entre-guerre-et-chimere-20220614_GP7ZRNGHAREIDKWACLAZ6Q25N4/?fbclid=IwAR2VRI0Pklx8L9Vvh_4013xivSqjJSVDbYGOMSh_Qc856AC_cV9Og9xPzyc

Autre résultat: durant le mois qui a suivi, cette critique n'a eu strictement aucun impact sur les ventes. Nous n'avons pas eu plus de commandes que d'ordinaire, toutes les ventes pour ce recueil ont été des ventes directes, auprès de lecteurs qui nous suivent sur les réseaux.

Moralité: je rejoins l'avis de Xavier Dollo, envoyer des SP à la grande presse, quand on est un micro-éditeur (pire: un micro-éditeur non diffusé), c'est une perte de temps et d'argent. Et si par miracle une critique paraît tout de même, ça ne change strictement rien aux ventes.

A+

Patrice
Un tiers calva, un tiers cidre, un tiers purin et eau de mare

LINGVA
Avatar de l’utilisateur
Weirdaholic
Disciple de Griaule
Messages : 458
Enregistré le : 12 février 2021 à 15:38
Contact :

Re: La SF disparaît-elle des radars?

Messagepar Weirdaholic » 13 septembre 2022 à 09:05

Gilles Dumay - Albin Michel Imaginaire a écrit :Cette année, Francis publie La Cités des nuages et des oiseaux d'Anthony Doerr. Ecrivain reconnu, prix Pulitzer, dernier roman publié en France vendu à 250 000 ex, etc. Du très lourd. Le roman s'ouvre sur une scène spatiale avec une jeune fille aux chaussettes trouées, je n'en dis pas plus. Eh ben, la réaction de la presse n'est pas unanime, mais il y a une petite musique qui revient souvent : "j'accroche pas", "je ne suis pas rentré dedans", "c'est compliqué", etc. Anthony Doerr a eu une presse incroyable aux USA pour ce livre, une presse dithyrambique, il ne l'aura pas en France, car il a fait l'erreur d'envoyer un personnage dans l'espace.


C'est une excellente explication, parce qu'un début de roman plus accrocheur que La Cité des nuages et des oiseaux, ça ne doit pas courir les rues... donc à part de gros a priori, je vois mal ce qui empêche la presse française de réagir comme la presse anglophone (dithyrambique, en effet, j'ai aussi lu le dossier de presse).

Caliban a écrit :L'espace, au contraire, c'est devenu un truc de vieux, de nostalgiques des exploits de la génération de leurs (arrière-)grands-parents, voici plus d'un demi-siècle, Et on essaie de leur vendre comme ambitieux un possible retour sur la Lune, avec une fusée Artémis dont la charge utile est inférieure à celle de Saturn V... Curieusement, ça ne marche plus. Et je soupçonne que c'est pareil pour la SF spatiale : c'est un sujet rebattu à mort, un retour vers le passé bien plus que de l'anticipation.
Il y a d'ailleurs bien longtemps que je n'ai pas vu passer d'idée vraiment nouvelle sur la conquête de l'espace. Ca reviendra à la mode, j'espère, mais probablement pas avant qu'un Elon Musk ou un autre ne réussisse un coup vraiment fumant, genre colonie humaine sur Mars, ou qu'un nouvel Heinlein ne leur trace une Histoire du Futur un peu plus enthousiasmante !


Justement, Anthony Doerr (qui est américain) et Emilie Querbalec (qui envoie elle aussi des personnages dans l'espace, avec Les Chants de Nüying) prennent acte de ce désenchantement, qui dans les 2 cas joue un rôle-clé dans l'histoire, quoique de façon différente.

Après, j'ai l'impression que ce désenchantement est plus politique que générationnel : il y a ceux qui pensent que chercher une planète B à polluer est une utopie toxique, et ceux qui croient, avec Christopher Nolan, que "l'homme est né sur Terre, rien ne l'oblige à y mourir" (je ne dis pas ça méchamment, hein, j'ai apprécié Interstellar, malgré son symptôme du happy end).
Patrice2
Cookie Monster
Messages : 519
Enregistré le : 09 mai 2009 à 14:34
Contact :

Re: La SF disparaît-elle des radars?

Messagepar Patrice2 » 13 septembre 2022 à 10:21

Weirdaholic a écrit : ceux qui croient, avec Christopher Nolan, que "l'homme est né sur Terre, rien ne l'oblige à y mourir"


C'est de Tsiolkovski. ;-)

A+

Patrice
Un tiers calva, un tiers cidre, un tiers purin et eau de mare

LINGVA
Avatar de l’utilisateur
Weirdaholic
Disciple de Griaule
Messages : 458
Enregistré le : 12 février 2021 à 15:38
Contact :

Re: La SF disparaît-elle des radars?

Messagepar Weirdaholic » 13 septembre 2022 à 16:57

Patrice2 a écrit :C'est de Tsiolkovski. ;-)


La formulation de Tsiolkovski, c'était plutôt "La Terre est le berceau de l'humanité, mais on ne passe pas sa vie dans un berceau", non ? mais c'est la même idée en effet.
Patrice2
Cookie Monster
Messages : 519
Enregistré le : 09 mai 2009 à 14:34
Contact :

Re: La SF disparaît-elle des radars ?

Messagepar Patrice2 » 13 septembre 2022 à 19:19

Oui, c'est bien ça.
Mais il est vrai qu'on peut difficilement demander à Nolan d'être innovant.

A+

Patrice
Un tiers calva, un tiers cidre, un tiers purin et eau de mare

LINGVA

Retourner vers « Toute l'actu »