Ayerdhal crée sa maison d'édition numérique

Avatar de l’utilisateur
Erwann
Modérateur
Messages : 12398
Enregistré le : 25 mai 2010 à 17:37
Localisation : Sol-3

Re: Ayerdhal crée sa maison d'édition numérique

Messagepar Erwann » 01 juin 2011 à 08:59

Quelques infos supplémentaire sur fantasy.fr :

fantasy.fr a écrit :La maison d’édition ne proposera pas d'inédits pour le moment. Plutôt des ouvrages aujourd’hui introuvables et dont les auteurs ont récupéré les droits. Quelques textes étant datés, il est possible qu’il faille en revoir certains.
Ayerdhal annonce qu’il s’intéresse à tous les fonds des nombreuses collections défuntes comme Le Club du livre d'anticipation (CLA), Galaxie Bis... Science-fiction, thriller, littérature blanche et même bandes dessinées sont au programme, qu’il s’agisse de textes francophones ou anglophones.
(…)
Ayerdhal et ses compagnons proposeront une offre de lancement conséquente : « 25 titres au minimum, mais cela devrait tourner entre 50 et 100 » pour arriver en un an au nombre incroyable de 1 500 ouvrages !


Source : fantasy.fr.
Avatar de l’utilisateur
Thomas Day
Modérateur
Messages : 6961
Enregistré le : 22 avril 2009 à 14:40

Re: Ayerdhal crée sa maison d'édition numérique

Messagepar Thomas Day » 01 juin 2011 à 09:01

Jean-Claude Dunyach a écrit :C'est un domaine où discuter ne sert à rien. Il y a toujours d'excellents arguments a priori pour ne rien changer, ou pour tout foutre en l'air...
OK, on verra sur pièces. Tentons des expériences, agissons.
Ayerdhal et d'autres, dont moi, allons créer une coopérative d'édition numérique, c'est-à-dire un endroit où les livres déjà écrits et publiés des auteurs francophones de l'imaginaire (ceux qui le souhaitent) pourront être disponibles en numérique, si les auteurs ont récupéré leurs droits. C'est le cas pour plusieurs milliers d'entre eux, depuis 25 ans. Pensez au Fleuve Noir, à Présence du Futur, etc.
Ces livres numériques se caractériseront par:

- un prix très bas (on parle de 50% du prix d'occasion d'un poche, non collector)
- pas de DRM
- un contrat où l'auteur toucherait 50%

C'est tout. Il s'agit d'une exploitation supplémentaire pour des livres qui, sans cela, resteraient dans les tiroirs des auteurs. On ne va pas nécessairement sortir les auteurs du seuil de pauvreté dans lequel ils se trouvent en ce moment, on fait juste un pas dans ce qu'on considère comme "la bonne direction".

L'avantage de ce truc, s'il marche, c'est qu'il sera plus difficile pour Gallimard (exemple très récent) de proposer royalement 5% à l'auteur (moi) pour les droits numériques de son livre, quand la boîte d'à côté en proposera dix fois plus à l'auteur. Pareil si le pourcentage est 15%, d'ailleurs, pour une exploitation comparable... La concurrence, c'est parfois utile.

Après, on verra quelles sont les difficultés de l'exercice : créer les ebooks à partir des romans papiers, ou des fichiers Word "anciens", travailler la mise en place, le référencement, la gestion des métadonnées, les aspects légaux, financiers, etc. On a des compétences, seront-elles suffisantes ? Rendez-vous dans deux ans après le lancement. On tirera des bilans réguliers, on communiquera, on aura des observateurs pour que le processus soit le plus transparent possible.

Et, pour mémoire, au Canada, les éditeurs et les auteurs sont assez rapidement parvenus à un accord. Il y a une seule plate-forme de vente numérique pour tous les éditeurs et les auteurs touchent au moins 25%, souvent 30%. Il y aurait eu un système de ce genre prévu en France, on n'aurait pas bougé, Ayerdhal et moi. Ou du moins pas de cette façon...


