Bifrost n° 61 : La SF, questions et perspectives

Cibylline
Patrouilleur temporaire
Messages : 35
Enregistré le : 22 avril 2009 à 08:02

Re: Bifrost n° 61 : La SF, questions et perspectives

Messagepar Cibylline » 22 janvier 2011 à 13:33

Casse-bonbon a écrit :Ouais.
Ben Lucie, je trouve qu'il est fort dommage qu'en voulant répondre aux razzies, tu joues toi aussi sur des approximations et des demi-vérités. Que ce soit par ignorance ou pour servir ton propos, tu dis des bêtises et du coup, tu rends caduc ce qu'il pouvait y avoir d'intéressant dans ton propos. (Je précise, je ne parle évidemment pas de ce qui peut avoir rapport avec moi.)


Je pense que tu devrais développer car, si Lucie a dit des choses par ignorance, c'est intéressant de savoir quoi (et je pense même que ça lui donnera envie de corriger son billet).
Faut pas dire "y'a des trucs faux" sans préciser ce que c'est.
Avatar de l’utilisateur
Lucie
Patrouilleur temporel
Messages : 87
Enregistré le : 09 mai 2009 à 15:05
Contact :

Re: Bifrost n° 61 : La SF, questions et perspectives

Messagepar Lucie » 22 janvier 2011 à 14:00

Casse-bonbon a écrit :Ouais.
Ben Lucie, je trouve qu'il est fort dommage qu'en voulant répondre aux razzies, tu joues toi aussi sur des approximations et des demi-vérités. Que ce soit par ignorance ou pour servir ton propos, tu dis des bêtises et du coup, tu rends caduc ce qu'il pouvait y avoir d'intéressant dans ton propos.


Et ? Je n'ai jamais dit que je m'interdisais la mauvaise foi et la partialité ! Manquerait plus que ça soit réservé à une élite :D

Je suis sûrement ignorante de plein de choses, c'est pourquoi ceci est un billet de blog, une "réaction officielle" et non pas un article sentencieux sur l'état de la SF ou de l'édition.

Mais je ne demande qu'à apprendre

Casse-bonbon a écrit :(Je précise, je ne parle évidemment pas de ce qui peut avoir rapport avec moi.)


Qui sait, on en parlera peut-être un jour de vive voix
Et d'Avalon à Camelot : http://terredebrume.com/

Les Fantasmes de Svetambre : http://www.riviereblanche.com
dracosolis
Patrouilleur temporaire
Messages : 14
Enregistré le : 19 janvier 2011 à 19:14

Re: Bifrost n° 61 : La SF, questions et perspectives

Messagepar dracosolis » 22 janvier 2011 à 15:11

Caliban a écrit :(réponse un peu tardive, désolé)

dracosolis a écrit :
Caliban a écrit :Olivier se ferait un plaisir de publier une contre-attaque en règle, si elle était
particulièrement bien tournée...
Ah, tu veux dire "utiliser les mêmes armes" ? Bref, descendre dans la cour de récré
et taper comme les petits caïds de bac à sable ? Tu ne sens pas le léger souci de cohérence
qu'il y aurait à se rendre coupable de la chose même contre laquelle on s'élève ?

Non, pas vraiment. La rubrique "razzies" de Bifrost est pour moi un exercice littéraire. Souvent gratuit,
bête et méchant, certes, mais c'est aussi la loi du genre. Ils vont bien moins loin qu'en son temps
le regretté Hara-Kiri, pour n'en citer qu'un. Je verrais donc une nette incohérence à se draper de
lin blanc et de probité candide pour proférer des horreurs au nom de la bonne foi offensée ; mais pas
à en rajouter une couche, avec d'autres cibles, son propre style et encore plus de mauvaise foi.

dracosolis a écrit :Je trouve les razzies nuls, potaches au pire sens du terme

Sur la forme, je trouve aussi que ce n'était pas la meilleure année. Sur le principe — c'est quoi, le "meilleur
sens" de l'humour potache ? Celui qui permet au prof de se sentir complice en lui rappelant ses propres
frasques adolescentes, dans les limites qui lui semblaient acceptables ?
je te réponds, Cal parce que je t'aime beaucoup mais ce sera VRAIMENT ma dernière intervention sur CE forum
si tu veux m'en parler ensuite ce sera ailleurs.
Tant que les razzies sont "un exercice littéraire gratos" (et si par exemple ils avaient affirmé que PPDA m'avaient prêté son nègre, ou genre, j'aurais ri) ça me va, ils pouvaient même cibler mes thèmes, ma plume, mon cul, mon goût pour la joncaille ou les approximations scientifiques, mais voilà ce n'est pas ce qu'ils ont fait, un cran a été franchi et loin de l'exercice on est à la quasi diffamation...
et c'est mon intégrité qui est ciblée, et ça non merde
pas les habits, pas la famille, s'pas ?

