Ayerdhal crée sa maison d'édition numérique

lemuton
Vandale du vide
Messages : 6
Enregistré le : 01 juin 2011 à 11:50

Re: Ayerdhal crée sa maison d'édition numérique

Messagepar lemuton » 01 juin 2011 à 12:10

pascal a écrit :Je vais être coupé du monde virtuel pour quelques jours, alors soyez sages, et je reviendrai si j'ai des choses à dire. Mais j'en suis de moins en moins convaincu...

J'adore cette modestie.

Personnellement je n'ai pas le temps de lire les nouveautés alors me taper les vieux Fleuve noirs ou présence du futur (que l'on peut trouver pour pas cher sur les sites d'occasions) je ne vois pas l’intérêt.

Un auteur peut il lancer ses livres sous formats numérique et empocher 100% par l'intermédiaire de son site ou blog ?

La sous représentation médiatique de la Sf est elle pénalisante pour les ventes ? si oui pourquoi ne pas faire du lobbying pour promouvoir cette littérature et ainsi augmenter les ventes plutôt que se taper dessus ?

Un lien intéressant :
http://comprendrelelivrenumerique.com/2 ... nt-vendre/


Enfin si Ayerdhal à des problèmes pour manger je veux bien l'inviter à casser la croute chez moi, ce sera avec grand plaisir !!! (les autres aussi d'ailleurs mais pas tous en même temps).
Erion
Patrouilleur temporaire
Messages : 19
Enregistré le : 31 mai 2011 à 11:46

Re: Ayerdhal crée sa maison d'édition numérique

Messagepar Erion » 01 juin 2011 à 12:33

lemuton a écrit :Personnellement je n'ai pas le temps de lire les nouveautés alors me taper les vieux Fleuve noirs ou présence du futur (que l'on peut trouver pour pas cher sur les sites d'occasions) je ne vois pas l’intérêt.


Toi, non, mais les teams de piratage oui. Il n'y a pas que les nouveautés qui sont piratées sur le net, mais aussi des livres qui sont indisponibles autrement qu'en occasion. Et on ne saurait leur donner tort : pourquoi dépendre de la bonne volonté des éditeurs de livre imprimé quand avec un bon OCR on obtient un résultat très satisfaisant (parfois meilleur que celui des éditeurs pros) ?
Ce que nous a appris l'industrie de la musique, c'est que l'offre légale doit être large, massive et facile d'accès pour être un tant soit peu compétitive avec l'offre illégale.
Ce n'est pas quand tout le vieux fonds SF sera piraté, totalement gratuit et massivement diffusé qu'il faudra pleurer sur les auteurs.
Enfin, les éditeurs font tout pour faire traîner les discussions avec les auteurs plutôt que de négocier de manière adulte avec eux. La mauvaise volonté du SNE, pointée par la SGDL, est symptomatique et se fait sur le dos des auteurs.
Avatar de l’utilisateur
Lucie
Patrouilleur temporel
Messages : 87
Enregistré le : 09 mai 2009 à 15:05
Contact :

Re: Ayerdhal crée sa maison d'édition numérique

Messagepar Lucie » 01 juin 2011 à 13:40

Clément a écrit :Je ne sais pas si c'est de la mauvaise foi ou de l'ignorance de la part d'Ayerdhal, mais je me permets quand même de rappeler ici que, sur le prix d'un livre, un libraire gagne beaucoup moins qu'un auteur.(...).


Heu... juste sur ce point parce que dans l'ignorance de ce chiffre, ton raisonnement ne signifie rien pour moi : combien de livres un libraire vend-il par an ? (fourchette, moyenne...)
Et d'Avalon à Camelot : http://terredebrume.com/

Les Fantasmes de Svetambre : http://www.riviereblanche.com
Avatar de l’utilisateur
Thomas Day
Modérateur
Messages : 6961
Enregistré le : 22 avril 2009 à 14:40

Re: Ayerdhal crée sa maison d'édition numérique

Messagepar Thomas Day » 01 juin 2011 à 14:06

Lucie a écrit :
Clément a écrit :Je ne sais pas si c'est de la mauvaise foi ou de l'ignorance de la part d'Ayerdhal, mais je me permets quand même de rappeler ici que, sur le prix d'un livre, un libraire gagne beaucoup moins qu'un auteur.(...).


