Gnomon, Nick Harkaway

Avatar de l’utilisateur
trnsnt
Vandale du vide
Messages : 4
Enregistré le : 23 février 2021 à 11:25

Re: Gnomon, Nick Harkaway

Messagepar trnsnt » 24 février 2021 à 09:15

Il me fait très envie, pour l'instant seul le découpage en 2 tomes me bloque (50 euros le livre au final ça fait cher) :(
Avatar de l’utilisateur
Gilles Dumay - Albin Michel Imaginaire
Xeelee
Messages : 1192
Enregistré le : 18 mars 2018 à 12:27

Re: Gnomon, Nick Harkaway

Messagepar Gilles Dumay - Albin Michel Imaginaire » 24 février 2021 à 09:44

trnsnt a écrit :Il me fait très envie, pour l'instant seul le découpage en 2 tomes me bloque (50 euros le livre au final ça fait cher) :(


Bonjour, je ne peux pas vous contredire sur ce point-là.
Mais, en numérique il est à 2x12,99 euros.
Peut-être pouvez-vous convaincre votre médiathèque d'en faire l'acquisition ; c'est déjà un classique ;-)
Sinon, peut-être avez-vous la patience de le trouver d'occasion ou d'attendre le poche (dans trois ans environ).

Je me permettrai un petit rappel sur le prix de vente (parce que dans le fonds je suis d'accord avec vous, 50 euros c'est très cher).

Un livre comme Gnomon, c'est un achat de droits (donc plusieurs milliers d'euros par tome au titre de l'avance), une traduction de 20 000 euros environ, des frais de préparation de copie et de correction de plusieurs milliers d'euros, des frais de mise en page, de fabrication, d'illustration de couverture, de fabrication du livre numérique, de livraison, de promotion et de service de presse, d'envois de justificatifs à tout le monde (l'auteur, l'agent, la traductrice, l'illustrateur, etc). Interviennent de nombreuses personnes, toutes rémunérées à un tarif que je considère "correct"... ou salariées.
Quand on met bout à bout toute ces dépenses, toute cette masse salariale et qu'on mouline ça dans un Compte d'Exploitation Prévisionnel, il faudrait vendre chaque tome, non pas 24,90, mais 44 euros pour espérer être à l'équilibre. Évidemment c'est impossible, donc en prend le risque sur "le prix unitaire le plus haut qu'on estime acceptable", on se jette dans la piscine en espérant qu'il y a de l'eau au fond, en se disant qu'on va en vendre au moins 5000 ex (de chaque tome) en grand format, plus 20% de ventes numériques, plus le céder en poche (c'est fait), en livre audio (c'est fait). Qu"il y aura peut-être un jour une édition reliée en un tome, etc. Donc sur le long terme, qu'on va y retrouver ses billes. Ça c'est la réalité de l'édition de science-fiction sur le marché français, quand on tire les livres à 3 ou 4000 exemplaires (le T1 de Gnomon c'est 4000 de tirage). A 12 mois d'exploitation, quasiment tous mes titres perdent de l'argent ; à 24 mois, ils sont quasiment tous rentabilisés. Et ceux qui ne sont pas rentabilisés sont souvent et paradoxalement des titres sur lesquels je n'ai pas eu de frais de traduction. L'édition de SF c'est du marathon, il faut être prêt à se fatiguer sur un titre très longtemps.

Dans une maison indépendante, faire ce saut dans le vide est probablement plus facile (je parle de prendre la décision, pas du financement), mais je ne suis pas sûr qu'il fasse moins peur. Dans une maison comme Albin Michel, il faut une conviction certaine pour arriver à monter un tel projet. Je ne dis pas que j'étais sûr de mon coup d'un point de vue commercial, je ne le suis jamais (même quand je fais semblant du contraire), mais j'étais convaincu de la qualité du livre et de son statut de futur classique.

Publier Gnomon en France avec une traduction au niveau du texte (elle l'est), c'est quasiment mettre sa tête sur le billot ; on prie que la hache (des méventes) va tomber à côté.

