Bifrost n° 93 : dossier Peter Watts (janvier 2019)

Avatar de l’utilisateur
Lorhkan
Axiomatique
Messages : 130
Enregistré le : 05 décembre 2012 à 22:17
Localisation : Breizh !
Contact :

Re: Bifrost n° 93 : dossier Peter Watts (janvier 2019)

Messagepar Lorhkan » 24 janvier 2019 à 13:04

Pierre-Paul Durastanti a écrit :
FeydRautha a écrit :Combien d'exemplaires ? La signature, comme d'hab, sang frais uniquement ?


Toutes ces modalités sont en cours de révision par Dodkin. Cf. Nouvelles, tome 2 - 1955-1982, de Jack Vance, parution le 28 mars. Mais qu'est-ce que c'est que deux mois à patienter, au fond ?

Un excellent texte d'ailleurs, qui tient autant d'Ubu que de Kafka. ;)
Avatar de l’utilisateur
Aldaran
Prince-Marchand
Messages : 784
Enregistré le : 13 août 2009 à 15:05

Re: Bifrost n° 93 : dossier Peter Watts (janvier 2019)

Messagepar Aldaran » 24 janvier 2019 à 15:25

Tombé sur cet article aujourd'hui, que je ne sais pas trop dans quel sujet coller.
Comme ça me semblait "illustrer" l'édito d'Olivier, je le colle là mais il faudrait peut-être le déplacer.
Avatar de l’utilisateur
Mike Dyson
Patrouilleur temporaire
Messages : 36
Enregistré le : 26 novembre 2018 à 12:21
Localisation : Paris

Re: Bifrost n° 93 : dossier Peter Watts (janvier 2019)

Messagepar Mike Dyson » 24 janvier 2019 à 16:44

Je profite de ce thread sur l’excellent nouveau numéro de Bifrost (ça c’est de l’entretien, tiens !) pour rebondir sur la remarque dans l’édito (au constat toujours aussi triste) concernant la couverture visiblement peu avenante d’Anatèm (coucou L’Ombre du Bourreau chez Présence du Futur). C’est un fait, et pour un roman de ce rang, c'est dommage. Cela a sans doute été maintes fois évoqué ici et là, mais je trouve que c’est un problème récurrent dans la production hexagonale. Qui me semble personnellement pas mal larguée.
Pour rester sur AMI, Gilles avait je ne sais plus où affiché sa volonté d’y aller à fond sur le genre. Ok avec ça, mais cela ne doit pas s’empêcher d’être esthétisant. La première salve du catalogue était un repoussoir (comparer Mage de Bataille à la plupart des sorties Mnémos, y’a pas photo, ou American Elsewhere, plutôt ok en soi, mais qui rappelle les Dean Koontz en poche des 80’s, et en dit peu sur le roman et son ampleur). Je précise que le tir a été vite rectifié selon moi, les Hurley, Miller et Ferric sont de toute beauté, et le meilleur semble à venir. Il faut faire des choses en lien avec le roman bon sang, utiliser un élément de l’histoire, lui donner sa personnalité !
Comment peut-on sortir Dans la toile du temps, un des grands romans de l’année dernière, appelé à devenir un classique, avec une illustration pareille ?!? Une des pires jamais vues. Sans parler de tous ces énièmes vaisseaux en gros plan… N’y a-t-il pas mieux à faire ? J’aurais préféré pour le Gavin Chait voir un village autour de son imprimante 3D par exemple. Sans parler de l’horrible Bonheur TM… il faut penser à la personne qui se balade dans sa librairie un peu au hasard :)
A l’inverse, Le Problème à 3 Corps, j’aime l’avoir entre les mains… L’Enchâssement aussi (les exemples ne manquent heureusement pas).
Il y a également pour 80% des éditeurs un problème de charte graphique… et de typos ! A côté des éditions US, les typos ne sont vraiment pas terribles et manquent de finesse (Le Revenger US de Reynolds est hyper classe, simple mais réfléchi, le VF est plan-plan).
Bref, tout ça pour dire qu’au moment où le constat sur le marché global du livre est sans appel, il faudrait repenser en profondeur jusqu’à TOUTES les composantes. Sachez que je ne cherche pas du tout à troller, je soulève seulement un point qui, s'il semble de l'ordre du détail malgré tout, me parait cependant primordial. Une couverture qui en jette, c’est l’assurance de mon côté de chopper la version papier sans la moindre hésitation. Malheureusement tout ceci est bien subjectif (Hume, si tu nous regardes…)