En tout cas, c'est plutôt toi qui devrais te charger de la com'. ;-)
Une question puisqu'il s'agit d'une maison de réédition (ce qui n'a rien de péjoratif dans ma bouche, j'adore rééditer des classiques) davantage qu'une maison d'édition : où seront disponibles les fichiers ?
Car si je comprends bien ce que sous-entend le discours d'Ayerdhal (qui m'a semblé affaiblir la portée de son projet en y mêlant son ressentiment personnel) c'est en direct que vous allez négocier avec Amazon, Fnac, etc. C'est pas un peu contradictoire de taper sur le côté capitaliste de l'édition (et sur les libraires indépendants) et de travailler en priorité avec les grandes enseignes et pas les portails de librairie indépendante ?
Ou alors je n'ai rien compris (ça m'arrive souvent) et les fichiers ne se trouveront que sur le site de la coopérative, mais tu parles toi-même de "mise en place", donc de diffusion...

Sinon, un truc qui n'a pas grand chose à voir avec le numérique, mais qui me semble quand même un poil lié à votre projet : quand tu dissèques le quivendquoi d'un titre et que tu relèves une anomalie statistique (disons 300 ventes sur un unique point de vente pour un titre vendu en tout à 2200 ex), dans 100% des cas l'anomalie statistique est à imputer à une librairie indépendante.

GD
Avatar de l’utilisateur
Don Lo
Radieux
Messages : 285
Enregistré le : 21 août 2009 à 13:39

Re: Ayerdhal crée sa maison d'édition numérique

Messagepar Don Lo » 01 juin 2011 à 09:24

thomasday a écrit :En tout cas, c'est plutôt toi qui devrais te charger de la com'. ;-)
GD
ça paraît vrai quand on lit le message de Jean-Claude, mais il y a deux points qui nuancent à mon avis :
- on en parle depuis que Yal a gueulé devant un petit groupe de spécialistes, ce qui en termes d'impact est quand même assez fort
- l'essentiel de ce qu'on reproche à Yal ne vient pas de ce qu'il a dit, mais de la façon dont certains on voulu se sentir attaqués (quand il parle des marchands d'armes on sait bien que ce n'est pas le Bélial ou l'Atalante, de même il ne souhaite pas la mort des libraires mais quand un intervenant lui dit que son projet entraînera leur mort il dit juste "tant pis").

En fait, le tandem Yal à l'impact et JC en couverture me paraît très bon.

Ils font bien leur boulot d'éditeurs "publishers", comme l'avait très bien fait celui qui avait fait croire à tout le monde qu'un premier roman d'un inconnu intéressait Steven Spielberg. La comparaison n'est pas neutre pour moi.
Don Lorenjy (sauf quand je m'appelle pas pareil)
Erion
Patrouilleur temporaire
Messages : 19
Enregistré le : 31 mai 2011 à 11:46

Re: Ayerdhal crée sa maison d'édition numérique

Messagepar Erion » 01 juin 2011 à 09:32

thomasday a écrit :Car si je comprends bien ce que sous-entend le discours d'Ayerdhal (qui m'a semblé affaiblir la portée de son projet en y mêlant son ressentiment personnel) c'est en direct que vous allez négocier avec Amazon, Fnac, etc. C'est pas un peu contradictoire de taper sur le côté capitaliste de l'édition (et sur les libraires indépendants) et de travailler en priorité avec les grandes enseignes et pas les portails de librairie indépendante ?


La réponse à cette question, il me semble, est dans la conférence. Yal évoque Publie.net, de François Bon, qui, à travers la plateforme Immateriel.fr, peut afficher 1 000 téléchargements par mois. Les fichiers sont dispos sur ibooks, amazon, etc...
Bref, il s'agit d'embrayer sur de l'existant et surtout sur un label qui est déjà visible sur le net (à noter que publie.net lance une collection SF : e-styx). Pas de lancer ça dans le vide.
Modifié en dernier par Erion le 01 juin 2011 à 15:40, modifié 1 fois.
Erion
Patrouilleur temporaire
Messages : 19
Enregistré le : 31 mai 2011 à 11:46

Re: Ayerdhal crée sa maison d'édition numérique

Messagepar Erion » 01 juin 2011 à 09:34

Don Lo a écrit :
thomasday a écrit :- on en parle depuis que Yal a gueulé devant un petit groupe de spécialistes, ce qui en termes d'impact est quand même assez fort


Juste histoire de te donner le contexte, puisque tu n'étais pas à Epinal. On ne peut pas dire qu'il s'agissait d'un petit groupe de spécialistes. La salle Espace Cours était pleine, avec des gens debout. Je t'accorde qu'en terme absolu, c'est pas énorme, mais par rapport à la moyenne du public des tables rondes, c'était très bien rempli.
Avatar de l’utilisateur
Don Lo
Radieux
Messages : 285
Enregistré le : 21 août 2009 à 13:39