Et juste une anecdote pour finir, quand j'ai dit à Nick Harkaway que je considérais Gnomon comme un chef d’œuvre, mais que sur le papier c'était strictement impossible à faire en un tome (a contrario du Jérusalem de Moore pour citer un exemple français réel), il était prêt à réécrire la fin de l'éventuel tome 1 pour faciliter la commercialisation. Au final, j'ai relu les chapitres de la "moitié" et il m'a semblé trouver un point de solution de continuité sinon idéal en tout cas "acceptable".

GD, directeur d'Albin Michel Imaginaire.
Avatar de l’utilisateur
FeydRautha
L'équipe du Bélial'
Messages : 1555
Enregistré le : 09 mars 2018 à 15:04

Re: Gnomon, Nick Harkaway

Messagepar FeydRautha » 24 février 2021 à 09:52

Gilles Dumay - Albin Michel Imaginaire a écrit :Au final, j'ai relu les chapitres de la "moitié" et il m'a semblé trouver un point de solution de continuité sinon idéal en tout cas "acceptable".


Si je peux me permettre, la césure est parfaite. Le T1 nous laisse au bord de la falaise, et lorsqu'on reprend la lecture, le T2 nous gifle immédiatement. C'est idéal du point de vue du rythme, on ne pouvait trouver mieux.
Avatar de l’utilisateur
Laurent Queyssi
L'équipe du Bélial'
Messages : 143
Enregistré le : 02 novembre 2015 à 10:40

Re: Gnomon, Nick Harkaway

Messagepar Laurent Queyssi » 24 février 2021 à 10:21

Gilles Dumay - Albin Michel Imaginaire a écrit :
Et juste une anecdote pour finir, quand j'ai dit à Nick Harkaway que je considérais Gnomon comme un chef d’œuvre, mais que sur le papier c'était strictement impossible à faire en un tome (a contrario du Jérusalem de Moore pour citer un exemple français réel)


Pourquoi l'un était possible et pas l'autre ? A cause du nom, plus connu à priori, de Moore ? Ou pour d'autres facteurs ?
Herbefol
Xeelee
Messages : 1005
Enregistré le : 20 avril 2009 à 18:36

Re: Gnomon, Nick Harkaway

Messagepar Herbefol » 24 février 2021 à 10:47

Ce qui m'épate toujours un peu, c'est de voir des bouquins de fantasy qui arrivent encore à être publié en un seul volume alors qu'ils ont un volume de texte équivalent à Gnomon voir sensiblement supérieur (la moitié des Erikson font 50% de plus que Gnomon).
L'affaire Herbefol
Au sommaire : La pointe d'argent de Cook, Black Man de Morgan, Navigator de Baxter, Cheval de Troie de Wells & The Labyrinth Index de Stross.
Avatar de l’utilisateur
Erwann
Modérateur
Messages : 12938
Enregistré le : 25 mai 2010 à 17:37
Localisation : Sol-3

Re: Gnomon, Nick Harkaway

Messagepar Erwann » 24 février 2021 à 10:50

Laurent Queyssi a écrit :Pourquoi l'un était possible et pas l'autre ? A cause du nom, plus connu à priori, de Moore ? Ou pour d'autres facteurs ?

Parce que si on lâche Jérusalem à l'issue de la première partie, on est sûr de jamais le reprendre ?
Avatar de l’utilisateur
Laurent Queyssi
L'équipe du Bélial'
Messages : 143
Enregistré le : 02 novembre 2015 à 10:40

Re: Gnomon, Nick Harkaway

Messagepar Laurent Queyssi » 24 février 2021 à 10:51

Erwann a écrit :Parce que si on lâche Jérusalem à l'issue de la première partie, on est sûr de jamais le reprendre ?