Heu... juste sur ce point parce que dans l'ignorance de ce chiffre, ton raisonnement ne signifie rien pour moi : combien de livres un libraire vend-il par an ? (fourchette, moyenne...)


Je pense que ce que veut dire Clément c'est que le résultat moyen d'un libraire indépendant est 0,6% de son CA, 2% pour un magasin style FNAC.
Pour comparaison, quand je ne produis pas 15% de résultat (bénéfices nets = 15% du CA), j'en entends parler pendant six mois...

GD
PascalG
Cookie Monster
Messages : 562
Enregistré le : 20 avril 2009 à 17:52

Re: Ayerdhal crée sa maison d'édition numérique

Messagepar PascalG » 01 juin 2011 à 15:02

Erion a écrit :C'est pour ça que quand Pascal a comparé les 50% proposés par Ayerdhal aux 7% du poche, y'a une grosse mauvaise foi derrière. Ce qu'Ayerdhal propose c'est 50% face à 0% proposé par les éditeurs. Même si on vend 100 exemplaires d'un vieux titre en numérique, ca fera toujours plus que la non-vente de sa non-reprise en poche.

Voilà, ça y est, je comprends enfin (dur à la comprenette, mais vous aviez remarqué) ce qui me pose problème ces derniers jours : lorsque Yal fait son annonce, à aucun moment il n'est question de ce dont Jean-Claude et toi parlez. Lorsqu'il fait son annonce, comment pourrais-je (moi et ceux qui n'étaient pas au courant comme toi et Jean-Claude l'êtes/l'étiez) savoir qu'il parle de ce fonds en grande partie inexploité par ailleurs, hors de tout inédit ? Il n'a pas parlé de ça. Je ne l'ai découvert que dans le message de Jean-Claude. Pour moi, il parlait de manuscrits inédits. Or, là, évidemment, ça n'a plus rien à voir. Donc aucune mauvaise foi, de ma part, sincèrement. On ne parlait juste pas de la même chose.
lemuton a écrit :J'adore cette modestie.

Oh, non, pas moi, non. Ah ! Ah !

C'est juste qu'à un moment, quand on est quasi tous d'accord (voir ci-dessus), à quoi bon continuer la discussion ?
Jules
Vandale du vide
Messages : 9
Enregistré le : 01 juin 2011 à 14:50

Re: Ayerdhal crée sa maison d'édition numérique

Messagepar Jules » 01 juin 2011 à 15:03

Bonjour,

tout ceci me paraît, en tant que lecteur vaguement au fait de la chaîne du livre, très intéressant.

J'ai cependant l'impression que la coopérative en question ne répond pas au problème qu'Ayerdhal a exprimé lors de la conférence d'Epinal (mais je peux me tromper) : cette coopérative ne semble pas être, comme d'autres intervenants l'ont déjà dit, une maison d'édition, en tout cas dans sa forme initiale (peut-être ses créateurs ont-ils le projet de la faire évoluer ensuite), mais une plateforme de distribution de livres numériques qui ne sont plus disponibles en format papier (et qui a priori n'intéressent plus les éditeurs traditionnels). Du coup, le modèle proposé me paraît intéressant pour tout le monde (auteurs, lecteurs), mais ne vient absolument pas remplacer, ni même menacer, le modèle en place, puisqu'il ne vend pas la même chose. Il crée une nouvelle niche d'exploitation inexistante à ce jour, mais n'est pas, à ce que j'ai compris, une alternative au modèle papier/électronique d'édition et de vente d'oeuvres récentes, ni pour les auteurs, ni pour les lecteurs, ni pour qui que ce soit.