Sujet directement voisin, toujours pour râler un peu, on évoque ces gens qui ne lisent plus, cette nouvelle génération qui ne fait pas le basculement des séries à la littérature. Je n’y vois moi aucun lien, les 2 disciplines n’ont rien à voir. L’une est passive, l’autre est active. Mais concernant les irréductibles curieux, il y’a un fossé des générations qui s’est je pense creusé, avec d’un côté celle, née entre 1945 et 1980, qui s’enthousiasme facilement pour des couvertures foireuses (ça vaaaa, je rigole), et de l’autre celle qui cherchera à s’initier en SF. La première lui conseillera encore et toujours les classiques dont les top 10 se font l’éternel écho. C’est à mon humble avis une erreur. 1984, Dune, Stratégie Ender, K. Dick, Fondation, vous connaissez la liste. Tout pour ne pas y revenir. Vous écumez Google avec la recherche « meilleurs romans SF », vous n’y coupez pas. Un ami cherche à pénétrer ce monde, je lui conseille justement Dans la Toile du Temps, Axiomatique, Vision Aveugle, La Fille Automate, Des RCW, les Three Body Problem, Le Fleuve des Dieux (preuve à l’appui, ces romans ont séduit des profanes dans mon entourage), etc… A la limite du Silverberg, mais là je parle pour moi. Un film des années 60 ou 70, aussi grandiose soit-il, aura une narration et un montage totalement différents (plus chiants) pour les nouvelles générations. C’est peut-être plus subtil dans la littérature, mais c’est pareil, et ça se ressent dans l’écriture. Il vaut mieux les laisser une fois accrochés revenir aux racines et s’y intéresser d’eux-mêmes.

J’ai vu une remarque passer comme quoi les éditeurs français ne serviraient plus à rien. C’est n’importe quoi de dire ça, mais je pense par contre qu’une partie de cette communauté commence à être légèrement vieillissante et se doit de rester vigilante.
En gros, il faut toujours être à la pointe, moderne, dans les visuels, dans le discours, dans l’approche. Seuls les meilleurs s’en tireront, c’est con à dire mais c’est comme ça.
Rien de fataliste en tout cas, 2019, quand je regarde la liste potentielle de sorties jusqu’à la fin de l’année, est d’ores et déjà un des plus beaux crus de tous les temps (je suis juste un peu sceptique sur Lunes d’encre). Et ça, je peux vous dire que par les temps qui courent, c’est vraiment appréciable.
Désolé pour ce pavé, c’était une réaction à chaud sur des choses peut-être pas si anodines que ça au final dans la grande balance. C'est une bataille de tous les instants, chaque soldat compte, même le cuisto.

Encore bravo pour ce numéro, et merci pour ce « pour le moment » concernant The Freeze-Frame Revolution :)
Avatar de l’utilisateur
Gilles Dumay - Albin Michel Imaginaire
Little Green Man
Messages : 377
Enregistré le : 18 mars 2018 à 12:27

Re: Bifrost n° 93 : dossier Peter Watts (janvier 2019)

Messagepar Gilles Dumay - Albin Michel Imaginaire » 24 janvier 2019 à 17:13

@ Mike Dyson

Chouette, un retour sur l'éternel débat des couvertures.
Ce qu'il ne faut pas faire (chez moi, selon vous) : 3000 ex GFK, peut-être même 3500 depuis que j'ai regardé.
Ce qu'il faut faire (chez moi, selon vous) : 340 ex GFK, sur à peu près la même période.
Les couvertures déterminent en partie les commandes des centrales, Fnac et consorts, je note qu'elles ont commandé plus du Mage de bataille que tout autre titre de mon catalogue. Et quand je compare les ventes de Mage de bataille à celles des fantasy récentes chez Mnémos, l'avantage est plutôt du côté d'Alain Brion (je n'ai trouvé aucun titre qui se serait vendu plus, mais j'ai peut-être mal cherché).
Il y a des gens qui aiment, des gens qui n'aiment pas, je ne compte pas le nombre de message facebook que j'ai reçus pour me dire que les couvertures de Gaëlle Marco pour Anatèm étaient magnifiques. Et c'est sur ce titre-là, précisément, qu'on en a reçu le plus. Et de très loin.
J'essaye (je ne dis pas que je réussis toujours) à ce que la couverture soit appropriée ; le studio Albin Michel m'a fait des propositions "classes" sur Mage de bataille que j'ai déclinées, suscitant une vague de consternation dans leurs rangs. Je voulais du gros, du lourd, qui tâche. Ce en quoi et l'auteur et son agent m'ont encouragé (et les ont utilisées pour vendre le livre à l'étranger).