Il y a trois parties et je conseille de le lire un peu comme une trilogie si l'on a du mal avec les gros bouquins (comme c'est mon cas). Avec une petite pause entre chaque partie, ça passe très bien.
Avatar de l’utilisateur
Gilles Dumay - Albin Michel Imaginaire
Xeelee
Messages : 1192
Enregistré le : 18 mars 2018 à 12:27

Re: Gnomon, Nick Harkaway

Messagepar Gilles Dumay - Albin Michel Imaginaire » 24 février 2021 à 11:16

Laurent Queyssi a écrit :
Gilles Dumay - Albin Michel Imaginaire a écrit :
Et juste une anecdote pour finir, quand j'ai dit à Nick Harkaway que je considérais Gnomon comme un chef d’œuvre, mais que sur le papier c'était strictement impossible à faire en un tome (a contrario du Jérusalem de Moore pour citer un exemple français réel)


Pourquoi l'un était possible et pas l'autre ? A cause du nom, plus connu à priori, de Moore ? Ou pour d'autres facteurs ?


L'édition c'est simple, la mise en place du titre N+1 dépend beaucoup des ventes des titres N, N-1, N-2.
Dans le cas d'Alan Moore, tu as des BDs qui se sont énormément vendues et donc tu peux convaincre une équipe commerciale d'y aller.
Dans le cas de Nick Harkaway, tu n'as qu'un livre publié chez Robert Laffont qui a été une échec commercial retentissant, donc ta mise en place elle sera aussi basse que possible (bon la crise sanitaire a pas aidé sur ce coup-là, la prospection tombant au moment du second reconfinement). Tu peux t'agiter autant que tu veux, au moment des commandes le libraire regarde les ventes du titre précédent et en tire ses conclusions (sauf si il connaît le titre présenté, mais c'est quand même extrêmement rare).

GD
Avatar de l’utilisateur
Gilles Dumay - Albin Michel Imaginaire
Xeelee
Messages : 1192
Enregistré le : 18 mars 2018 à 12:27

Re: Gnomon, Nick Harkaway

Messagepar Gilles Dumay - Albin Michel Imaginaire » 24 février 2021 à 11:20

Herbefol a écrit :Ce qui m'épate toujours un peu, c'est de voir des bouquins de fantasy qui arrivent encore à être publié en un seul volume alors qu'ils ont un volume de texte équivalent à Gnomon voir sensiblement supérieur (la moitié des Erikson font 50% de plus que Gnomon).


Mais publié par qui ? Des indépendants ou des groupes ?
Quand t'es le patron et que tu décides d'appuyer sur le bouton, c'est ta boîte (et donc, d'une certaine façon, ton fric), tu fais ce que tu veux.
Quand t'as une patronne et qu'elle-même a un patron qui lui a des actionnaires-propriétaires encore au dessus, et à côté une platoon de contrôleurs de gestion, c'est moins facile ;-)

GD
Herbefol
Xeelee
Messages : 1005
Enregistré le : 20 avril 2009 à 18:36

Re: Gnomon, Nick Harkaway

Messagepar Herbefol » 24 février 2021 à 15:09

Gilles Dumay - Albin Michel Imaginaire a écrit :
Herbefol a écrit :Ce qui m'épate toujours un peu, c'est de voir des bouquins de fantasy qui arrivent encore à être publié en un seul volume alors qu'ils ont un volume de texte équivalent à Gnomon voir sensiblement supérieur (la moitié des Erikson font 50% de plus que Gnomon).

Mais publié par qui ? Des indépendants ou des groupes ?
Quand t'es le patron et que tu décides d'appuyer sur le bouton, c'est ta boîte (et donc, d'une certaine façon, ton fric), tu fais ce que tu veux.
Quand t'as une patronne et qu'elle-même a un patron qui lui a des actionnaires-propriétaires encore au dessus, et à côté une platoon de contrôleurs de gestion, c'est moins facile ;-)

Il doit aussi y avoir des différences en terme de rémunération des traducteurices et des autres intervenants (je doute que les traducteurs des Steven Erikson sont payés au même tarif que celle de Gnomon par exemple).
Mais si je ne connaissais pas déjà un peu tout ça, j'aurai un peu l'impression que dans un grand groupe on paie les gros bouquins deux fois plus cher pour payer les actionnaires. :-)
L'affaire Herbefol
Au sommaire : La pointe d'argent de Cook, Black Man de Morgan, Navigator de Baxter, Cheval de Troie de Wells & The Labyrinth Index de Stross.

Retourner vers « Livres (autres maisons d'édition) »