sinon je ne sais pas ce qu'est l'esprit potache au meilleur sens du terme, je trouve gonflé et rhétorique de me demander de le définir. De toute façon, le potachisme me fait rarement rigoler, la provoc, en revanche oui^^.
quant au "potache au pire sens du terme" c'est pas ce que tu dis, je l'ai déjà défini, c'est l'esprit de bizutage, d'acharnement sur les faibles
Daylon par exemple (mon dieu je me retrouve en train de défendre Daylon, j'ai dû traverser un aéroport -- j'me comprends.)
ou ce type là, Jouan, que je ne connais pas.
ou la micro édition...
ou...
bref tu vois.
enfin j'espère^^
Herbefol
Prince-Marchand
Messages : 883
Enregistré le : 20 avril 2009 à 18:36

Re: Bifrost n° 61 : La SF, questions et perspectives

Messagepar Herbefol » 22 janvier 2011 à 15:21

dracosolis a écrit :pas les habits, pas la famille, s'pas ?

Surtout que là, on pourrait en faire des supputations. :-)
L'affaire Herbefol
Au sommaire : Evil for Evil de Parker, Mechanical Failure de Zieja, le baiser du rasoir de Polansky, Lum'en de Genefort et Empire Games de Stross.
Avatar de l’utilisateur
Casse-bonbon
Axiomatique
Messages : 173
Enregistré le : 21 août 2009 à 13:43

Re: Bifrost n° 61 : La SF, questions et perspectives

Messagepar Casse-bonbon » 22 janvier 2011 à 15:22

D'abord, le principe des razzies n'est pas de traîner les gens dans la boue. Cette année, il y a eu de mon point de vue un plantage, parce que l'esprit même de la chose n'a pas été respecté.

L'idée à mon avis reste saine : remettre les pieds sur terre, aux uns comme aux autres, y compris aussi, parfois à ceux qui y participent. Quand Gilles se prend un razzie parce qu'il a accepté de ses patrons un bouquin qu'il n'aimait pas parce qu'il avait peur de voir celui qu'il aimait se planter et lui planter la collec, alors que c'est le contraire qui s'est passé, moi je prends ça pour un avertissement intelligent aux copains : finalement, nous dit-il en se condamnant lui-même, on ferait tous mieux d'écouter notre instinct, même si c'est parfois dur de dire merde à nos patrons. Pour ce genre de chose, c'est salutaire.

Et il y a d'autres choses qui nous font du bien : si aucune de mes conneries n'était jamais pointée du doigt, j'estimerais que je n'ai pas à m'en préoccuper, que après tout, hein ? Puisque ça passe... c'est une tendance de l'être humain à aller vers la facilité, et il est sain qu'on nous marche sur les pieds pour nous ramener à la réalité.

Condamner une bonne chose parce qu'une année, il y a eu plantage, c'est jeter le bébé avec l'eau du bain. Je râle, mais je n'ai aucune envie de voir les razzies disparaitre. Juste revenir à un peu plus de mesure.

Ensuite, non, Lunes d'Encre et le Bélial' ne se portent pas "très mal". L'année est pourrie pour toute l'édition, oui, on a perdu en global 24% de chiffre d'affaire, entre autre parce que le manque d'argent a reporté vers les poches et les soldés une grande partie de l'argent que réussissait à gagner les Grands formats. Mais dans ce contexte difficile, il est même réjouissant de voir que ceux qui s'en sortent encore pas trop mal, sont ceux qui font vraiment une oeuvre au sens éditorial du terme, à savoir justement, Lunes d'Encre et le Bélial'. Non que l'année n'ait pas été difficile, qu'elle n'ait pas donné des sueurs froides aux uns comme aux autres, mais clairement, elle aura finalement plutôt récompensé ceux qui ont tenu le coup contre vents et marées à vouloir proposer de la qualité avant tout. Qui ont pris, malgré tout, des risques que plus personne ne veut prendre ailleurs.

Je ne suis pas naïve. Je sais pertinemment que ça emmerde Gilles et Olivier d'avoir des concurrents, surtout quand les concurrents vont sur leurs plates bandes. Que leur survie peut dépendre aussi de la réussite ou du plantage de leurs concurrents, et qu'à ce compte-là, on peut découvrir que les coups de pelle dans le bac à sable peuvent s'avérer brutaux.