GD
Avatar de l’utilisateur
Mike Dyson
Patrouilleur temporaire
Messages : 36
Enregistré le : 26 novembre 2018 à 12:21
Localisation : Paris

Re: Bifrost n° 93 : dossier Peter Watts (janvier 2019)

Messagepar Mike Dyson » 24 janvier 2019 à 17:31

Hé bien me voilà finement mouché face à la réalité des choses :)
Merci l'édito !

Je me sentais déjà bien seul, ça ne va pas s'arranger ;)

Bon en tout cas, le principal est bien que les livres se vendent.
Avatar de l’utilisateur
Apophis
L'équipe du Bélial'
Messages : 614
Enregistré le : 07 janvier 2016 à 15:54
Contact :

Re: Bifrost n° 93 : dossier Peter Watts (janvier 2019)

Messagepar Apophis » 24 janvier 2019 à 17:36

Mike Dyson a écrit :J’ai vu une remarque passer comme quoi les éditeurs français ne serviraient plus à rien. C’est n’importe quoi de dire ça


Il faut tenir compte du contexte : l'auteur de cette remarque évoquait les traductions, parce que vu qu'il lit en VO, quand un éditeur français finit par sortir une VF sur un livre majeur, ça fait en général longtemps qu'il l'a lu en anglais. C'est aussi mon cas : j'ai lu Children of time (Dans la toile du temps) vingt mois avant qu'il ne sorte chez Denoël. Donc, sur ce coup là, à moi aussi l'éditeur français ne me "sert à rien" : je n'ai pas besoin d'attendre une hypothétique VF, je peux lire le bouquin avant qu'il le traduise et même s'il ne le traduit pas.

Pour le reste, tu as une vision partielle ou datée de ce que les uns ou les autres donnent comme conseils de lecture. Je t'invite à aller sur Babelio, Goodreads, ou sur des blogs comme Just a word ou le mien pour voir ce qui se fait réellement. Pour ma part, je conseille tout ce que tu cites et plus encore.

Enfin, pour ce qui est des couvertures, la beauté est dans l’œil du spectateur. Personnellement, tant que ce n'est ni une couverture neutre, ni du Paternoster, ça me va.
Avatar de l’utilisateur
Gilles Dumay - Albin Michel Imaginaire
Little Green Man
Messages : 377
Enregistré le : 18 mars 2018 à 12:27

Re: Bifrost n° 93 : dossier Peter Watts (janvier 2019)

Messagepar Gilles Dumay - Albin Michel Imaginaire » 24 janvier 2019 à 17:50

Mike Dyson a écrit :Hé bien me voilà finement mouché face à la réalité des choses :)
Merci l'édito !


Re-bonjour,

Je ne voulais moucher personne ; j'adore ce genre de débats.
La seule chose que je peux y apporter, me semble-t-il, c'est "l'envers du décor".
Quand tu vas voir des services commerciaux avec un auteur (inconnu en France) que tu veux voir mis en place à 5, 6 ou 7000 ex, il faut arriver avec l'objet qui correspond à ton discours.
Si t'arrives avec La Cité de l'orque, il vont en mettre 2000 en place, tu peux expliquer que le New Yorker a considéré que c'était un des dix livres les plus importants de l'année, que le bouquin est génial, que... il vont en mettre 2000 en place
Si t'arrives avec Mage de bataille boulonné pour les Grandes Surfaces Culturelles (le titre, la couverture, le texte), tu peux espérer faire tes 5 ou 6 ou 7000 ex de mise en place (les retours, c'est un autre problème).
Au-delà de 6000 ex de mise en place faut être en hypers, et de mon expérience en imaginaire ce sont des taux de retours faramineux pour une pénétration du marché ridicule, donc "la ruine".