Re: Ayerdhal crée sa maison d'édition numérique

Messagepar Don Lo » 01 juin 2011 à 09:44

Erion a écrit :
Don Lo a écrit :
thomasday a écrit :- on en parle depuis que Yal a gueulé devant un petit groupe de spécialistes, ce qui en termes d'impact est quand même assez fort


Juste histoire de te donner le contexte, puisque tu n'étais pas à Epinal. On ne peut pas dire qu'il s'agissait d'un petit groupe de spécialistes. La salle Espace Cours était pleine, avec des gens debout. Je t'accorde qu'en terme absolu, c'est pas énorme, mais par rapport à la moyenne du public des tables rondes, c'était très bien rempli.
Merci pour cet argument supplémentaire : avant même le coup de gueule, Yal (et sans doute Marsan, voire Pierrat) a bourré la salle. Impact !
Don Lorenjy (sauf quand je m'appelle pas pareil)
PascalG
Cookie Monster
Messages : 562
Enregistré le : 20 avril 2009 à 17:52

Re: Ayerdhal crée sa maison d'édition numérique

Messagepar PascalG » 01 juin 2011 à 09:59

Bon, plein de choses intéressantes ont été dites, et avec lesquelles je suis d'accord, je ne réponds donc pas point par point. Je reviens juste sur ça :
Caliban a écrit :
Thomas Geha a écrit :Mais, quand même, ça fait mal au cul de lire que les libraires se nourrissent
et s'engraissent sur le dos des auteurs, parce que ce n'est pas vrai, évidemment.

Pour le coup, c'est toi qui pratiques l'amalgame.

En ce qui concerne la librairie "papier", dont parle ton message, où as-tu lu quoi que ce soit
de ce genre, qui le dit ?

et ça :
Erion a écrit :Je n'avais pas l'intention d'intervenir, mais là, Pascal, tu exagères.
Ce qu'a dit Jean-Claude, c'est globalement ce qu'il a dit en intervenant à la table ronde, après Yal. Et même Yal a dit cela lors de son intervention. Sans doute que tes oreilles ont tellement chauffé que tu n'as plus écouté ensuite, mais tout cela a été dit.

Pour la énième fois, Yal a dit plein de choses intéressantes, intelligentes, pertinentes et donnant du grain à moudre pour les temps passionnants qui s'annoncent, mais lorsqu'il se lève pour commencer son annonce en disant "Quand moi je crève la dalle et que mon ami libraire va bouffer au restau en invitant ses potes..." (et voilà pour répondre à ta question "Qui le dit ?", Caliban), eh bien... Voilà l'unique objet de mon ressentiment. Ce message brouille l'écoute. Mais après tout, ce n'est pas le (vrai, bon, passionnant) sujet (mon reproche, que je m'auto-applique, allez !), donc passons à autre chose.

Je vais être coupé du monde virtuel pour quelques jours, alors soyez sages, et je reviendrai si j'ai des choses à dire. Mais j'en suis de moins en moins convaincu...
Avatar de l’utilisateur
Thomas Day
Modérateur
Messages : 6961
Enregistré le : 22 avril 2009 à 14:40

Re: Ayerdhal crée sa maison d'édition numérique

Messagepar Thomas Day » 01 juin 2011 à 10:13

Erion a écrit :La réponse à cette question, il me semble, est dans la conférence. Yal évoque Publie.net, de François Bon, qui, à travers la plateforme Immateriel.fr, peut afficher 10 000 téléchargements par mois. Les fichiers sont dispos sur ibooks, amazon, etc...
Bref, il s'agit d'embrayer sur de l'existant et surtout sur un label qui est déjà visible sur le net (à noter que publie.net lance une collection SF : e-styx). Pas de lancer ça dans le vide.


Immateriel.fr c'est grosso modo un distributeur/diffuseur, donc un éventuel intermédiaire entre le projet Ayerdhal/Dunyach et les point de vente virtuels. Si l'hypothèse se confirme, c'est pas très différent du schéma classique (des boîtes qui font diffusion/distribution en en connaît pleins, Les Belles Lettres par exemple).
En fait la différence avec EDEN, si je comprends bien, c'est juste les 50% reversés aux auteurs donc la marge (minuscule ?) que s'accorde l'éditeur, puisqu'il passe par un diffuseur /distributeur qui, lui, gère le réseau de librairies virtuelles (et négocie les marges).
J'ai bon ?