Sauf que ça fait aussi partie du jeu (pour peu que les coups de pelles soient distribués avec panache, ce qui, à mon avis, manquait cette année). Et que ne pas l'accepter, en l'occurrence, c'est contre-productif, et même, de mon point de vue, pardon, un peu idiot. La concurrence existe dans un système pourri, certes, mais alors, au lieu de perdre notre énergie à râler contre ce qui existe en l'état, on ferait mieux de la mettre à changer le système.

Tu veux de la fraternité ? Crée un monde plus fraternel. Au lieu de publier des bouquins, ouvre une librairie qui refuse de travailler avec la diffusion distribution, invente une autre forme de diffusion et de distribution qui n'étrangle pas les éditeurs. Si ça t'emmerde, alors désolée, mais accepte les règles du jeu.

Gilles et Oliver ont tapé sur les gros ? Oui ? Et alors, tu crois que les gros n'ont pas tapé sur eux allègrement ? Heureusement, encore qu'ils se défendent.

Ils tapent aussi sur les petits ? Et si franchement, les petits se posaient la question sérieusement de savoir pourquoi ils se font taper dessus, au-lieu de se poser en victimes ? Parce que, si tu regardes bien, tous les petits ne se font pas taper dessus, du moins, pas de la même façon, et de loin. Et pas que pour une question de taille prise dans le paysage culturel. (Je fais des généralités, là, pas un commentaire de cette année. Ne serait-ce que parce que j'ai trop peu lu de cette production là, par manque de temps et surtout d'argent, pour pouvoir juger de tout en détail)

Il y a de plus en plus de gens à vouloir prétendre que tout se vaut, et je comprends que ça puisse rendre fou furieux des gens qui se battent depuis des années pour faire en sorte de prouver que ce n'est pas le cas. Un mauvais livre vendu a quelques milliers d'exemplaires, ou à 10 000, c'est pareil. Ça contribue à rendre moins visible la qualité. Et la qualité, elle supporte bien la concurrence de la qualité, pas celle de la médiocrité qui statistiquement, fait perdre des lecteurs quand la production de qualité en manque déjà. Plus on inonde le marché de mauvais livres, plus à long terme on perd les lecteurs qui nous intéressent, les Grands lecteurs, qui se détournent d'un genre à force d'avoir du mal à y trouver leur compte. Donc ne mélangeons pas tout. Ce n'est pas un problème de petite édition, mais de qualité générale du travail éditorial fourni globalement par les uns et les autres. D'où, oui, aucune raison qu'un petit éditeur qui fait dans le médiocre soit plus a l'abri qu'un gros. Être petit ne protège pas de l'exigence, quoi, merde.

Alors, encore une fois, cette année, ça manquait de classe. Mais tout le monde, même les razzies, a le droit de se planter une année, on leur met le nez dans leur pipi et on leur tape sur le culcul avec un journal roulé, mais on va pas les abandonner au chenil, merde quoi. (Pardon pour la métaphore, j'ai deux clébars à la maison qui m'emmerdent chouilla ces temps-ce, ça déteint)



(Edit : Je connais la difficulté de suivre une conversation sur un fil de forum. Je rappelle donc que j'ai déjà dit ailleurs tout le mal que je pense de cette édition des razzies, et que ce n'est pas directement le sujet de mon message. Je n'y reviens donc pas. Je me contente d'apporter des nuances sur des points déjà évoqués ailleurs, qu'on ne m'en fasse pas reproche sans tenir compte de ce que j'ai dit précédemment, merci.)
Modifié en dernier par Casse-bonbon le 22 janvier 2011 à 15:36, modifié 1 fois.
Herbefol
Prince-Marchand
Messages : 883
Enregistré le : 20 avril 2009 à 18:36

Re: Bifrost n° 61 : La SF, questions et perspectives

Messagepar Herbefol » 22 janvier 2011 à 15:26

En même temps ils ont l'air d'avoir compris que Bragelonne se contrefout de ce que Bifrost écrit (faut dire que l'ôgre infâme pèse cinquante fois le chiffre d'affaire du Bélial), du coup il faut se trouver de nouvelles cibles.
L'affaire Herbefol
Au sommaire : Evil for Evil de Parker, Mechanical Failure de Zieja, le baiser du rasoir de Polansky, Lum'en de Genefort et Empire Games de Stross.
Avatar de l’utilisateur
Nébal
L'équipe du Bélial'
Messages : 1781
Enregistré le : 20 avril 2009 à 20:03
Localisation : Bordeaux
Contact :

Re: Bifrost n° 61 : La SF, questions et perspectives

Messagepar Nébal » 22 janvier 2011 à 15:31

@ Casse-bonbon : Merci. Ca fait un bien fou.
Welcome to Nebalia : Neil GAIMAN, La Mythologie viking
Random Academy Pilot : Chronique : A-Wing RZ-2
Algernon