Alors peut-être que le but est d'être un déclencheur, de commencer par ce biais (la réédition) pour changer ensuite le modèle de l'édition, mais alors, sera-t-il possible de garder ce pourcentage de 50 % lorsqu'il s'agira de payer un "editor" (car je ne crois pas un instant, même pour des auteurs confirmés, que l'on puisse se passer du travail d'édition), de faire connaître un nouveau roman (et pas un roman publié il y a 20 ans et qui n'intéresse qu'un public restreint ou déjà acquis à "la cause"), et de le promouvoir pour qu'il atteigne tout son public potentiel afin de permettre à l'auteur d'en vivre ?

En tout cas l'initiative me semble bonne en soi, épurée du discours provocateur qui l'accompagne.
Avatar de l’utilisateur
Clement
Administrateur
Messages : 2180
Enregistré le : 21 mars 2009 à 14:54
Contact :

Re: Ayerdhal crée sa maison d'édition numérique

Messagepar Clement » 01 juin 2011 à 15:09

Je pense que ce que veut dire Clément c'est que le résultat moyen d'un libraire indépendant est 0,6% de son CA, 2% pour un magasin style FNAC. Pour comparaison, quand je ne produis pas 15% de résultat (bénéfices nets = 15% du CA), j'en entends parler pendant six mois...


Exact. Comparer la remise libraire (34% en moyenne) au droit d'auteur (10% en moyenne) est absurde parce que ça correpond uniquement à la marge de librairie et pas au salaire du libraire. Le jour où je gagnerai 30% de ce que je vends, là oui, je vous invite tous au resto. Mais si on veut jouer à celui qui a la plus grosse (faim), il faut comparer ce qui est comparable. On dit en général qu'en librairie il faut 200.000 € de CA pour un employé (pour répondre à ta question, Lucie), donc au SMIC, ça ferait plutôt aux alentours de 6% du prix du livre (mais c'est un peu tiré par les cheveux comme raisonnement).
Erion
Patrouilleur temporaire
Messages : 19
Enregistré le : 31 mai 2011 à 11:46

Re: Ayerdhal crée sa maison d'édition numérique

Messagepar Erion » 01 juin 2011 à 15:34

pascal a écrit :Il n'a pas parlé de ça. Je ne l'ai découvert que dans le message de Jean-Claude. Pour moi, il parlait de manuscrits inédits. Or, là, évidemment, ça n'a plus rien à voir. Donc aucune mauvaise foi, de ma part, sincèrement. On ne parlait juste pas de la même chose.


C'était dans le discours de Jean-Claude quand il a pris le micro. Alors peut-être que t'étais bien chauffé par l'intervention d'Ayerdhal, mais tout ceci (la réédition d'épuisés pour faire simple) a été annoncée à Epinal.

Pour répondre à Jules, l'autre dimension du discours de Yal, c'est d'inviter les auteurs à ne rien signer concernant le numérique (parce que les contrats sont dans le flou, que les éditeurs font traîner et que la technologie évolue si vite que ce qui était vrai hier peut s'avérer faux demain) dans leurs contrats avec un éditeur papier. Cela signifie que les auteurs qui signent maintenant, pour des inédits, sont invités à mettre de côté tout ce qui peut être numérique, avec la perspective d'une solution indépendante des éditeurs.

Du coup, sans être grand clerc (et le message de Gilles Dumay sur la question est cohérent avec le sujet), on peut imaginer que les éditeurs vont faire la moue. On peut même imaginer une moue plus grande si des auteurs avaient dans l'idée que puisqu'ils gagneront le même pourcentage sur la reprise poche que sur la sortie en numérique, pourquoi accepter une reprise poche ?

Comme certaines collections et certains éditeurs ont leur économie adossée au poche (qui ne va pas très bien), on peut mesurer le caractère explosif des propositions de Yal si les auteurs poursuivent cette logique jusqu'au bout.

En résumé, la publication d'épuisés est une chose, mais à moyen terme, ce pourrait être plus vaste. A titre personnel, je pense que ce type d'initiative doit pousser les éditeurs à accélérer les négociations avec les auteurs et à poser les choses de manière moins unilatérale, plutôt qu'attendre que tout le monde soit coincé et qu'Apple, Amazon et Google raflent la totalité du gâteau.