GD
Avatar de l’utilisateur
Mike Dyson
Patrouilleur temporaire
Messages : 36
Enregistré le : 26 novembre 2018 à 12:21
Localisation : Paris

Re: Bifrost n° 93 : dossier Peter Watts (janvier 2019)

Messagepar Mike Dyson » 24 janvier 2019 à 18:08

Apophis a écrit :
Mike Dyson a écrit :J’ai vu une remarque passer comme quoi les éditeurs français ne serviraient plus à rien. C’est n’importe quoi de dire ça


Il faut tenir compte du contexte : l'auteur de cette remarque évoquait les traductions, parce que vu qu'il lit en VO, quand un éditeur français finit par sortir une VF sur un livre majeur, ça fait en général longtemps qu'il l'a lu en anglais. C'est aussi mon cas : j'ai lu Children of time (Dans la toile du temps) vingt mois avant qu'il ne sorte chez Denoël. Donc, sur ce coup là, à moi aussi l'éditeur français ne me "sert à rien" : je n'ai pas besoin d'attendre une hypothétique VF, je peux lire le bouquin avant qu'il le traduise et même s'il ne le traduit pas.


Je trouve malheureusement ça bien trop auto-centré.
Je lis aussi pas mal en VO, mais je ne me vois pas pour autant adopter la position "MOI je lis en VO, donc je me fous de savoir comment le reste du monde tourne"
Toi qui sembles apprécier jouer un rôle de passeur, c'est justement bienvenu que des éditeurs choisissent les bons romans, en supervisent la traduction et la fabrication pour les délivrer de manière optimale au public français.

Je ne vois vraiment pas l'intérêt de venir le signifier. Evidemment que s'il se penche directement sur les sorties US, l'édition française ne lui sert à rien. Comme dirait l'autre : "DUH !"
Avatar de l’utilisateur
Mike Dyson
Patrouilleur temporaire
Messages : 36
Enregistré le : 26 novembre 2018 à 12:21
Localisation : Paris

Re: Bifrost n° 93 : dossier Peter Watts (janvier 2019)

Messagepar Mike Dyson » 24 janvier 2019 à 18:24

Gilles Dumay - Albin Michel Imaginaire a écrit :
Mike Dyson a écrit :Hé bien me voilà finement mouché face à la réalité des choses :)
Merci l'édito !

Je ne voulais moucher personne ; j'adore ce genre de débats.
La seule chose que je peux y apporter, me semble-t-il, c'est "l'envers du décor".


Ah mais je pourrais lire des kilomètres de forum sur "l'envers du décor" !
Et j'apprends donc aujourd'hui que des commandes s'engagent sur (en partie) la foi d'une illustration de couverture.
Une subjectivité esthétique de plus à rajouter dans une boucle déjà fragile.
Retour à l'éternel débat...
To each is own :)
50,000,000 Elvis Fans Can't Be Wrong !

(Quand j'utilise le mot "mouché", c'est uniquement de l'espièglerie)
Avatar de l’utilisateur
JDB
L'équipe du Bélial'
Messages : 1981
Enregistré le : 20 avril 2009 à 15:08
Contact :

Re: Bifrost n° 93 : dossier Peter Watts (janvier 2019)

Messagepar JDB » 24 janvier 2019 à 18:39

Intrigué par les livres que Peter Watts se souvient avoir lu dans sa jeunesse, j'ai fait quelques recherches.
Earthman, Go Home! est sans doute--en tout cas, c'est le seul texte de ce titre référencé dans ISFDB--un court roman de Poul Anderson, une aventure de Dominic Flandry traduite dans Agent de l'Empire terrien sous le titre Le Fléau des maîtres.
Quant à l'autre titre, il s'agit plutôt de The Aqualung Twins and the "Iron Crab", un roman de Frederick Falkner, un Canadien plus connu comme peintre.
Bon, je retourne corriger les épreuves de Molly Southbourne...
JDB
"Inusable (ou presque)", qu'il disait.

Retourner vers « La revue Bifrost »