Cycle des Inhibiteurs

Algernon

Re: Cycle des Inhibiteurs

Messagepar Algernon » 05 août 2010 à 23:08

Nexus a écrit :j'avais effectué quelques recherches sans succès sur une éventuelle traduction de "The perfect".


Je comprends que tu n'aies rien trouvé : le titre est The Prefect (le préfet), non The Perfect (le parfait).
Avatar de l’utilisateur
Jeff MD97
Axiomatique
Messages : 155
Enregistré le : 28 juillet 2010 à 16:45

Re: Cycle des Inhibiteurs

Messagepar Jeff MD97 » 06 août 2010 à 11:18

Et moi qui trouvais que "The Perfect" sonnait faux! lol

Merci.
Avatar de l’utilisateur
Pyjam
Prince-Marchand
Messages : 935
Enregistré le : 12 janvier 2016 à 13:57
Localisation : Babylon 5

Re: Cycle des Inhibiteurs

Messagepar Pyjam » 26 janvier 2017 à 18:02

Pontiac a écrit :"The Prefect" sortira après "Pushing Ice", qui sortira en 2011.

En continuant d'attendre…


Sur son blog, Alastair Reynods annonce une adaptation de sa novella Diamond Dogs en… pièce de théâtre !

Il y en a qui ne reculent pas devant la difficulté !…

Ça se passe à Chicago jusqu'au 5 mars.
Euh... J’aime pas les chefs-d’œuvres. Souvent, on s’emmerde.
Patrice2
Cookie Monster
Messages : 515
Enregistré le : 09 mai 2009 à 14:34
Contact :

Re: Cycle des Inhibiteurs

Messagepar Patrice2 » 12 juin 2020 à 15:51

Salut,

Hop, déterrage de fil.

J'ai enfin lu L'Espace de la Révélation, et ma foi, je rejoins l'avis de Gutboy à 100%.

Je ne sais pas si c'est la traduction, mais le style est réduit à rien, il est juste efficace, et encore. Le traducteur semble avoir oublié l'existence de dictionnaires des synonymes, et certains passages sont absolument affreux.
Le space opera, c'est des vaisseaux et des canons. Très bien, Reynolds, lui, il va faire des canons gigantesques, et des vaisseaux gigantesques. Mais ça ne sert à rien: ils sont de toute façon moins de dix à bord.
Le technoblabla, notamment dans les derniers pages, est plus compréhensible et littéraire dans n'importe quel épisode de Star Trek que dans ce roman.
Les personnages ont des noms, et heureusement qu'ils ont ça tant leur psychologie se limite à peu de chose. En général, ils sont tous calqués sur le modèle "Bouh je suis un coriace super balèze qui a un secret et qui fait la gueule". Il n'y a guère que Sylveste qui échappe à ça. Mais il n'en est pas plus subtil pour autant.
Il y a une palanquée de scènes (oui scènes: ce ne sont pas des chapitres, vu que c'est découpé comme un film ou un épisode de série), qui sont totalement inutiles, et l'ensemble du roman aurait pu tenir en 400/500 pages au lieu de 800.

Et puis, pour chipoter, comme le blabla scientifique y est aussi clair qu'une prophétie de Nostradamus, je me rabats sur du pinaillage de vocabulaire: Ilia Volyova est censée être un personnage d'origine russe. Sauf qu'Ilia en russe n'est pas un prénom féminin. Ensuite on nous dit que de temps en temps elle parle en russe. Le seul mot qui apparaît, cependant, est "svinoï", utilisé comme injure ou exclamation. Le seul est unique, quand le russe est aussi riche en injures que le français.
De plus, "svinoï", ça veut dire "de porc", "porcin". Si elle voulait traiter quelqu'un de porc, elle aurait dû dire "svinya" ("svin'ja").
Bref, si le traducteur a oublié son dictionnaire de synonyme, Reynolds, lui, a oublié de consulter un copain russophone avant d'écrire ça.