Donc on a un camembert 50/35/15 ; quelque chose de ce genre (je suis dans l'hypothèse pure)... Ce qui veut dire que les frais de structure, les frais de création des fichiers, les salaires éventuels, le SAV, les indemnités kilométriques éventuelles, les taxes, sont couverts par les 15% qui restent à l'éditeur, le tout financé sur des fichiers à 2 euros environ.
Si on prend la règle des 400000 euros de CA fort (donc prix de vente public) par salarié, pour dégager un salaire, il faut vendre 200000 fichiers/salarié/an. 1500 ouvrages étant prévus la première année d'exploitation, ça donne 133 ventes moyennes par titre.

Tel que je vois les choses, c'est un magnifique fonds de SF francophone qui sera disponible à l'achat unitaire contre une somme modique, pas une maison d'édition. Et une fois encore, j'écris ça sans aucune acrimonie.

GD
Erion
Patrouilleur temporaire
Messages : 19
Enregistré le : 31 mai 2011 à 11:46

Re: Ayerdhal crée sa maison d'édition numérique

Messagepar Erion » 01 juin 2011 à 10:14

pascal a écrit :Pour la énième fois, Yal a dit plein de choses intéressantes, intelligentes, pertinentes et donnant du grain à moudre pour les temps passionnants qui s'annoncent, mais lorsqu'il se lève pour commencer son annonce en disant "Quand moi je crève la dalle et que mon ami libraire va bouffer au restau en invitant ses potes..." (et voilà pour répondre à ta question "Qui le dit ?", Caliban), eh bien... Voilà l'unique objet de mon ressentiment.


(pour "brouiller l'écoute", je signale que Jean-Claude l'a faite à la table ronde à laquelle j'ai participé)
Ce que dit Yal est vrai. On nous explique, plus ou moins chiffres à l'appui, que la situation du livre imprimé est difficile, que les libraires n'en peuvent plus, etc, et les conséquences de cela, c'est un appauvrissement des auteurs.
Ok, y'a des libraires mal payés, mais combien d'auteurs sont bien payés tout court ? un ou deux dans les genres de l'imaginaire ? Et faut voir leur rythme de production aussi.
Ce que dit Yal, c'est que ca suffit, les auteurs ne veulent pas continuer dans un système qui ne leur offre aucune perspective d'avantage (à court ou moyen terme), alors qu'un autre système se met en place qui leur offre des opportunités.
Quitter un système imparfait pour le grand inconnu est un gros risque, tout le monde en est conscient, mais quand on écoute tous les acteurs de la fameuse "chaîne du livre", leurs plaintes constantes et leurs propos d'apocalypse, y'a un moment où en tant qu'auteur tu te dis "c'est le moment de prendre le canot de sauvetage pour pas couler avec eux".
Et je reviens sur les négos entre SNE et auteurs qui ont eu lieu y'a pas longtemps, il est évident que le SNE compte sur l'Etat, sur une législation qui lui serait favorable (le SNE est un lobby bien mieux construit que celui des auteurs).

L'initiative de Yal doit être perçue dans un contexte général, c'est là qu'elle prend tout son sens.
Erion
Patrouilleur temporaire
Messages : 19
Enregistré le : 31 mai 2011 à 11:46

Re: Ayerdhal crée sa maison d'édition numérique

Messagepar Erion » 01 juin 2011 à 10:21

thomasday a écrit :Tel que je vois les choses, c'est un magnifique fonds de SF francophone qui sera disponible à l'achat unitaire contre une somme modique, pas une maison d'édition. Et une fois encore, j'écris ça sans aucune acrimonie.


Ce qui est mieux que "un magnifique fonds de SF francophone indisponible". C'est pour ça que quand Pascal a comparé les 50% proposés par Ayerdhal aux 7% du poche, y'a une grosse mauvaise foi derrière. Ce qu'Ayerdhal propose c'est 50% face à 0% proposé par les éditeurs. Même si on vend 100 exemplaires d'un vieux titre en numérique, ca fera toujours plus que la non-vente de sa non-reprise en poche.

Et pourtant, je comprends très bien que les collections poches ne peuvent pas faire vivre le fonds en permanence. C'est impossible. Mais cette impossibilité est liée à la chaîne du livre telle qu'elle existe : distribution, diffusion, libraire. Le numérique offre une souplesse que l'imprimé ne permet plus d'avoir. C'est trop lourd.

Retourner vers « Toute l'actu »