Albin Michel Imaginaire

Avatar de l’utilisateur
FeydRautha
L'équipe du Bélial'
Messages : 364
Enregistré le : 09 mars 2018 à 15:04

Re: Albin Michel Imaginaire

Messagepar FeydRautha » 12 juin 2018 à 11:49

Gilles Dumay - Albin Michel Imaginaire a écrit :C'est là où visiblement j'ai un problème (personnel), nous ne sommes pas dans l'ombre


Disons que médiatiquement ce n'est pas folichon. Ni dans l'esprit des gens avec lesquels je parle. Il me semble que dans les librairies, l'espace dédié à la SFFF va en réduisant. J'ai le souvenir de grands rayons à la fnac qui sont devenus des étagères. Alternativement, j'ai à côté de chez moi une petite librairie qui a consacré un demi étage à la SFFF et emploie une vendeuse érudite et entièrement dédiée au genre, mais ce n'est pas très courant comme situation. (Cette librairie vient même de racheter la salle de cinéma voisine ! J'habite sur Neptune !)

Gilles Dumay - Albin Michel Imaginaire a écrit :nous sommes en train de devenir la culture dominante de façon éhontée.


Gloire à Crom !

Image
Avatar de l’utilisateur
FeydRautha
L'équipe du Bélial'
Messages : 364
Enregistré le : 09 mars 2018 à 15:04

Re: Albin Michel Imaginaire

Messagepar FeydRautha » 13 juin 2018 à 11:36

Gilles Dumay - Albin Michel Imaginaire a écrit :Le problème, à mon sens, c'est qu'on analyse le marché/la librairie/le livre SFFF avec de vieux outils.


Cela ne concerne que les US, mais cela va dans le sens de ce que tu dis, il me semble :

http://authorearnings.com/sfwa2018/?platform=hootsuite
Avatar de l’utilisateur
Apophis
L'équipe du Bélial'
Messages : 428
Enregistré le : 07 janvier 2016 à 15:54
Contact :

Re: Albin Michel Imaginaire

Messagepar Apophis » 13 juin 2018 à 14:23

Le palmarès des chiffres de vente par sous-genre est tout à fait fascinant. A faire lire à tous les directeurs de collection de l'Hexagone.
Avatar de l’utilisateur
FeydRautha
L'équipe du Bélial'
Messages : 364
Enregistré le : 09 mars 2018 à 15:04

Re: Albin Michel Imaginaire

Messagepar FeydRautha » 13 juin 2018 à 14:28

Apophis a écrit :Le palmarès des chiffres de vente par sous-genre est tout à fait fascinant. A faire lire à tous les directeurs de collection de l'Hexagone.


Oui, et regarde aussi de près la part des éditeurs traditionnels par sous-genre. C'est assez instructif.
Avatar de l’utilisateur
Apophis
L'équipe du Bélial'
Messages : 428
Enregistré le : 07 janvier 2016 à 15:54
Contact :

Re: Albin Michel Imaginaire

Messagepar Apophis » 13 juin 2018 à 15:09

FeydRautha a écrit :Oui, et regarde aussi de près la part des éditeurs traditionnels par sous-genre. C'est assez instructif.


C'est clair. Il y a une nette déconnexion entre les attentes réelles du public (anglo-saxon, au minimum), d'une part, et ce que le circuit traditionnel lui propose, d'autre part.
Léo Henry
Axiomatique
Messages : 126
Enregistré le : 27 décembre 2011 à 15:48

Re: Albin Michel Imaginaire

Messagepar Léo Henry » 13 juin 2018 à 15:41

Dans l'autre sens, les éditeurs traditionnels sont toujours les pourvoyeurs majoritaires du marché en classiques. C'est à dire en livres dont l'existence doit moins aux désirs ponctuels des lecteurs qu'aux pouvoirs de prescription des institutions littéraires. Une fois constaté qu'Amazon est meilleur à fournir au client ce qu'il désire, on peut se poser la question du rôle d'acteur culturel que peuvent et/ou doivent jouer les éditeurs, libraires, bibliothèques, critiques, etc.

(C'est une vraie question. Personnellement je trouve le circuit court et la diversité de création / lecture en-dehors des structures déjà existantes très excitante. Mais sans doute pas pour les mêmes raisons que le camarade Bezos.)
Jeffx
Patrouilleur temporaire
Messages : 18
Enregistré le : 01 mai 2015 à 17:06

Re: Albin Michel Imaginaire

Messagepar Jeffx » 14 juin 2018 à 14:34

Si on analyse ça du point de vue d'un français qui lit des romans anglais traduits, cela veut dire que vraisemblablement les éditeurs français passent à coté de ceux qui font la majorité des ventes SF & fantasy en anglais et donc potentiellement des meilleurs auteurs (si on fait le lien qualité d'écriture et ventes, ce qui n'est pas obligatoirement le cas...).
Gilles Dumay - Albin Michel Imaginaire
Axiomatique
Messages : 142
Enregistré le : 18 mars 2018 à 12:27

Re: Albin Michel Imaginaire

Messagepar Gilles Dumay - Albin Michel Imaginaire » 14 juin 2018 à 16:58

Jeffx a écrit :Si on analyse ça du point de vue d'un français qui lit des romans anglais traduits, cela veut dire que vraisemblablement les éditeurs français passent à coté de ceux qui font la majorité des ventes SF & fantasy en anglais et donc potentiellement des meilleurs auteurs (si on fait le lien qualité d'écriture et ventes, ce qui n'est pas obligatoirement le cas...).


Non non, les éditeurs français ne passent pas à côté des meilleurs auteurs... Et (à une ou deux exceptions près) ils épargnent aux lecteurs français une SF nauséabonde, certes commerciale, mais dont on se passe très bien.
Faut savoir ce qu'on veut... Et pour ma part, je considère la SF comme une littérature chantre du progrès et non de la réaction.
Le challenge reste toujours le même gagner suffisamment d'argent (pour continuer) en publiant de bons livres.
Quelques bouquins vraiment bons sont restés sur le carreau ces derniers mois, comme le Ka de John Crowley (me semble-t-il ; je n'ai pas vu d'annonce d'acquisition des droits) et les chouettes novellae de Jy Yang (The tensorate), mais en même temps tous les autres trucs que j'ai vu passer et qui m'ont semblé d'excellente qualité ont été vendus ou vont l'être très vite.
D'ailleurs on peut légitimement se poser des questions sur les volumes d'achats récents. 2019 devrait être une année de grand embouteillage en librairie.

Je ne dis pas que ce qui se passe sur le marché US n'est pas digne d'intérêt, bien au contraire, mais on est pas obligé de s'engouffrer dans ce qu'ils font de pire parce que ça se vendrait par palettes.

GD
Gilles Dumay - Albin Michel Imaginaire
Axiomatique
Messages : 142
Enregistré le : 18 mars 2018 à 12:27

Re: Albin Michel Imaginaire

Messagepar Gilles Dumay - Albin Michel Imaginaire » 19 juin 2018 à 05:36

Une petite (enfin pas si petite que ça) interview de Peter A. Flannery où il est question de fantasy épique, d'auto-publication, de carrière atypique, etc.

Première fois de ma vie que j'interviewe un auteur qui compare son roman (sur lequel il a bossé six ans) à un bonne pizza.

GD

Retourner vers « Toute l'actu »