Bilan numérique 2012

Avatar de l’utilisateur
christian
Radieux
Messages : 238
Enregistré le : 12 mai 2009 à 22:30
Contact :

Re: Bilan numérique 2012

Messagepar christian » 17 février 2013 à 19:51

Jean-Claude Dunyach a écrit :
Ladite promotion n'a duré qu'une journée...


Mais cette journée m'a suffi pour récupérer les trois tomes à 3 x 0,99 (et si j'en crois le blog de Brag', je ne dois pas être le seul).
Avatar de l’utilisateur
Olivier Girard
Modérateur
Messages : 3305
Enregistré le : 15 avril 2009 à 15:38

Re: Bilan numérique 2012

Messagepar Olivier Girard » 17 février 2013 à 23:50

christian a écrit :
Jean-Claude Dunyach a écrit :
Ladite promotion n'a duré qu'une journée...


Mais cette journée m'a suffi pour récupérer les trois tomes à 3 x 0,99 (et si j'en crois le blog de Brag', je ne dois pas être le seul).
C'est sûr. Et je doute que ce type d'opération, en plein travail d'implantation de l'édition poche, ait beaucoup aidé cette dernière...
Herbefol
Prince-Marchand
Messages : 907
Enregistré le : 20 avril 2009 à 18:36

Re: Bilan numérique 2012

Messagepar Herbefol » 18 février 2013 à 07:53

En même temps, l'opé spéciale représente une moyenne de 350 ex. par titre. Pevel a certainement du se classer plus haut, mais ça m'étonnerait que ça ait représenté un volume tel que ça impacte vraiment sur les ventes poche. D'autant plus qu'un certain nombre de gens ont profité de l'opé bragelonne pour racheter en numérique des bouquins qu'ils possèdent déjà en papier, et d'autres ont au contraire racheter l'édition papier après la numérique.
L'affaire Herbefol
Au sommaire : Evil for Evil de Parker, Mechanical Failure de Zieja, le baiser du rasoir de Polansky, Lum'en de Genefort et Empire Games de Stross.
Erion
Patrouilleur temporaire
Messages : 18
Enregistré le : 31 mai 2011 à 11:46

Re: Bilan numérique 2012

Messagepar Erion » 18 février 2013 à 10:55

Olivier Girard a écrit :
christian a écrit :
Jean-Claude Dunyach a écrit :
Ladite promotion n'a duré qu'une journée...


Mais cette journée m'a suffi pour récupérer les trois tomes à 3 x 0,99 (et si j'en crois le blog de Brag', je ne dois pas être le seul).
C'est sûr. Et je doute que ce type d'opération, en plein travail d'implantation de l'édition poche, ait beaucoup aidé cette dernière...


Désolé d'intervenir, mais ce type d'analyse me semble paradoxale.
Sauf erreur, le livre numérique ne vend pas autant que le livre imprimé en France. Les volumes ne sont pas équivalents. Prétendre que les ventes numériques du Pevel vont impacter celles du poche, alors que ça va se jouer à trois ou quatre cent unités, c'est quand même abusé (ou alors, l'économie du poche va TRES mal). Et je rejoins là-dessus l'analyse d'Herbefol concernant le fait que certains acquéreurs de la version numérique ont sans doute déjà l'édition papier.

Ensuite, il semble que le numérique chez Bragelonne fonctionne mieux que chez les autres éditeurs. En plus, les opés numériques de Bragelonne étaient radicales et très limitées dans le temps (sans compter qu'elles ont favorisé les petits libraires faisant du numérique, ce qui n'est pas rien). Ca fait partie de la souplesse du système, et c'est la grande différence avec le livre imprimé.
Au final, cela fait + de lecteurs pour Pevel. Croire que l'opé Bragelonne a empêché des ventes du poche, ça me paraît aberrant. C'est du même ordre que de croire que tout ouvrage piraté = une vente en moins. Certains ont ACHETE (pas volé) la version numérique des Lames au prix de 0,99, mais ne l'auraient jamais acheté en poche. Et s'ils ont aimé, peut-être qu'ils s'intéresseront au reste de la production de Pevel, et ce sera tout bénéfice pour ses éditeurs. Au long terme, ce n'est pas négligeable.
Sans compter que sur le plan des droits d'auteur, en poche, cela doit être globalement équivalent (vu le différentiel de pourcentage entre le poche et le numérique). Cette bataille pour "sauver le soldat poche" contre le numérique me paraît très contreproductive. Elle part d'une hypothèse invérifiée (et peu vérifiable) selon laquelle une vente numérique cannibalise une vente poche. En oubliant que le numérique, ce n'est pas seulement un prix plus bas, mais aussi un aspect pratique, et que toutes les plateformes de vente ne se valent pas.
Et en plus, quel message envoyé aux lecteurs ! "Vous allez payer plus cher le numérique parce que nous voulons préserver nos revenus !" Les réactions qu'on peut voir ici ou là montrent que ce discours n'est pas admis. De deux choses l'une, soit le numérique vend peu, et dans ce cas, le fait que son prix soit inférieur au poche n'a pas d'importance, soit le numérique vend beaucoup, et ce prix artificiel n'est là que pour gonfler les résultats financiers en attendant la fin du poche. Dans tous les cas, le lecteur se fait un peu avoir dans la manoeuvre.
Herbefol
Prince-Marchand
Messages : 907
Enregistré le : 20 avril 2009 à 18:36

Re: Bilan numérique 2012

Messagepar Herbefol » 22 juin 2013 à 13:55

Tiens, pour revenir sur le sujet, un peu par hasard, le premier Pevel est maintenant à 5,99 € en numérique.
C'est conforme à la politique numérique de Bragelonne, dont les titres numériques restent moins chers que les éditions papier : quand un version poche sort, le prix numérique descend. C'est ce qu'ils font sur ce qui ressort chez eux, en Milady.
J'ai aussi jeté un oeil sur les Pratchett et les Cook chez L'Atalante, dont les versions numériques sont globalement légèrement moins chères que les version Pocket.
Je comprends la volonté de ne pas se fâcher avec un gros éditeur qui reprend le titre en poche, mais de l'autre côté, j'estime que c'est plomber son offre numérique que de la laisser plus chère qu'une version papier.
Après, Bragelonne peut se le permettre, ils sont plus gros que le Bélial et ne devrait pas avoir trop de problème à revendre encore quelques trucs en poche à d'autres éditeurs (pour ce qu'ils ne font pas chez eux directement). Quand à L'Atalante, ils revendent finalement assez peu de titres en poche, je suppose donc que ça ne les gêne pas plus que ça.
L'affaire Herbefol
Au sommaire : Evil for Evil de Parker, Mechanical Failure de Zieja, le baiser du rasoir de Polansky, Lum'en de Genefort et Empire Games de Stross.

Retourner vers « L'actu du Bélial' »