Mad Max : Fury Road, George Miller

Avatar de l’utilisateur
ubikD
L'équipe du Bélial'
Messages : 2244
Enregistré le : 19 avril 2009 à 19:29

Re: Mad Max : Fury Road, George Miller

Messagepar ubikD » 01 avril 2015 à 12:21

Et quelle voiture balai !
Avatar de l’utilisateur
ubikD
L'équipe du Bélial'
Messages : 2244
Enregistré le : 19 avril 2009 à 19:29

Re: Mad Max : Fury Road, George Miller

Messagepar ubikD » 14 mai 2015 à 16:33

Vu.
Idéal pour se vider la tête, avec quelques moments d'un surréalisme jubilatoire. Une belle illustration de l'expression "de la fantasy avec des boulons".
Un bémol : je dois avouer que je préfère quand même Mel Gibson dans le rôle titre.
Avatar de l’utilisateur
Razheem L'insensé
L'équipe du Bélial'
Messages : 1617
Enregistré le : 23 octobre 2009 à 17:31
Localisation : Lille
Contact :

Re: Mad Max : Fury Road, George Miller

Messagepar Razheem L'insensé » 17 mai 2015 à 23:42

Avatar de l’utilisateur
Erwann
Modérateur
Messages : 10930
Enregistré le : 25 mai 2010 à 17:37
Localisation : Sol-3

Re: Mad Max : Fury Road, George Miller

Messagepar Erwann » 20 mai 2015 à 14:00

Avatar de l’utilisateur
PierreBrrr
Axiomatique
Messages : 101
Enregistré le : 22 octobre 2014 à 11:33

Re: Mad Max : Fury Road, George Miller

Messagepar PierreBrrr » 21 mai 2015 à 15:00

Quand même très impressionné.
D'abord par la puissance politique du film. Parce que c'est le premier MAd Max qui réussit cet tour de force alchimique d'être un monstre de testostérone, mais irrigué par une imagerie féminine et une symbolisme de la maternité à presque chaque image. Il faut voir Max aspergé par un déluge de lait maternel (ce n'est pas une métaphore !) couper le "cordon ombilical" (là c'en est une !) qui relie le camion de Furiosa à ses poursuivants.

Miller nous rappelle à quel point le cinéma c'est peut-être, dans sa forme la plus essentielle, du mouvement et de l'imagerie, sur ces deux domaines le film repose une borne probablement appelée à devenir un lieu de pélérinage aussi incontournable que Mad Max 2.

La seule faiblesse du film étant, hors les détails de l'exécution, de ne rien nous présenter d'inédit, mais de prolonger et d'étendre avec les moyens d'aujourd'hui l'univers de Mad MAx 2.

Mais qu'importe: le décorum du film fourmille d'idées ludiques et rock'n'roll, il y a quand même un vieux fermier qui a des balles plantées dans les gencives en guise de dentier, et qui se les arrachent pour charger son flingue ! Et à chaque scène ou presque on nous en sort des comme ça !

Charlize nous crame le coeur à chaque regard, et Miller nous montre ce que c'est qu'un cinéma qui parle un langage cinétique, en nous vengeant de l'invasion de la narration colonisatrice des séries TV, dont le cinéma sur-explicatif et sur-dialogué de Christopher Nolan est certainement un des représentant les plus symptomatiques.

Voir cette très belle scène de bagarre entre Max et Furiosa, ou chaque coup de poing fait évoluer leur relation, et ou chaque regard raconte plus que les mots qui pourraient être dits.

Face à la Walkyrie tragique, Tom Hardy n'a pas grand chose à faire, mais son rôle est plus complexe et plus beau que ce qu'on pourrait imaginer de prime abord. Plus qu'un Ange gardien, c'est presque un accoucheur.

Et en parlant d'accouchement, Miller ose quand même une scène folle pour un tel blockbuster. Bravo à Warner, quand même de l'avoir conservée.

Il n'y a guère que Tsui Hark (on pense à Time and Tide ou Green Snake) qui jusqu'à présent, nous avait emmené dans sur des vagues aussi sauvages et des marées aussi amples, fussent-elles de sable.
Avatar de l’utilisateur
Thomas Day
Modérateur
Messages : 6791
Enregistré le : 22 avril 2009 à 14:40

Re: Mad Max : Fury Road, George Miller

Messagepar Thomas Day » 13 novembre 2017 à 08:45

Mad Max : Fury Road - le bruit et la fureur d'un possible procès...

Dix ans de développement, trois ans de production ; c'est là qu'on s'aperçoit à quel point c'était un projet hors-norme.

TD

Retourner vers « Cinéma et séries »