Je rappelle cette référence, parce qu'elle explique assez bien ce qui est en jeu actuellement : http://www.tierslivre.net/spip/spip.php?article2585 (texte de François Bon)
Avatar de l’utilisateur
Lucie
Patrouilleur temporel
Messages : 87
Enregistré le : 09 mai 2009 à 15:05
Contact :

Re: Ayerdhal crée sa maison d'édition numérique

Messagepar Lucie » 01 juin 2011 à 16:06

Clément a écrit :
Je pense que ce que veut dire Clément c'est que le résultat moyen d'un libraire indépendant est 0,6% de son CA, 2% pour un magasin style FNAC. Pour comparaison, quand je ne produis pas 15% de résultat (bénéfices nets = 15% du CA), j'en entends parler pendant six mois...


Exact. Comparer la remise libraire (34% en moyenne) au droit d'auteur (10% en moyenne) est absurde parce que ça correpond uniquement à la marge de librairie et pas au salaire du libraire. Le jour où je gagnerai 30% de ce que je vends, là oui, je vous invite tous au resto. Mais si on veut jouer à celui qui a la plus grosse (faim), il faut comparer ce qui est comparable. On dit en général qu'en librairie il faut 200.000 € de CA pour un employé (pour répondre à ta question, Lucie), donc au SMIC, ça ferait plutôt aux alentours de 6% du prix du livre (mais c'est un peu tiré par les cheveux comme raisonnement).

Non, ma question, c'était "combien de livres un libraire vend-il par ans ?" Pas "quel chiffre d'affaire lui permet de fonctionner ?" une moyenne ou une fourchette, un ordre d'idée. Pour moi ça sera plus parlant qu'un 200 000 € de CA par employé dont je ne sais pas si ça se rapporte à des librairies comme Scylla ou Ys ou à la librairie de quartier qui fait aussi presse et papeterie...

Il était, plus haut, question de ce que gagnent respectivement un auteur et un libraire sur un livre. Et il me semble qu'un libraire vend beaucoup plus de livres qu'un auteur, par an (sauf sans doute la librairie de quartier qui vend surtout de la presse et de la papèterie). Mais je peux me tromper, c'est pour ça que ça m'intéresserait de connaître le chiffre.

Et à part ça, merci à tous pour ce débat, même si vous n'êtes pas d'accord, c'est intéressant de connaître les différents points de vue.

Sinon, question bête : comment ça marche, les libraires qui vendent du numérique ? Ce sont des librairies en ligne, comme Ys, Soleil Vert ou Bibliosurf ? Ou bien va-t-on vers une évolution du "libraire physique" chez qui on pourra consulter des e-books ? Et pourquoi pas, dans ce cas, imaginer une librairie qui vende et le fichier numérique, et la liseuse ? Qui permettrait à chacun de tester et l'appareil, et le fichier, comme on feuillette un livre papier ?
Et d'Avalon à Camelot : http://terredebrume.com/

Les Fantasmes de Svetambre : http://www.riviereblanche.com
Avatar de l’utilisateur
Don Lo
Radieux
Messages : 285
Enregistré le : 21 août 2009 à 13:39

Re: Ayerdhal crée sa maison d'édition numérique

Messagepar Don Lo » 01 juin 2011 à 16:11

Lucie a écrit :Il était, plus haut, question de ce que gagnent respectivement un auteur et un libraire sur un livre. Et il me semble qu'un libraire vend beaucoup plus de livres qu'un auteur, par an (sauf sans doute la librairie de quartier qui vend surtout de la presse et de la papèterie). Mais je peux me tromper, c'est pour ça que ça m'intéresserait de connaître le chiffre.
Bingo, merci Lucie !
Effectivement il me semble que toute la question est là.
Et qu'on ne peut pas rémunérer le prototype selon les mêmes critères que la vente du produit de série. Il faut trouver une autre logique.

Mais les 50 % de Yal ne sont toujours pas une réponse à cette question.
Don Lorenjy (sauf quand je m'appelle pas pareil)

Retourner vers « Toute l'actu »