Tout ça pour dire que je suis un rien grognon à la fin de cette lecture poussive, et que ça me fait suer d'avoir acheté aussi les trois autres tomes.

A+

Patrice
Un tiers calva, un tiers cidre, un tiers purin et eau de mare

LINGVA
Avatar de l’utilisateur
Jeff MD97
Axiomatique
Messages : 155
Enregistré le : 28 juillet 2010 à 16:45

Re: Cycle des Inhibiteurs

Messagepar Jeff MD97 » 12 juin 2020 à 16:39

Je garde un bon souvenir de la cité du gouffre.

Et ça me rappele que j'ai The prefect toujours à lire. Merci d'avoir fait remonter le fil ! ^^,)
Avatar de l’utilisateur
Pyjam
Prince-Marchand
Messages : 935
Enregistré le : 12 janvier 2016 à 13:57
Localisation : Babylon 5

Re: Cycle des Inhibiteurs

Messagepar Pyjam » 12 juin 2020 à 17:35

L'Espace de la Révélation est le premier roman d'Alastair Reynolds. On peut peut-être lui pardonner quelques faiblesses pour son coup d'essai. La Cité du gouffre, son second roman, est déjà beaucoup plus réussi et lui a valu un prix.
Euh... J’aime pas les chefs-d’œuvres. Souvent, on s’emmerde.
Patrice2
Cookie Monster
Messages : 515
Enregistré le : 09 mai 2009 à 14:34
Contact :

Re: Cycle des Inhibiteurs

Messagepar Patrice2 » 12 juin 2020 à 17:46

Vu que ça part de très, très bas, je n'ai pas envie de voir ce que ça donne ensuite.
Il y a tellement de choses à lire!
Un tiers calva, un tiers cidre, un tiers purin et eau de mare

LINGVA
Avatar de l’utilisateur
FeydRautha
L'équipe du Bélial'
Messages : 1703
Enregistré le : 09 mars 2018 à 15:04

Re: Cycle des Inhibiteurs

Messagepar FeydRautha » 12 juin 2020 à 18:23

Je me souviens que L'Espace de la révélation m'avait pas mal énervé aussi. Non, mais sinon, Reynolds est très bon en format court. Et en roman, House of Suns est formidable.
Herbefol
Xeelee
Messages : 1047
Enregistré le : 20 avril 2009 à 18:36

Re: Cycle des Inhibiteurs

Messagepar Herbefol » 12 juin 2020 à 18:40

Patrice2 a écrit :je me rabats sur du pinaillage de vocabulaire: Ilia Volyova est censée être un personnage d'origine russe. Sauf qu'Ilia en russe n'est pas un prénom féminin.

Pour rester dans le pinaillage : les genres des prénoms peuvent évoluer avec le temps. On a connu en France des personnages historiques comme Anne de Joyeuse ou Anne de Montmorency (des grosses pointures en leur temps). Et pour rebondir sur Star Trek, le personnage principal de la série Discovery est une femme prénommée... Michael. Ne pas rester bloquer sur les choix de genre de notre temps me parait justement une bonne attitude avec la SF. :-)
L'affaire Herbefol
Au sommaire : La pointe d'argent de Cook, Black Man de Morgan, Navigator de Baxter, Cheval de Troie de Wells & The Labyrinth Index de Stross.
Patrice2
Cookie Monster
Messages : 515
Enregistré le : 09 mai 2009 à 14:34
Contact :

Re: Cycle des Inhibiteurs

Messagepar Patrice2 » 12 juin 2020 à 19:14

Herbefol a écrit : Ne pas rester bloquer sur les choix de genre de notre temps me parait justement une bonne attitude avec la SF. :-)


Je suis bien sûr tout à fait d'accord. Mais dans ce cas, il ne faut pas mettre en avant l'ascendance du personnage et en faire un facteur culturel.

A+

Patrice
Un tiers calva, un tiers cidre, un tiers purin et eau de mare

LINGVA

Retourner vers « Livres (autres maisons d'édition) »