Re: Bifrost n° 61 : La SF, questions et perspectives

Messagepar Algernon » 22 janvier 2011 à 15:49

La réaction publique (et je cite la source, Lucie) de Fabien Lyraud :

J'ai été nominé aux Razzie pour défendre une vision du genre totalement opposée à celle de Girard et Dumay. Ils défendent une vision postmoderne, je la combat. Sauf que je ne sais même pas s'ils ont lu le texte incriminé : la préface de l'anthologie Arcanes. Puisque Corinne envoie assez peu de MP et je suis sûr que Bifrost n'est pas du nombre. Certes un des chroniqueurs de la revue a pu faire l'acquisition de l'anthologie et proposer la préface comme razziable. Mais je pense que c'est surtout la présence du terme post modernisme qui les fâche méchamment.

Quant à Gilles Dumay, sa volonté certes compréhensible de ne pas publier de blockbuster du genre condamne Lune d'Encre à la stagnation. Le Belial a fait de bonne chose, mais c'est vrai qu'ils sont encore assez mal distribué.
Avatar de l’utilisateur
Thomas Day
Modérateur
Messages : 6784
Enregistré le : 22 avril 2009 à 14:40

Re: Bifrost n° 61 : La SF, questions et perspectives

Messagepar Thomas Day » 22 janvier 2011 à 15:55

Casse-bonbon a écrit :L'idée à mon avis reste saine : remettre les pieds sur terre, aux uns comme aux autres, y compris aussi, parfois à ceux qui y participent. Quand Gilles se prend un razzie parce qu'il a accepté de ses patrons un bouquin qu'il n'aimait pas parce qu'il avait peur de voir celui qu'il aimait se planter et lui planter la collec, alors que c'est le contraire qui s'est passé, moi je prends ça pour un avertissement intelligent aux copains : finalement, nous dit-il en se condamnant lui-même, on ferait tous mieux d'écouter notre instinct, même si c'est parfois dur de dire merde à nos patrons. Pour ce genre de chose, c'est salutaire.


Je réagis juste à ça, par soucis de clarté, d'honnêteté ou de tout autre truc qui se finit en té...
Le Colfer je suis allé le chercher ; au début c'était le projet de Pascal Godbillon pour les 10 ans de Folio-SF et puis les prix voulus par l'agent étaient si élevés... que ça s'est révélé impossible à "monter" dans l'optique d'un inédit poche ; on a donc imaginé une double publication Lunes d'encre / Gallimard jeunesse.
Il faut bien comprendre que sans le foin qui a été fait autour du Colfer, les ventes de l'intégrale H2G2 n'auraient pas été au même niveau (sans parler des ventes poche de Adams en Folio). S'il y a un retirage H2G2, l'opération Colfer / Adams (pour Lunes d'encre) passera très vite en positif, elle est à 2 ou 3000 euros près à l'équilibre d'après mes chiffres.

GD

PS : Donner davantage d'importance aux Razzies qu'à la pyramide de Ponzi qu'est devenu l'édition d'imaginaire en France... c'est sans doute ça le plus drôle dans l'histoire.
Avatar de l’utilisateur
Sauropside
Cookie Monster
Messages : 630
Enregistré le : 05 octobre 2010 à 15:17
Localisation : Somewhere in Time...

Re: Bifrost n° 61 : La SF, questions et perspectives

Messagepar Sauropside » 22 janvier 2011 à 16:10

Très belle réponse, Casse-Bonbon.

Sinon, comme les Razzies n'occupent que six pages et demie sur les 184 que compte le numéro, je tiens à dire que j'ai beaucoup apprécié le beau texte de Xavier Mauméjean sur Le Chant du Barde et la critique - ce qui m'a encore plus donné envie de lire son dernier roman, autant que son interview dans Mauvais genres..!
D'autre part, je suis également très fan du "coup de gueule" de Pierre Stolze contre Houellebecq, non seulement parce que je n'aime ni Houellebecq, ni ses livres, mais surtout parce que c'est bien écrit et bien argumenté.
Bravo et merci à Messieurs ("Messires", même, n'ayons pas peur des mots...) Mauméjean et Stolze! Vous lire fut un grand moment et je vous suis reconnaissant de dire ce que vous avez dit, comme de la manière dont vous l'avez dit..!
Quand on leur fait un superbe cadeau, certains ne peuvent pas s'empêcher de se demander pourquoi le papier d'emballage n'est pas de leur couleur préférée.- Ken Liu -

Retourner vers « La revue Bifrost »